vendredi 3 mars 2017

Projet Elsa – micros série 1

El andante caballero bajó tan rápido de su caballo, que… ni siquiera se percató que pisó a su fiel Sancho...
¡quien también dormía en la cucheta de abajo!!!
L’errant chevalier descendit si vite de son cheval… qu’il ne s’aperçut même pas qu’il marcha sur son fidèle Sancho… qui dormait, aussi sur la couchette du bas !!!

*

FILOSOFIA 3G: Primero escribo, luego envío, después pienso, edito y ¡reenvío!
PHILOSOPHIE 3G : d’abord, j’écris, donc j’envoie ; ensuite je pense, édite et… renvoie ! 

*

La princesa neurótica le preguntaba a cada rato al espejo cuál era la más bonita. Este se hartó y le dijo: tu abuela.
La princesse névrosée demandait sans cesse à son miroir qui était la plus belle. Il se lassa et lui répondit : ta grand-mère.

*

Ella ha esperado a un joven en la esquina de siempre. Se ha pintado los labios y se ha vuelto anciana. El no la reconocerá. Es un anciano esperando a una joven.
Elle a attendu un jeune homme à l’angle de la rue de toujours. Elle a mis du rouge sur ses lèvres, puis, elle a vieilli. Il ne la reconnaîtra pas. C’est un vieil homme qui attend une jeune femme.

*

Miró al otro rincón y lo que vio no le gustó. Le habló al oído que estaba a su lado. Bajó del ring y se fue sin ni siquiera sacarse los guantes.
Il regarda vers l'autre coin et ce qu’il vit ne lui plut pas. Il chuchota quelque chose à l’oreille qu’il avait près de lui. Il descendit du ring et s’en alla, sans même enlever ses gants.

*

De haber sospechado antes sus intenciones, nadie hubiese dejado un arma a mano. Hoy él seguiría entre nosotros, haciéndonos reír como siempre.
Si on avait pressenti plus tôt ses intentions, personne n’aurait laissé une arme à sa portée. Aujourd’hui, il serait encore parmi nous, à nous faire rire, comme toujours.

*

Cerró el viejo álbum de fotos de su abuelo, lo miró pen-sativo y le preguntó: ¿en qué año la gente empezó a ver en colores?
Il referma le vieil album de photos de son grand-père, le regarda d’un air pensif et lui demanda : en quelle année les gens ont-ils commencé à voir en couleur ?

*

El miraba, ella admiraba. El asentía, ella sentía. El admiró, ella miró. El sintió, ella asintió. Les tomó una sonrisa, un beso; les tomó un momento definir la palabra amor.
Il regardait, elle admirait. Il consentait, elle ressentait. Il admira, elle regarda. Il ressentit, elle consentit. Il leur fallut un sourire, un baiser ; il leur fallut un instant pour définir le mot amour.

*

...ya no estábamos, no sentíamos, no éramos, ya no.
… nous n’étions plus là, ne sentions plus, n’existions plus, déjà.

33 commentaires:

elsa fernandez a dit…

L’errant chevalier descendit si vite de son cheval… qu’il ne s’aperçut même pas qu’il marcha sur son fidèle Sancho…
qui dormait aussi sur la couchette du bas !!!

*

PHILOSOPHIE 3G : d’abord, j’écris, donc j’envoie; ensuite je pense, édite et… renvoie !

*

La princesse névrosée demandait sans cesse au miroir qui était la plus belle. Il s’en lassa et lui dit : ta grand-mère.

*

Elle a attendu un jeune homme à l’angle de la rue de toujours. Elle s’est maquillé les lèvres ; elle est devenue vieille. Il ne la reconnaîtra pas. C’est un vieil homme qui attend une jeune femme.

*

Il regarda à l’autre bout et ce qu’il vit ne lui plut pas. Il chuchota quelque chose à l’oreille qu’il avait près de lui. Il descendit du ring et s’en alla sans même enlever ses gants.

*

Si on avait soupçonné avant ses intentions, personne n’aurait laissé une arme à sa portée. Aujourd’hui, il serait encore parmi nous, nous faisant rire comme toujours.

*

Il referma le vieil album de photos de son grand-père, le regarda d’un air pensif et lui demanda : en quelle année les gens ont-ils commencé à voir en couleur ?

*

Il regardait, elle admirait. Il consentait, elle ressentait. Il admira, elle regarda. Il ressentit, elle consentit. Ils prirent le temps d’un sourire, d’un baiser ; ils prirent le temps d’un instant pour définir le mot amour.

*

… nous n’étions plus là, ne sentions plus, n’existions plus, plus du tout.

Tradabordo a dit…

On les fait deux par deux et remets-moi l'espagnol à chaque fois.

elsa fernandez a dit…


El andante caballero bajó tan rápido de su caballo, que… ni siquiera se percató que pisó a su fiel Sancho...
¡quien también dormía en la cucheta de abajo!!!


L’errant chevalier descendit si vite de son cheval… qu’il ne s’aperçut même pas qu’il marcha sur son fidèle Sancho…
qui dormait aussi sur la couchette du bas !!!

*

FILOSOFIA 3G: Primero escribo, luego envío, después pienso, edito y ¡reenvío!


PHILOSOPHIE 3G : d’abord, j’écris donