lundi 30 avril 2012

Les Warmicusi – phrase 11

A esa hora, todos dormían entre el sudor y el adormecimiento de la comida reciente.

Traduction temporaire :
À cette heure-là, tout le monde dormait, dans la sueur et la somnolence d'après le repas, encore proche. 

Les Étoiles filantes / 2 – phrases 145-147

Salí de casa destrozado. Corrí. Encontré un cartel de publicidad con la cara de Marilyn Monroe, la golpeé con los puños hasta que me lastimé. 

Traduction temporaire :
Je suis sorti de chez moi anéanti. J'ai couru. Je suis tombé sur un panneau publicitaire où il y avait le visage de Marilyn Monroe ; j'ai frappé dessus avec mes poings jusqu'à me faire mal.

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 144

Mi madre me quería ayudar, pero lo que me decía me parecían más que nada pavadas.

Traduction temporaire :
Ma mère voulait m'aider, mais ce qu'elle trouvait à me dire m'apparaissait surtout comme des bêtises. 

Les Big bang – phrase 33

Se hablaron algunos temas más, meramente tácticos y repasaron algunos movimientos de ataque que venían practicando en las semanas anteriores.

Traduction temporaire :
Ils abordèrent encore quelques sujets simplement tactiques et révisèrent des attaques qu'ils avaient travaillées au cours des semaines précédentes.

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 143

Yo estaba desesperado, estaba perdido. 

Traduction temporaire :
Moi, j'étais désespéré, j'étais perdu.

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 142

Todo era como él decía, como él pensaba, como él quería. 

Traduction temporaire :
Tout devait être comme il le disait, comme il le pensait, comme il le voulait. 

Question de lexique

Que signifie le mot = CASUISTIQUE ?

Les Warmicusi – phrase 10

No era muy frecuente ver a alguien caminando después de la una de la tarde porque el sol era abrasador. 

Traduction temporaire :
Vu l'intensité du soleil, il n'était pas très fréquent de voir quelqu'un circuler après une heure de l'après-midi. 

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 141

Mi padre era eso, un decreto continuo. 

Traduction temporaire :
Mon père, c'était ça : des décrets en permanence.

Les Warmicusi – phrase 9

Sin embargo, llegaron a mala hora.

Traduction temporaire :
Et cependant, elles arrivèrent à la mauvaise heure.

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 140

«Mi padre era como ciego a todo, no porque no lo supiera; lo ignoraba a propósito, lo borraba. 

Traduction temporaire :
« Mon père était à peu près aveugle à tout, non pas parce qu'il ne savait pas les choses ; il les ignorait exprès, il les effaçait.

Les Aurores boréales – phrase 1

No tenía ganas de pensar en flores; usualmente son las que mejor calidad de movimiento dan, como consecuencia el auto desaceleró al sentir que la calidad de mis pensamientos degeneraba, orillé el vehículo y descendí para soportar la risa burlona de los conductores.

Traduction temporaire :
Je n'avais pas envie de penser aux fleurs ; or habituellement, ce sont elles qui donnent la meilleure qualité de mouvement. En conséquence de quoi, sentant que la qualité de mes propres pensées se détériorait, la voiture a décéléré. Je me suis garé et suis descendu du véhicule pour échapper aux rires moqueurs des autres conducteurs.

Une nouvelle mission pour les Aurores boréales

Les Aurores boréales reprennent du service ; oui, les infatigables Perrine Huet et Justine Ladaique se lancent déjà dans la traduction d'une autre nouvelle pour notre projet SF / C2C. Le texte qu'elles vont travailler maintenant s'intitule « Botones negros » (vous pourrez le lire en vous rendant sur le blog de l'auteur, Jorge Valentín Miño). Outre pour ses grandes qualités, Perrine et Justine ont retenu cette histoire parce qu'elle est issue de l'Équateur, un pays qui ne figurait encore pas à notre tableau de chasse. Notre carte de l'Amérique latine science-fictionnelle se complète progressivement.
Et avant de démarrer avec la première phrase, je ne résiste pas à publier la réponse reçue par Elena à son mail de demande d'autorisation de traduction, etc.
Merci beaucoup, cher Jorge, pour ta gentillesse et ce mail très touchant… 

Hola Elena,
Me alegro que le haya gustado el cuento "Botones Negros", trata de algo que nos pasa para ir a la par con la nueva tecnología; los jóvenes la usan bien (solo tengo 46) y creo que se puede mover el mundo con buenas ideas y buenos sentimientos: ese cuento es mi homenaje al ciudadano común que se esfuerza por entenderla y servirse de ella. 
Tiene mi autorización y apoyo sus empeños, ciño con usted la empuñadura para hundir la espada en defensa de la gesta que nos atañe. Para muestra baste un botón y que sea consigna de que se escribe por estos lares.
Usted dirá en todo lo que pueda ayudarla y si miramos esto por el espejo del revés y el derecho, su ayuda es mayor, porque difunde mi obra, me da una ventana al mundo y el espejo de la literatura de CF se quebrará en el coloquio sobre otros cerebros y sus astillas darán fruto detonando nuevas ideas. Es lo que me hace feliz de escribir CF: ideas semilla, ideas gatillo que disparan nuevas perspectivas en los lectores. 
Del dinero descuide, me sobra -mentira, solo quiero ser altruista-. !Y qué! al César lo que es del César, a Lester del Rey, Zelazny, Fritz Leiber, Stanislaw Lem, Robert Sheckley... lo que es de ellos. Tranqui, lo entiendo, agradezco su delicadesa en considerar ese punto.

Así que buen viaje y !adelante!
Para mayo en la Editorial Jorge Vera de la Casa de la Cultura Ecuatoriana Benjamin Carrión de Quito publicarán mi libro "Identidad" donde figura el cuento que hablamos y otros igual de cortos, que si guarda interés en leerlos se los envío por este medio.

Saludos cordiales
Jorge Miño.

Info de la part de Claudio del Castillo

Claudio nous informe que le numéro 8 de la Revista Korad (revue cubaine en ligne spécialisée dans la SF – que l'on doit au Taller literario Espacio Abierto) vient de sortir.

Je vous indique le lien et le sommaire :

Para descargar números anteriores:

En este número correspondiente al trimestre enero-marzo del 2012 se incluyeron los textos de dos conferencias que se impartieron en el evento Espacio Abierto 2011. Una de Javier de la Torre sobre Ucronías y la segunda de Anabel Enríquez acerca del tema fantástico en los audiovisuales cubanos. También aparece un texto que está considerado como el tatarabuelo de la ciencia ficción, Historias verdaderas, de Luciano de Samosata, donde por primera vez se describe un viaje a la Luna, si bien algunos críticos consideran que el espíritu en que está escrito el texto es opuesto a la escencia de la ciencia ficción. 
También podrán disfrutar de cuatro ficciones, y si el número anterior fue dedicado a la fantasía heroica, esta vez nos movemos en el campo de la ciencia ficción.
Azul es un cuento del santaclareño Claudio del Castillo escrito en homenaje a su coterráneo Agustín de Rojas; Se aleja el invierno, ópera prima de Laura Azor, un texto de CF de base biológica; Muñequita Karla, cyberpunk erótico de Dennis Mourdoch y, por último, Animalitos, de Eduardo del Llano en la sección de humor. 
Nuestra sección de plástica fantástica cuenta como invitado al escritor e ilustrador argentino Guillermo Enrique Vidal.

Indice
Editorial / 2
En busca de la ucronía perdida. Javier de la Torre Rodríguez / 4
Azul. Claudio del Castillo / 9
Se aleja el invierno... Laura Azor / 13
Muñequita Karla. Dennis Mourdoch / 19
Sección Poesía Fantástica: Cántico por el éxodo. Gabriel J. Gil / 21
Sección Plástika Fantástika: Guillermo Enrique Vidal / 23
Sección Clásicos: Relatos verídicos. Luciano de Samosata / 25
Humor: Animalitos. Eduardo del Llano / 31
La inconstancia de la visión. Panorama del género fantástico en el universo audiovisual cubano. Anabel Enríquez / 34
Reseñas / 44
Convocatorias a Concursos / 53

Les Warmicusi – phrase 8

Todos nosotros nos quedamos sorprendidos con ese tipo de vestimenta porque en este pueblo nadie se vestía así. 

Traduction temporaire :
Nous fûmes tous surpris par le style de leur tenue, car au village, personne ne s'habillait de la sorte.

dimanche 29 avril 2012

Question de lexique

Qu'est-ce que le = CAGOSTISME ?

samedi 28 avril 2012

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 139

El joven estuvo en silencio largo rato,  pero luego habló:

Traduction temporaire :
Son interlocuteur resta muet un long moment avant de déclarer :

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 138

El joven no estaba dormido, fijaba sus ojos hacia delante, hacia el vagón cine, y su mirada imitaba —probablemente sin querer— la de un cachorro golpeado y malquerido.

Traduction temporaire :
Le jeune homme ne dormait pas, il avait les yeux fixés devant lui, vers le wagon-cinéma, et son regard imitait – probablement sans le vouloir – celui d'un chiot battu et mal aimé.

Les Warmicusi – phrase 7

Incluso, la manta con la que cargaban a la niña era también de múltiples colores.

Traduction temporaire :
Même la couverture dans laquelle elles portaient la fillette était multicolore.

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 137

Ella era reina, una reina que había decretado el fin de esos objetos y había declarado el derecho absoluto de la mujer a utilizar autónomamente sus cuerpos y decidir sobre ellos.»

Traduction temporaire :
Elle, elle était une reine, une reine qui avait décrété la fin de ces objets et qui avait prononcé le droit absolu des femmes à disposer librement de leur corps et à décider qu'en faire. »

Les Warmicusi – phrase 6

Sus cabellos eran largos e iban amarrados con algunas soguillas de colores y entre el cuello y las manos llevaban algunos adornos. 

Traduction temporaire :
Leurs cheveux étaient longs, attachés avec des rubans colorés et elles portaient des bijoux autour du cou et aux poignets.

Les Voies lactées – phrase 26

La curiosidad lo llevó a sembrar en su espacio asignado.

Traduction temporaire :
La curiosité le poussa à les semer dans l'espace qui lui était attribué. 

Les Pachacamac – phrase 13

Aquello causó en la vida de estos hombres pacíficos un tremendo shock que tardaron meses en superarlo.

Traduction temporaire :
Cet événement provoqua dans la vie de ces hommes pacifiques un choc énorme, qu’ils mirent des mois à surmonter. 

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 136

«Su gracia era autónoma, absurda, inabarcable. 

Traduction temporaire :
« Sa grâce était autonome, absurde, insaisissable.

Les Warmicusi – phrase 5

Sus blusas eran entre un amarillo y un naranja, chispeado de infinidad de puntos azules. 

Traduction temporaire :
Leurs blouses étaient d'un jaune orangé, parsemé d'une multitude de petits points bleus.

Question de lexique

Qu'est-ce qu'un = CAPÉLAN ?

Les Warmicusi – phrase 4

Tenían unas faldas muy largas, casi hasta los pies, de colores muy vivaces y llamativos. 

Traduction temporaire :
Elles portaient des jupes très longues, qui descendaient presque jusqu'aux pieds, dont les couleurs étaient extrêmement vives et éclatantes.

Les Pachacamac – phrase 12

Traía a una mujer que no era de la tribu.

Traduction temporaire :

Il était accompagné par une femme qui n'était pas membre de la tribu.

Les Voies lactées – phrase 25

Entendió de sus lecturas que éstas eran alimentos, palabra para él sin significado alguno, que debían ser sembradas, cuidadas y cosechadas.

Traduction temporaire :
Il déduisit de sa lecture que ces graines étaient des aliments – mot sans aucune signification pour lui – qui devaient être semées, cultivées avec soin et récoltées.

vendredi 27 avril 2012

Message à l'attention d'Elena et Laëtitia

Il faut que vous pensiez à me donner la traduction du titre de votre nouvelle péruvienne.

Les Warmicusi – phrase 3

Lo que más llamaba la atención, eran sus vestimentas. 

Traduction temporaire :
C’étaient leurs vêtements qui retenaient le plus l'attention.

Les Étoiles filantes / 2 – phrases 133-135

Luego estaba su amiga del camarote. Para la tarde eligió al de la barbita. Le leyó el texto, que concluía con:


Traduction temporaire :
Il y avait aussi son amie, qui avait sa propre cabine. Pour l'après-midi, elle choisit celui à la barbe naissante. Elle lui lut son texte, qui s'achevait ainsi :

Les Big bang – phrase 32

Pondremos al Cañón Iónico de stopper, bien retrasado, buscando tiros lejanos; y vos, Vik, tendrás movilidad plena y libre,  arriba,  con el Artillero Liviano.

Traduction temporaire :
Nous placerons le Canon Ionique de stopper bien en retrait afin de pouvoir procéder à des tirs de loin ; en ce qui te concerne, Vik, à l'avant, tu auras une pleine et entière mobilité avec l'Artilleur Léger.

Le poème du vendredi


Gustavo Adolfo Bécquer

Amor eterno


Podrá nublarse el sol eternamente;
Podrá secarse en un instante el mar;
Podrá romperse el eje de la tierra,
Como un débil cristal.
¡todo sucederá! Podrá la muerte,
Cubrirme con su fúnebre crespón;
Pero jamás en mí podrá apagarse,
La llama de tu amor.


Les Warmicusi – phrase 2

Eran exactamente tres mujeres y una niña de tal vez unos dos años quien iba cargada a la espalda de una de ellas. 

Traduction temporaire :
Il s'agissait exactement de trois femmes et d'une petite fille d'environ deux ans que l'une d'elles portait sur son dos.

Exercice d'écriture pour le 11 mai

Ce travail est destiné à celles et ceux qui souhaitent s'entraîner pour le test d'entrée du Master 2 « métiers de la traduction » de Bordeaux 3… et au-delà,  aux Tradabordiens qui ont envie d'écrire et de faire lire leur texte.

Sujet n°3 : Vous écrirez la suite de ce texte, en respectant toutes ses particularités – ton, registre de langue… argumentation.

MONSIEUR,

Depuis Bonifacio au cap Corse, depuis Ajaccio à Bastia, ce n'est qu'un chorus d'imprécations contre vous. Vos amis se cachent, vos parents vous désavouent, et le sage même, qui ne se laisse jamais maîtriser par l'opinion populaire, est entraîné cette fois par l'effervescence générale.
Qu'avez-vous donc fait ? Quels sont donc les délits qui puissent justifier une indignation si universelle, un abandon si complet ? C'est, monsieur, ce que je me plais à rechercher, en m'éclairant avec vous.

Exercice d'écriture pour le 27 avril – le texte de Justine Ladaique

LE SUJET

Ce travail est destiné à celles et ceux qui souhaitent s'entraîner pour le test d'entrée du Master 2 « métiers de la traduction » de Bordeaux 3… et au-delà, aux Tradabordiens qui ont envie d'écrire et de faire lire leur texte – à rédiger en français ou en espagnol.

Sujet n°2 :
Vous adjoindrez les exemples de votre choix (aussi sérieux et délirants que vous voulez) aux arguments de ce texte.
(précision / explication : après chaque phrase, il faudra introduire une illustration – qui devra donc se mêler naturellement dans l'ensemble… comme si elle en faisait pleinement et naturellement partie).

Dans la vie, l’essentiel est de porter sur tout des jugements a priori. Il apparaît, en effet, que les masses ont tort, et les individus toujours raison. Il faut se garder d’en  déduire des règles de conduite : elles ne doivent pas avoir besoin d’être formulées pour qu’on les suive. Il y a seulement deux choses : c’est l’amour, de toutes les façons, avec des jolies filles, et la musique de la Nouvelle-Orléans ou de Duke Ellington. Le reste devrait disparaître, car le reste est laid, et les quelques pages de démonstration qui suivent tirent toute leur force du fait que l’histoire est entièrement vraie, puisque je l’ai imaginée d’un bout à l’autre. Sa réalisation matérielle proprement dite consiste essentiellement en une projection de la réalité, en atmosphère biaise et chauffée, sur un plan de référence irrégulièrement ondulé et présentant de la distorsion. On le voit, c’est un procédé avouable, s’il en fut.
***

LE TEXTE DE JUSTINE

Dans la vie, l’essentiel est de porter sur tout des jugements a priori. En effet, dès l’adolescence, quand on est en âge de le comprendre, on  nous dit  qu’il est important d’avoir ses propres opinions, qu’il est nécessaire de donner son avis, de pouvoir le défendre en avançant des arguments solides et recevables dans l’espoir d’être compris, sans que pour autant tout le monde y adhère. C’est bien les différences d’opinions et la tolérance qui font la richesse de l’humanité. Merci aux cours de philosophie, entre autres, de nous permettre de développer et d’exercer notre esprit critique qui devrait toujours être en éveil. Il apparaît, en effet, que les masses ont tort, et les individus toujours raison. Seul existe celui qui résiste, celui qui ose ne pas penser comme les autres, celui qui fait preuve d’une force de caractère… comme le clame France Gall dans sa chanson « Résiste » :
« Résiste
Prouve que tu existes… Résiste
Suis ton cœur qui insiste… Bats-toi, signe et persiste.
Résiste. » 
Nous avons la chance en tant qu’êtres humains d’être dotés d’un libre arbitre, de pouvoir faire nos propres choix. À nous de savoir utiliser cette capacité à bon escient afin de ne pas se laisser influencer et entraîner sur des chemins que nous n’avons pas choisi d’emprunter.
Il faut se garder d’en  déduire des règles de conduite : elles ne doivent pas avoir besoin d’être formulées pour qu’on les suive. Il y a suffisamment de règlements à appliquer dans la vie – que ce soit au niveau scolaire, professionnel… – pour ne pas dicter de règles de conduite. D’autant que nous l’avons vu, chacun est libre. L’essentiel serait de vivre en prenant soin de soi car, comme le disait le poète latin Juvénal dans sa dixième satyre : «  Mens sana in corpore sano » (un esprit sain dans un corps sain), mais aussi et surtout dans le respect et la tolérance d’autrui, deux piliers fondamentaux de la liberté. Il y a seulement deux choses : c’est l’amour, de toutes les façons, avec des jolies filles, et la musique de la Nouvelle-Orléans ou de Duke Ellington. Si nous prenons l’art et l’amour, nous voyons que ce sont deux domaines qui ont des points communs ; ils font intervenir la subjectivité, en effet personne ne sera sensible aux mêmes personnes ou aux mêmes choses : Chacun ses goûts. Ils développent également la créativité, sont des vecteurs de la liberté d’expression. La musique – en fait l’art en général – peut susciter des  émotions, faire passer des messages, soulager des maux… elle a en somme bien des vertus ! Et pour reprendre les paroles d’une chanson de Serge Gainsbourg, « la javanaise », « la vie ne vaut d’être vécue sans amour ».  Le reste devrait disparaître, car le reste est laid, et les quelques pages de démonstration qui suivent tirent toute leur force du fait que l’histoire est entièrement vraie, puisque je l’ai imaginée d’un bout à l’autre. On ne vit pas  dans une bulle. Nous ne sommes pas entourés que par des belles choses, nous ne connaissons pas que des bons moments, mais si on a besoin de se créer un espace tel qu’on le souhaite, on peut toujours faire appel à notre imagination pour aménager ce refuge et s’y plonger quand on veut. Merci aux écrivains de science-fiction ou de romans par exemple, de réveiller notre fantaisie. Sa réalisation matérielle proprement dite consiste essentiellement en une projection de la réalité, en atmosphère biaise et chauffée, sur un plan de référence irrégulièrement ondulé et présentant de la distorsion : Voilà qui pourrait être un beau commentaire à propos d’un tableau de Goya, Picasso ou Dalí. On le voit, c’est un procédé avouable, s’il en fut. Même pour ce qui est visible, faut-il chercher à tout savoir, à tout analyser, à tout décortiquer ? Ne vaut-il pas mieux garder une part de mystère ? Prenons l’exemple du magicien, il ne dévoile pas ses trucs et ses tours fascinent petits et grands.

Les Big bang – phrase 31

—Saldremos con doble línea de 4,  con los transpolares en los extremos atentos a los desbordes de los artilleros de AFAX —Su mano se movía veloz en la pizarra electrónica—. 

Traduction temporaire :
— Nous formerons deux lignes de 4. Les transpolaires seront aux extrémités, pour surveiller les débordements des artilleurs de l’AFAX – sa main s'agitait rapidement devant le tableau électronique.

Les Pachacamac – phrase 11

Un día al atardecer luego de tres meses de ausencia llegó en su balsa con una sorpresa que dejó estupefactos a todos.

Traduction temporaire :
Un soir, après trois mois d'absence, et alors que le soleil se couchait, il arriva sur son radeau avec une surprise qui stupéfia tout le monde.

Question de lexique

Que signifie le terme = DIAPHORÈSE ?

Les Étoiles fiantes / 2 – phrase 132

Uno era el pelirrojo, otro era flaco y con una barbita incipiente, una era alta y desgarbada, vestida como una chica de tapa de la época del pop-art, otro era canoso y con cara de ministerio.

Traduction temporaire :
L'un était roux, un autre maigre avec une vague barbe naissante, une autre grande et dégingandée, habillée telles une de ces filles de couverture de magazine de l'époque du pop-art, un autre avait les cheveux poivre et sel et un air d'employé de ministère.

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 131

A ellos les leía lo que escribía.

Traduction temporaire :
Eux, Adriana leur lisait ce qu'elle écrivait.

jeudi 26 avril 2012

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 130

Entre las ciento veintipico personas que viajaban en el tren había por lo menos cinco oídos u oyentes que le gustaban. 

Traduction temporaire :
Sur les cent vingt et quelques personnes qui voyageaient dans le train, il y avait au moins cinq paires d'oreilles – ou auditeurs – qu'elle appréciait.

Les Warmicusi – phrase 1

Nosotros las vimos entrar aquella tarde calurosa.

Traduction temporaire :
Nous les vîmes arriver par une accablante après-midi de chaleur.

Projet Pérou / C2C – équipe 2

L'équipe 2 est composée d'Elena Geneau et Laëtitia Sworzil et a choisi le terme « Warmicusi » (qui signifie « mujer feliz » en quechua).
La nouvelle, « Sólo hay espacio entre las ratas », sur laquelle nos deux jeunes traductrices vont travailler est de Lenin Solano.

Votre couleur : le rouge !

La ventana y la pena – le premier jet

Voici achevé le premier jet de la traduction d'Elena et Perrine… Il vous reste à présent à procéder à une relecture attentive (comme pour les projets SF-Pérou / C2C, faites-moi parvenir vos éventuelles demandes de correction par mail) et nous pourrons signaler à l'auteure que sa nouvelle figure en bonne place dans notre anthologie de nouvelles.

Cynthia Rimsky
(Chili)

« La ventana y la pena »

Nous étions deux écrivaines et nous devions nous rendre dans une école de filles au Sud du pays,  dans le cadre d’une rencontre d’écrivains. Quelque chose a fait qu'au lieu de faire une lecture à deux dans la bibliothèque, je me suis retrouvée toute seule devant une classe d'adolescentes attendant de pied ferme la visite de l'auteure qui venait de Santiago. Pour gagner du temps, je leur ai demandé pourquoi elles aimaient lire. Elles m’ont expliqué que la lecture leur permettait de vivre d’autres vies, d’imaginer qu’elles étaient quelqu'un d'autre. Je leur ai demandé quelles vies, au juste. La majorité m’a répondu celles d’Harry Potter et de ses amis. L'enseignante, qui avait les cheveux teints en blond, a fait semblant de remettre de l'ordre dans des papiers.
Une fenêtre perçait l’un des murs de la salle ; j’ai demandé aux jeunes filles s’il leur arrivait de regarder à travers. Elles ont toutes levé la main. Évidemment, lorsqu'elles s'ennuyaient à écouter leur professeure,  elles regardaient l'immeuble d'en face par la fenêtre ; la femme qui sortait sur le balcon pour arroser ses plantes,  l'homme en train de se raser…
À l’autre bout de la pièce, l'enseignante a semblé m'interroger du regard : Et sinon, alors, quand est-ce qu'elle arrive, l'écrivaine ? J'ai cherché à savoir à quelle heure la femme s'occupait de l'arrosage, si ses plantes poussaient, si elle vivait seule ou avec quelqu'un, et, le cas échéant, avec qui. Les filles ne s’étaient pas posé la question. L’enseignante balaya la fenêtre du regard. Je leur ai proposé un exercice : écrire 15 souvenirs sur une expérience vécue. L’enseignante s’approcha : elle ne voulait pas rater ce que je faisais, mais avait aussi grandement envie d’écouter l’autre auteure. Je l'ai autorisée à s'éclipser, puis je me suis approchée de la fenêtre pour voir si j'apercevais la femme qui arrosait ses plantes.
Les histoires racontées par mes jeunes interlocutrices étaient belles car elles étaient sincères : la mort du chat, une punition, une dispute avec une amie, un après-midi pluvieux. L’enseignante est revenue les yeux brillants.
« J'ai écouté des poèmes en mapudungún. » Vous parlez mapudungún ?, me suis-je étonnée. « Non, mais le son était tellement doux à mon oreille que j'ai été transportée dans un autre monde. »
Et, après avoir entendu les textes très personnels composés par ses élèves, elle les réprimanda :
« C'est trop triste ! Pourquoi toute cette tristesse ?, vous devez écrire sur d'autres choses. »
Les élèves sont restées muettes.
Le silence m'a ramenée à mon enfance. Lorsque j'ai réintégré la réalité, et suis donc redevenue une écrivaine de 48 ans, j'ai contredit les propos de la professeure et incité les filles à poursuivre leur lecture. En se levant de sa chaise, l'une d'elles à déclaré : « Moi, en lisant ce que j'avais écrit, j'ai eu l'impression que ce n'était pas moi qui avait vécu ça, mais quelqu'un d'autre. »
La sonnerie a retenti. L'enseignante m'a remerciée de lui avoir montré un exercice qui lui serait utile pour ses cours.
« Il a été conçu par George Perec, un écrivain français qui nous apprend à observer l’infra-ordinaire », lui ai-je expliqué.
« Oui,  oui,  bien sûr… », a-t-elle répondu en disparaissant avec le cahier de présence.
Quand elle est sortie, deux étudiantes se sont approchées de moi. Elles voulaient me confier qu'avant ma visite, elles ignoraient tout bonnement que leurs vies pouvaient être matière à écriture et devenir des histoires : « Vous avez changé notre façon de regarder autour de nous. »

Traduction par Elena Geneau et Perrine Huet

Les Pachacamac – phrase 10

Desde varios años atrás este hombre surcaba y bajaba por las aguas del Huallaga,  era conocido en todos los puertos y conocía esas regiones ribereñas como la palma de su mano.

Traduction temporaire :
Cet homme sillonnait les eaux et descendait le cours du Huallaga depuis plusieurs années. Il était célèbre dans tous les ports et connaissait les zones côtières comme sa poche.

Question de lexique

Qu'est-ce qu'un = ACRONYME ?

Photo du paiche


Les Étoiles filantes / 2 – phrase 129

Había perdido las esperanzas.

Traduction temporaire :
Elle avait perdu l'espoir.

Question de civilisation

Qu'est-ce que le = PAICHE ?

Les Big bang – phrase 30

Tomó el marcador láser y encendió un panel luminoso.

Traduction temporaire :
Il prit son pointeur laser et alluma un panneau lumineux.

Les Étoiles filantes / 2 – phrases 127-128

Y allí estaba. Era como una amiga que la saludara al paso, y sin embargo casi deseaba no verla más,  porque eso significaría que habían abandonado el ciclo.

Traduction temporaire :
Elle était là, une amie qui la saluait au passage ; et néanmoins, elle souhaitait presque ne plus la revoir – cela signifierait qu'ils étaient sortis du cycle.

Message à l'attention de Vanessa et Justine

Alors, que fait-on pour la nouvelle de Rafael – avec cette complexe histoire de la citation fantôme ? Où en êtes-vous de vos recherches ? Ou, le cas échéant, de vos réflexions sur la meilleure solution à adopter en cas d'échec ?

Les Voies lactées – phrase 24

Para hacer corta una historia larga, Zappi empezó a leer con cuidado un documento polvoriento que venía con la caja de semillas.

Traduction temporaire :
Pour faire court – car l'histoire est longue –, Zappi commença à lire avec application le document poussiéreux joint à la boîte de graines.

Les Pachacamac – phrase 9

Juvenal había sido un indio recio, valiente y honesto; por eso la comunidad le confió todos sus negocios como la venta de los tejidos, las gallinas de monte y, entre otros, la carne seca de sajino y la deliciosa carne de paiche.

Traduction temporaire :
Juvenal avait été un indien robuste, courageux et honnête ; raison pour laquelle la communauté lui avait confié toutes ses affaires, depuis la vente des tissus jusqu'à celle des grands tinamous en passant, entre autres, par celle de la viande séchée de pécari à collier et de la délicieuse chair de paiche.

mercredi 25 avril 2012

Journée d'étude « SF en Amérique latine » à Nanterre

Le programme !

Programme Definitif

La ventana y la pena – phrase 31

Cuando hubo salido,  se acercaron dos estudiantes,  querían decirme que antes de mi visita no sabían que sus vidas podían escribirse y convertirse en historia: “Usted nos cambió la manera de mirar”.

Traduction temporaire :
Quand elle est sortie, deux étudiantes se sont approchées de moi. Elles voulaient me confier qu'avant ma visite, elles ignoraient tout bonnement que leurs vies pouvaient être matière à écriture et devenir des histoires : « Vous avez changé notre façon de regarder autour de nous. »

Question de civilisation

Qu'est-ce que la « loi du Secure Fence Act » ? (Mexique)

Question de lexique

Qu'es-ce que le = BAUDOUINAGE ?

mardi 24 avril 2012

La chanson du mardi – choisie par Joachim

http://www.youtube.com/watch?v=s9tC2Mx_YvU

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 126

Cada vez que volvían a pasar por ese lugar se sentaba allí para reconocerla.

Traduction temporaire :
Chaque fois qu'ils passaient à cet endroit, elle venait s'asseoir là pour la distinguer au milieu des autres.

La ventana y la pena – phrase 30

“Claro”, dijo, desapareciendo con el libro de asistencia.

Traduction temporaire :
« Oui,  oui,  bien sûr… », répondit-elle en disparaissant avec le cahier de présence.

Question de lexique

Que signifie le mot = LONGANIME ?

Question de civilisation

Qu'appelle-t-on la « tortilla border » ?

lundi 23 avril 2012

Question de lexique

Que signifie le mot = HYDATISME ?

Les Étoiles filantes / 2 – phrases 123-125

No estaba allí sola, claro. Tenía alrededor millones de piedras grises. Pero ésta era verde, y a Adriana le parecía solitaria.

Traduction temporaire :
Elle n'était pas seule, bien sûr. Il y avait des millions de pierres grises autour. Mais celle-ci était verte, et elle faisait à Adriana l'impression d'être solitaire.

Les Pachacamac – phrase 8

Fue éste quien por primera vez trajo consigo la radio a pilas y una escopeta de cañón largo que, a pesar de treinta y tantos años de uso aún funcionaba.

Traduction temporaire :
C'est lui qui, pour la première fois, était revenu avec une radio à piles et un fusil à canon long qui, bien qu'ayant servi une trentaine d'années, fonctionnait toujours.

Les Voies lactées – phrase 23

Sin embargo, por algún motivo desconocido, el Consejo de la colonia no se atrevía a clausurar el museo ni a botar los objetos.

Traduction temporaire :
Pourtant, pour une raison inconnue, le Conseil de la colonie n’osait pas fermer le musée, ni se débarrasser des objets en question.

Les Big bang – phrase 29

—Nosotros somos un equipo, Mer — Cuando se dirigía a su gente lo hacía por sus nombres de pila,  no por sus cargos.

Traduction temporaire :
— Oui, mais nous, nous sommes une équipe, Mer – quand il s'adressait à ses hommes, il les appelait par leurs prénoms, sans référence à leurs grades.

Version à rendre pour le 2 mai

Cuando alcanzó su casa, aún no habían empezado a caer las primeras gotas.
Toda la familia Nives procedía de aquella casona ancha y sólida de ganaderos señores, que ahora era suya, aunque, como todos sus bienes, los tenía su madre en usufructo.
Otros parientes de Eulogio se habían instalado en Madrid y en varias capitales de provincias. Casi todos eran grandes burgueses, mucho más ricos que lo había sido Miguel Nives, el padre de Eulogio, aunque su manera de vivir no era mejor que la que había establecido Mariana para ellos. Las Empresas Comerciales Nives, por ejemplo, con un capital de muchos millones, pertenecían a sus tíos y a sus primos hermanos casi totalmente... Y todo esto tenía importancia, mucha más importancia en la familia de Eulogio, que en la mayoría de las familias españolas corrientes, porque los Nives tenían un instinto familiar fuertísimo. Paulina solía decir que los Nives eran una especie de masonería desparramada por la nación. Ni siquiera la guerra civil les había desunido. Todos los parientes, de distintas tendencias políticas, se habían ayudado cuanto pudieron salvando todas las diferencias de opinión. A Eulogio le ayudaron sus parientes cuando estuvo en América; y al llegar a España le habían tendido una mano. Eulogio se sentía más sólidamente asentado en la vida al darse cuenta de que no estaba solo, de que pertenecía a un clan. Un clan de trabajadores, llenos de tesón, afortunados.
Antonio Nives, aquel primo segundo de Eulogio, con el que Paulina se había negado a marchar a Ponferrada, era el Nives más acaudalado y menos característico; éste (hijo de un buen abogado de Barcelona) era rico sin ninguna clase de mérito propio. Era rico por gracia del destino. Su madre (una muchacha de origen filipino, con una fortuna inmensa) murió al nacer Antonio y ahora él había heredado esta gran fortuna. El abogado, su padre, que también le había hecho estudiar esa carrera con la esperanza de tenerle en su bufete, le desesperaba al ver la vida que hacía Antonio de absoluta pereza y despilfarro. Se había confiado en su matrimonio como en un recurso. Pero desde que se había casado iba mucho peor aún...
Todos los Nives consideraban a Antonio con ciertas reservas. El matrimonio que había hecho les llenaba de asombro, porque Rita Vados, la mujer de Antonio, era exactamente la clase de persona que cualquier señora Nives hubiese deseado para su hijo, así como Paulina, la mujer de Eulogio, hubiera sido considerada una desgracia familiar siempre... Y sin embargo, Eulogio, un muchacho sensato, que siempre hizo lo que sus padres esperaban de él, había escogido a Paulina, y era Antonio, el nervioso, el «artista» —y sus parientes daban a esta palabra un retintín bastante merecido, pues Antonio presumía de poeta y escritor sin razón alguna— quien había sabido elegir y conquistar a la hija de los condes de Vados de Robre, la mejor familia del país, y la única aristócrata del pueblo. 

Carmen Laforet, La mujer nueva

dimanche 22 avril 2012

Question de lexique

Que signifie le mot = HOPLOMACHIE ?

samedi 21 avril 2012

Version à rendre pour le 20 avril

Fue una tarde de junio cuando su madre decidió enseñarle a contar. Lo acomodó en su regazo y con la misma voz indiferente con la cual narraba historias de ángeles y bestias le reveló el secreto de las matemáticas, susurrando cada cifra como si se tratase de una estación más en el vía crucis,  o un salmo inserto en sus plegarias. Detrás de los cristales, la arboleda se estremecía con la primera tormenta del verano; su violento martilleo les recordaba la presencia de Dios y el tamaño de su misericordia. Ese día, Frank obtuvo un remedio contra las tempestades y aprendió,  además,  que los números son mejores que las personas. A diferencia de los seres humanos -pensaba en la repentina cólera de su padre o en la distante soberbia de su madre-, uno siempre puede confiar en ellos: no se alteran ni mudan su ánimo,  no engañan ni traicionan,  no te golpean por ser frágil., Pasaron varios años antes de que descubriera, durante un ataque de fiebre,  que la aritmética oculta sus propios trastornos y manías, y que no forma, como creyó en un principio, una comunidad tenue e inconmovible. Entre delirios -el médico había bañado su cuerpo desnudo con trozos de hielo-, el pequeño Frank observó por primera vez sus pasiones secretas. Al igual que los hombres que conocía hasta entonces,  los números luchaban entre sí con una ferocidad que no admitía capitulaciones. Luego comprobó la variedad de sus conductas: se amaban entre paréntesis,  fornicaban al multiplicarse, se aniquilaban en las sustracciones, construían palacios con los sólidos pitagóricos, danzaban de un extremo a otro de la vasta geometría euclidiana,  inventaban utopías en el cálculo diferencial y se condenaban a muerte en el abismo de las raíces cuadradas. Su infierno era peor: no yacía debajo del cero, en los números negativos -odiosa simplificación infantil- sino en las paradojas, en las anomalías, en el penoso espectro de las probabilidades.

Jorge Volpí,  En busca de Klingsor

***

Nathalie nous propose sa traduction

C’est par un après-midi de juin que sa mère résolut de lui apprendre à compter. Elle le fit s’asseoir sur son giron et avec la même voix détachée que celle qu’elle prenait pour raconter des histoires d’anges et de monstres, elle lui révéla le secret des mathématiques, susurrant chaque chiffre comme s’il s’agissait d’une station supplémentaire du chemin de croix, ou d’un psaume inséré à ses prières. Derrière les vitres, les bois frémissaient sous le premier orage de l’été, son violent martèlement leur rappelait la présence de Dieu et la grandeur de sa miséricorde. Ce jour là, Franck trouva un remède aux tempêtes et apprit, en outre, que les nombres valent plus que les gens. A la différence des êtres humains- il  pensa  à la soudaine colère de son père ou à la froide vanité de sa mère-, on peut toujours leur faire confiance : ils ne se mettent pas en colère, ni ne changent d’humeur, ils ne trompent pas ni ne trahissent, ils ne vous  frappent pas parce que vous êtes  fragile.
Plusieurs années s’écoulèrent  avant qu’il ne découvrît, lors d’un accès de fièvre, que l’arithmétique cache ses propres dérèglements et manies, et qu’elle ne constitue pas, comme il l’avait cru au début, une communauté fragile et inamovible. Entre deux délires-le médecin avait recouvert son corps n de morceaux de glace- le jeune Franck avait observé pour la première fois leurs passions secrètes.  De la même manière que les hommes qu’il avait connus jusqu’à présent, les nombres luttaient entre eux avec une férocité qui ne tolérait aucune capitulation. Il examina ensuite la diversité de leurs comportements : ils s’aimaient entre parenthèses, forniquaient quand on les multipliait, s’anéantissaient dans les soustractions, bâtissaient des palais avec les solides pythagoriciens, dansaient d’un bout à l’autre de la vaste géométrie euclidienne, inventaient des utopies avec le calcul différentiel et se condamnaient à mort dans l’abîme des racines carrées. Pire était leur enfer : il ne gisait pas sous le zéro, au niveau des nombres négatifs-odieuse simplification infantile-mais au niveau  des paradoxes, des anomalies, du douloureux spectre des probabilités.

***

Justine nous propose sa traduction :

Ce fut par un après-midi de juin que sa mère décida de lui apprendre à compter. Elle l'installa confortablement dans son giron, et avec la même voix indifférente que celle qu'elle prenait pour lui raconter des histoires d'anges et de bêtes sauvages, elle lui révéla le secret des mathématiques ; en susurrant chaque chiffre comme s'il s'agissait d'une étape supplémentaire sur le chemin de croix ou d'un psaume inséré dans ses prières. Derrière les vitres, les bosquets tremblaient sous le premier orage de l'été dont les frappes violentes leur rappelaient la présence de Dieu et sa grande miséricorde. Ce jour-là, Frank obtint un remède contre les tempêtes et apprit, en outre, que les nombres étaient meilleurs que les gens. À la différence des êtres humains – il pensait à la colère soudaine de son père ou à l'orgueil qui rendait sa mère distante –, on pouvait toujours leur faire confiance : Ils ne changeaient pas et avaient toujours le même état d'esprit ; ils ne dupaient ni ne trahissaient personne, ils ne s'en prenaient pas à ta fragilité.
De nombreuses années passèrent avant qu'il ne découvrit, durant une poussée de fièvre, que l'arithmétique cachait ses propres troubles et folies, et qu'elle ne formait pas, comme il l'avait cru dans un premier temps, une communauté faible et inébranlable. Dans ses délires – le médecin avait baigné son corps nu avec  des morceaux de glace –, le petit Frank observa pour la première fois leurs passions secrètes. Comme les hommes qu'il avait connus jusqu'alors, les nombres se battaient entre eux, avec une férocité qui n'admettait aucune capitulation. Puis il constata la variété de leurs comportements : ils s'aimaient entre parenthèses, forniquaient en se multipliant, s'anéantissaient dans les soustractions, construisaient des palais avec les solides de Pythagore, dansaient d'un bout à l'autre de la vaste géométrie euclidienne, inventaient des utopies dans le calcul différentiel et se condamnaient à mort dans l'abîme des racines carrées. Son enfer était pire : Il n'était pas en-dessous du zéro, dans les nombres négatifs – odieuse simplification infantile –, mais dans les paradoxes, les anomalies, le douloureux spectre des probabilités.

***

Elena nous propose sa traduction :

Ce fut un après-midi de juin, lorsque sa mère décida de lui apprendre à compter. Elle le prit sur ses genoux et, avec la même voix indifférente avec laquelle elle racontait des histoires d’anges et démons, elle lui révéla le secret des mathématiques, susurrant chaque chiffre comme s’il s’agissait d’une banale station du via crucis, ou d’un psaume inséré dans ses prières. Derrière les vitres, les arbres grelottaient sous le premier orage de l’été ; son violent martèlement leur rappelait la présence de Dieu et la mesure de sa miséricorde. Ce jour-là, Franck obtint un remède contre les tempêtes et apprit, en plus, que les nombres sont meilleurs que les personnes. Contrairement aux êtres humains – il songeait à la soudaine colère de son père ou à la distante arrogance de sa mère –, on peut toujours leur faire confiance : ils ne s'altèrent ni ne modifient leur état d’âme, ils ne trompent ni ne trahissent, ils ne frappent pas quelqu’un de fragile.
Plusieurs années s’écoulèrent avant qu’il ne découvre, lors d’un accès de fièvre, que l’arithmétique cache ses propres perturbations et manies, et qu’elle ne forme pas, tel qu’il le crut au début, une communauté anodine et immobile. Au milieu des délires – le médecin avait plongé son corps nu dans de l’eau avec des glaçons –, le petit Franck contempla pour la première fois ses passions secrètes. À l’instar des hommes qu’il connaissait jusqu’alors, les nombres se battaient entre eux avec une férocité qui n’admettait pas de capitulations. Ensuite, il vérifia la diversité de leurs comportements : ils s’aimaient entre parenthèses, ils forniquaient en se multipliant, ils s’exterminaient dans les soustractions, ils construisaient des palais avec les solides pythagoriques, ils dansaient d’un bout à l’autre de la vaste géométrie euclidienne, ils inventaient des utopies dans le calcul différentiel, et ils se condamnaient à mort dans l’abîme des racines carrées. Leur enfer était pire : il ne gisait pas en dessous du zéro, dans les nombres négatifs – odieuse simplification infantile –, mais dans les paradoxes, dans les anomalies, dans le pénible spectre des probabilités.

vendredi 20 avril 2012

La ventana y la pena – phrase 29

“Es de George Pérec, un escritor francés que enseña a observar lo infraordinario”, le expliqué.

Traduction temporaire :
« Il a été conçu par George Perec, un écrivain français qui nous apprend à observer l’infra-ordinaire », lui ai-je expliqué.

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 122

Adriana reconocía una piedra al paso, una piedra verde, semitransparente, que yacía solitaria en el interminable desierto.

Traduction temporaire :
Adriana reconnaissait une pierre ici ou là, une pierre verte, translucide, qui gisait, solitaire, dans le désert interminable.

Question de lexique

Qu'est-ce qu'une = COTIGNAC ?

Le poème du vendredi – choisi par Elena


Romance Sonámbulo

Verde que te quiero verde.
Verde viento. Verdes ramas.
El barco sobre la mar
y el caballo en la montaña.
Con la sombra en la cintura
ella sueña en su baranda,
verde carne, pelo verde,
con ojos de fría plata.
Verde que te quiero verde.
Bajo la luna gitana,
las cosas la están mirando
y ella no puede mirarlas.

Verde que te quiero verde.
Grandes estrellas de escarcha,
vienen con el pez de sombra
que abre el camino del alba.
La higuera frota su viento 
con la lija de sus ramas,
y el monte, gato garduño,
eriza sus pitas agrias.
¿Pero quién vendrá? ¿Y por dónde?
Ella sigue en su baranda,
verde carne, pelo verde,
soñando en la mar amarga.

--Compadre, quiero cambiar
mi caballo por su casa,
mi montura por su espejo,
mi cuchillo por su manta.
Compadre, vengo sangrando,
desde los puertos de Cabra.
--Si yo pudiera, mocito,
este trato se cerraba.
Pero yo ya no soy yo,
ni mi casa es ya mi casa.
--Compadre, quiero morir,
decentemente en mi cama.
De acero, si puede ser,
con las sábanas de holanda.
¿No ves la herida que tengo
desde el pecho a la garganta?
--Trescientas rosas morenas
lleva tu pechera blanca.
Tu sangre rezuma y huele
alrededor de tu faja.
Pero yo ya no soy yo,
ni mi casa es ya mi casa.
--Dejadme subir al menos
hasta las altas barandas,
¡dejadme subir!, dejadme
hasta las verdes barandas.
Barandales de la luna
por donde retumba el agua.

Ya suben los dos compadres
hacia las altas barandas.
Dejando un rastro de sangre.
Dejando un rastro de lágrimas.
Temblaban en los tejados
farolillos de hojalata.
Mil panderos de cristal
herían la madrugada.

Verde que te quiero verde,
verde viento, verdes ramas.
Los dos compadres subieron.
El largo viento dejaba
en la boca un raro gusto
de hiel, de menta y de albahaca.
--¡Compadre! ¿Dónde está, dime?
¿Dónde está tu niña amarga?
¡Cuántas veces te esperó!
¡Cuántas veces te esperara,
cara fresca, negro pelo,
en esta verde baranda!

Sobre el rostro del aljibe
se mecía la gitana.
Verde carne, pelo verde,
con ojos de fría plata.
Un carámbano de luna
la sostiene sobre el agua.
La noche se puso íntima
como una pequeña plaza.
Guardias civiles borrachos
en la puerta golpeaban. 
Verde que te quiero verde,
verde viento, verdes ramas.
El barco sobre la mar.
Y el caballo en la montaña.

Federico García Lorca, Romancero gitano.

jeudi 19 avril 2012

Les Pachacamac – phrase 7

Sólo un hombre conocía a los “otros” y ese era Juvenal, el comerciante.

Traduction temporaire :
Seul un homme avait été en contact avec « les autres », Juvenal, le commerçant.

Les Voies lactées – phrase 22

En cinco años, sólo lo había visitado una persona y había sido por error. 

Traduction temporaire :
En cinq ans, une seule personne l'avait visité, et encore, par erreur.

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 121

Seguía igual durante kilómetros y kilómetros.

Traduction temporaire :
Et cela continuait sur des kilomètres et des kilomètres.

La ventana y la pena – phrases 27-28

Sonó el timbre. La profesora me agradeció haberle mostrado un ejercicio que le serviría para su clase. 

Traduction temporaire :
La sonnerie a retenti. L'enseignante m'a remerciée de lui avoir montré un exercice qui lui serait utile pour ses cours.

À propos de la traduction du discours de Carlos Fuentes

Chères Vanessa, Elena, Irène, Jacqueline, Laëtitia,

Sans doute serez-vous contentes d'appendre que votre traduction du discours prononcé par Carlos Fuentes lors de la réception de remise de son diplôme de Docteur Honoris Causa a été publiée sur le blog des américanistes de l'équipe d'accueil AMERIBER de l'Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3… Un lien sera prochainement mis sur le site général de l'université.

Merci à toutes pour ce beau travail !

Bienvenue à…

… l'abonnée n°128 : Danièle !

Question de lexique

Que signifie le mot = HYPOCRAS ?

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 120

La polvorienta tierra estaba cubierta de piedrecillas y no había árboles. 

Traduction temporaire :
La terre poussiéreuse était couverte de cailloux et il n'y avait pas d'arbres.

La ventana y la pena – phrase 26

Levantándose de la silla, una dijo: “A mi me pasó que al leer lo que escribí, sentí que no era yo la que había vivido eso, sino otra persona”. 

Traduction temporaire :
En se levant de sa chaise, l'une d'elles à déclaré : « Moi, en lisant ce que j'avais écrit, j'ai eu l'impression que ce n'était pas moi qui avait vécu ça, mais quelqu'un d'autre. »

Les Pachacamac – phrase 6

A pesar de saber de los adelantos de la ciencia, los waro jamás intentaron llegar hasta el pueblo más cercano y ver con sus propios ojos, a “la otra gente” como ellos llamaban a los de la ciudad.

Traduction temporaire :
Bien qu'ils aient connaissance des avancées de la science, les Waro n'avaient jamais tenté d'aller jusqu'au village le plus proche et de voir de leurs propres yeux « les autres gens », selon l'expression qu'ils utilisaient pour désigner les habitants de la ville.

Question de civilisation

Que sont les Shiwiar ?

(dans la mesure du possible, cherchez ailleurs que sur Wikipedia)

Les Étoiles filantes / 2 – phrases 118-119

Se acomodó. Frente a la ventanilla pasaban interminables arbustos achaparrados, globosos, llenos de espinas, de color gris que por instantes, como por error, recordaba el verde.

Traduction temporaire :
Elle s'installa. Devant la fenêtre défilaient d'interminables arbustes râblés, en forme de bulle,  hérissés d'épines, d'un gris qui, de loin en loin, comme par erreur, rappelait le vert.

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 117

Llegó a su vagón y a su asiento justo unos minutos antes de su comprobación diaria. 

Traduction temporaire :
Elle fut de retour dans son wagon et à son siège juste quelques minutes avant sa vérification journalière.

La ventana y la pena – phrase 25

Cuando volví, convertida en una escritora de 48 años, desmentí a la profesora y pedí a las jóvenes que continuaran leyendo. 

Traduction temporaire :
Lorsque j'ai réintégré la réalité, et suis donc redevenue une écrivaine de 48 ans, j'ai contredit les propos de la professeure et incité les filles à poursuivre leur lecture.

Les Pachacamac – phrase 5

Hombres de bien y ajenos a la codicia de los pueblos civilizados, esta comunidad vivía a las orillas del Huallaga. 

Traduction temporaire :
Hommes de bien et étrangers à la cupidité des peuples civilisés, cette communauté vivait sur les rives du Huallaga.

mercredi 18 avril 2012

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 116

Los pestillos ni siquiera giraban un milímetro.

Traduction temporaire :
Les poignées ne bougeaient même pas d'un millimètre.

Les Big bang – phrase 28

—Y con algo de miedo agregó—: y nosotros somos un rejunte de naves.

Traduction temporaire :
— et il ajouta, légèrement effrayé : quant à nous, nous ne sommes qu'une poignée de vaisseaux.

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 115

Por el camino probó las puertas, pero estaban atascadas, prisioneras del mismo efecto congelador.

Traduction temporaire :
En chemin, elle essaya en vain d'ouvrir les portes ; elles étaient bloquées, prisonnières du même effet glaçant.

La ventana y la pena – phrase 24

El silencio me transportó a mi infancia. 

Traduction temporaire :
Le silence m'a ramenée à mon enfance.

Question de civilisation

Qu'est-ce que le Sirionío ?
(dans la mesure du possible essayez de trouver d'autres sources que Wikipedia – pratique mais fiable jusqu'à un certain point seulement et globalement assez peu scientifique).

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 114

Saludó y se levantó.

Traduction temporaire :
Elle prit congé et se leva.

Question de lexique

Que signifie l'adjectif = PAPELARD ?

Les Pachacamac – phrase 4

Ahora regresarían a sus caseríos satisfechos y orondos de su preciosa carga.

Traduction temporaire :
À présent, ils pouvaient rentrer dans leur hameau, satisfaits et fiers de leur précieuse charge.

La ventana y la pena – phrase 23

Las jóvenes callaron.

Traduction temporaire :
Les élèves sont restées muettes.

Les Étoiles filantes / 2 – phrases 111-113

—Decíme qué te pareció lo que te leí.
Silencio. Silencio…

Traduction temporaire :
— Donne-moi ton opinion sur ce que je t'ai lu.
Silence. Silence…

La ventana y la pena – phrase 22

“Demasiado tristes,  ¿por qué tanta tristeza?,  tienen que escribir de otras cosas”.

Traduction temporaire :
« C'est trop triste ! Pourquoi toute cette tristesse ?, vous devez écrire sur d'autres choses. »

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 110

Adriana no quería hablar de eso.

Traduction temporaire :
Adriana ne voulait aborder ce sujet.

Les Voies lactées – phrase 21

Nadie sabía o recordaba cómo sobrevivieron dichos objetos, pero en fin, se suponía que provenían del planeta Tierra, aunque el interés de los residentes de Bosques de Cibeles en este museo era nulo, y por tanto el trabajo de Zappi, sumamente aburrido.

Traduction temporaire :
Personne ne savait ou ne se rappelait comment lesdits objets avaient pu être préservés, mais on supposait qu’ils provenaient de la planète Terre – même s'il est vrai que l’intérêt des habitants de Bois de Cybèle pour ce musée était nul ; le travail de Zappi s'en trouvant extrêmement ennuyeux.

Les Pachacamac – phrase 3

Era el cuarto mono de la tarde y para los dos hermanos la caza estaba finalizada. 

Traduction temporaire :
C'était le quatrième singe de l'après-midi et pour les deux frères, la chasse était terminée.

mardi 17 avril 2012

La chanson du mardi – choisie par Elena

Una propuesta indecente:

Pour en savoir plus :

Question de lexique

Que signifie le mot = CUISTRE ?

Question de civilisation

Que veut dire le mot « anqas » en quechua ?

Exercice d'écriture

Ce travail est destiné à celles et ceux qui souhaitent s'entraîner pour le test d'entrée du Master 2 « métiers de la traduction » de Bordeaux 3… et au-delà, aux Tradabordiens qui ont envie d'écrire et de faire lire leur texte – à rédiger en français ou en espagnol.

Sujet n°2 :
Vous adjoindrez les exemples de votre choix (aussi sérieux et délirants que vous voulez) aux arguments de ce texte.
(précision / explication : après chaque phrase, il faudra introduire une illustration – qui devra donc se mêler naturellement dans l'ensemble… comme si elle en faisait pleinement et naturellement partie).

À rendre pour le 27 avril


Dans la vie, l’essentiel est de porter sur tout des jugements a priori. Il apparaît, en effet, que les masses ont tort, et les individus toujours raison. Il faut se garder d’en  déduire des règles de conduite : elles ne doivent pas avoir besoin d’être formulées pour qu’on les suive. Il y a seulement deux choses : c’est l’amour, de toutes les façons, avec des jolies filles, et la musique de la Nouvelle-Orléans ou de Duke Ellington. Le reste devrait disparaître, car le reste est laid, et les quelques pages de démonstration qui suivent tirent toute leur force du fait que l’histoire est entièrement vraie, puisque je l’ai imaginée d’un bout à l’autre. Sa réalisation matérielle proprement dite consiste essentiellement en une projection de la réalité, en atmosphère biaise et chauffée, sur un plan de référence irrégulièrement ondulé et présentant de la distorsion. On le voit, c’est un procédé avouable, s’il en fut.

Les Big bang – phrase 27

Porque esa avanzada cuenta con los dos artilleros más potentes y veloces de la tropa de AFAX 

Traduction temporaire :
Parce que ce détachement comporte les deux artilleurs les plus puissants et rapides des troupes de l’AFAX

Les Pachacamac – phrase 2

Se veía que era un mono de gran tamaño pues en su estrepitosa caída fue quebrando ramas y haciendo volar hojas por doquier. 

Traduction temporaire :
À l'évidence, il s'agissait d'un singe de grande taille, car dans sa chute assourdissante, il avait brisé des branches et fait voler des feuilles dans tous les sens.

lundi 16 avril 2012

Question de civilisation

Qu'est-ce qu'un KAPOKIER ?

Projet Pérou / C2C - Les Pachacamac – phrase 1

L'équipe 1 (Perrine Huet / Justine Ladaique / Julie Lebond) a choisi son nom – « les Pachacamac » – et peut donc commencer dès à présent son travail de traduction de la nouvelle de Carlos Murayami, « La ciudad de los ahogados »

Phrase 1 :

I. EL NACIMIENTO

Con un tiro más de escopeta, otro mono se desplomó de la copa de una gran lupuna.


Traduction temporaire :


I.LA NAISSANCE


Après un nouveau coup de fusil, un autre singe dégringola de la cime d’un grand kapokier.

Exercice d'écriture

« Description d'un kiwi », par Justine Ladaique

En tant que kiwi, j’ai moi aussi des états d’âme et des tranches de vie que je souhaiterais partager avec ceux qui s’intéresseront à moi.
Je m’adresserai aux consommateurs qui viennent me dénicher sur les étals des maraîchers, des primeurs ou même des grandes surfaces. Il y a là ceux pour qui je ne représente qu’une source de fibres, de vitamines ; ces gens-là, je les repère tout de suite : Ils sont généralement pressés, ne prennent pas le temps de me choisir et me mettent directement dans un sac plastique sans ménagement. Souvent là, je me retrouve entassé avec plusieurs de mes congénères, à subir des chocs physiques autant qu’émotionnels et nous avons tout le loisir de nous lamenter sur notre sort…
Mais heureusement, cela ne se passe pas toujours comme ça. Il y aussi des gens qui m’apprécient à ma juste valeur. Les moments passés en leur compagnie sont un vrai régal !
Sentir que je peux éveiller leurs sens, me rend fou de joie ! Quand je vois un regard pétillant et gourmand se poser sur moi, je me dis que c’est le début d’une belle histoire… Puis c’est au tour des mains d’offrir un écrin à ma silhouette oblongue, de se perdre en caresses sensuelles sur ma robe brune et rugueuse. Comme j’y suis sensible, j’y réponds en hérissant mes poils qui viennent en gratter les paumes. Ça y est la complicité est établie : Je suis l’élu !
J’aime  l’étape suivante où un couteau vient délicatement m’ouvrir en deux, me permettant ainsi de dévoiler ma chair vert pâle et mes pépins noirs entourant mon cœur blanc, ainsi que mon parfum léger et subtil, que je prends bien soin de cacher sous ma peau velue pour que vous ne le sentiez qu’en me découvrant, afin de récompenser l’intérêt que vous me portez.
Maintenant soit vous fondez devant moi sur-le- champ et vous ne résistez pas à l’envie de plonger une petite cuillère dans ma pulpe tendre et juteuse, ce qui provoquera chez moi un chatouillis agréable ; soit vous pouvez patienter et je peux frissonner sous la lame dudit couteau qui me déshabille alors lentement, coupe des formes rondes le long de mon corps, y dessine ou y  taille des étoiles ou tout autre chose ;  et ainsi modelé, je suis désormais paré à orner et agrémenter vos assiettes, vos desserts ou vos cocktails. Dans tous les cas, je me ferai un plaisir de ravir vos papilles en libérant mes arômes acidulés et je m’abandonnerai avec bonheur aux baisers de vos dents exquises.

Les Voies lactées – phrases 19-20

Exactamente, tres objetos. Un fragmento de la nave que aterrizó en el planeta por vez primera, una caja de semillas varias y una media de rayas blancas y negras. 

Traduction temporaire :
Oui,  exactement, trois objets : un fragment du premier vaisseau qui avait atterri sur la planète, une boîte contenant un assortiment de graines et une chaussette à rayures blanches et noires.

Question de lexique

Que signifie le mot = OUTRECUIDANT ?

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 109

Y sin embargo,  mi papá se murió. ¿No es increíble?»

Traduction temporaire :
Et pourtant, mon père est mort. Incroyable, non ?

La ventana y la pena – phrase 21

Y, al escuchar las experiencias escritas por sus alumnas, las reprendió:

Traduction temporaire :
Et, après avoir entendu les textes très personnels composés par ses élèves, elle les réprimanda :

Question de civilisation

Que sont les tambochas en Amazonie ?

Les Big bang – phrase 26

—¿Cuál será el planteo táctico? —preguntó uno de sus capitanes—. 

Traduction temporaire :
— Quelle sera la mise en place tactique ? – demanda l'un de ses capitaines.

La ventana y la pena – phrase 20

“No, pero sonaba tan bonito, me transporté a otro mundo”.

Traduction temporaire :
« Non, mais le son était tellement doux à mon oreille que j'ai été transportée dans un autre monde. »

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 108

Creo que muchas de nosotras creemos que son como dioses, incluso que estarán siempre allí, con sus manos fuertes, listos para auxiliarnos. 

Traduction temporaire :
Beaucoup d'entre nous, je crois, considèrent qu'ils sont comme des dieux, y compris qu'ils seront toujours là, avec leurs mains fortes, prêts à nous secourir.

dimanche 15 avril 2012

Question de lexique

Que signifie le mot = COMMISÉRATION ?

samedi 14 avril 2012

Question de civilisation

Qu'est-ce que le = Mapudungún ?

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 107

Muchas veces nos importa mucho que puedan, así que los alimentamos. 

Traduction temporaire :
Comme cela nous semble très souvent de la plus haute importance qu'ils y arrivent, nous, nous les nourrissons.

La ventana y la pena – phrase 19

“Escuché poemas en mapudungun”. ¿Y usted sabe mapudungún?, le pregunté.

Traduction temporaire :
« J'ai écouté des poèmes en mapudungún. » Vous parlez mapudungún ?, me suis-je étonnée.

À propos du projet Pérou / C2C

De quoi s'agit-il ? Très contents de la collaboration avec l'équipe tradabordienne pour le projet SF / C2C, mes collègues de Nanterre m'ont demandé de renouveler l'expérience pour illustrer une journée d'étude qu'ils ont organisée en novembre dernier autour de la question des auteurs péruviens résidant en France. Il y aura cette fois entre 4 et 6 textes à traduire – que nous ne choisissons pas. Nous changeons complètement de sphère… et nous risquons d'avoir d'autres enjeux et défis lexicaux et culturels à relever. Voyons cela !

Les premières équipes sont à présent constituées :

Laëtitia Sw / Elena – « Sólo hay espacio entre las ratas » de Lenin Solano
Perrine / Justine – « La Ciudad de los ahogados » de Carlos Murayami
Vanessa / Cloé – « Uro en París » de Miguel Ángel Torres
Jacqueline / Julie – « Efecto Cero » de 

Le départ est proche… mais il vous faut au préalable vous trouver des noms (en rapport avec le Pérou, évidemment) et, si vous le souhaitez, une couleur (adaptée au visuel global du blog).

Les étudiants poitevins les plus assidus pour le projet SF / C2C (notamment Élodie, Julie et Joachim) peuvent solliciter d'être intégrés à l'une ou l'autre – faites-le savoir dans les commentaires.

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 106

Nosotras los elevamos a pedestales, nosotras creemos que ellos pueden. 

Traduction temporaire :
Nous, les femmes, nous les mettons sur des piédestaux, nous croyons qu'ils peuvent tout.

La ventana y la pena – phrase 18

La profesora volvió con los ojos iluminados.

Traduction temporaire :
L’enseignante est revenue les yeux brillants.

Fin du voyage pour…

… l'équipe des Aurores boréales ! Perrine, Justine et Sophie en ont terminé avec la drôlatique nouvelle de Claudio G. del Castillo « Pionniers de l'espace ».

Question de lexique

Que signifie le mot = VELLÉITAIRE ?

Les Aurores boréales – phrases 73-74

Koroliov se soba el cuello y murmura:
–Narices,  ni la perra.


Traduction tmporaire :
Korolev se masse le cou et marmonne :
— Alors là, merde, même la chienne, c'est niet !

vendredi 13 avril 2012

Question de lexique

Que signifie le mot = DYSCOLE ?

Les Étoiles filantes / 2 – phrase 105

«Es a mí que me parece que los hombres son poderosos, ¿puedo echarle la culpa a ellos, entonces, de las actitudes prepotentes?

Traduction temporaire :
Mon impression, à moi, est que les hommes ont le pouvoir et alors du coup, est-ce que je dois les blâmer d'adopter une attitude suffisante ?

Préparation du test d'entrée au Master 2 pro « métiers de la traduction » de Bordeaux 3

Exercice d'écriture (à rendre pour le 17 avril) :

Le sujet : vous décrirez un kiwi…

Les Aurores boréales – phrase 72

Porque mi Pelusa nació en la isla,  pero no es persona…

Traduction temporaire :
Parce que même si ma peluche est née sur l'île, ça n'est pas un être humain.

Les Big bang – phrase 25

Propongo que la esperemos aquí, que nos hagamos fuertes en casa, que sepa lo que es jugar de visitante.

Traduction temporaire :
Je propose de l'attendre ici et de renforcer notre défense à domicile, qu'elle apprenne ce que c'est de jouer à l'extérieur.

La ventana y la pena – phrase 17

Las historias que las jovencitas escribieron eran bellas porque eran sentidas; la muerte del gato, un castigo, la discusión con una amiga, una tarde de lluvia.

Traduction temporaire :
Les histoires racontées par mes jeunes interlocutrices étaient belles car elles étaient sincères : la mort du chat, une punition, une dispute avec une amie, un après-midi pluvieux.

jeudi 12 avril 2012

Question de lexique

Que signifie le mot = VERSATILE ?

Les Voies lactées – phrase 18

Más letras tenía el nombre del museo que espacio, pues consistía en una reducida habitación donde reposaban tres objetos. 

Traduction temporaire :
L'espace dévolu à ce musée était plus restreint que son nom ne comportait de lettres ; composé d’une minuscule pièce, seuls trois objets y étaient exposés.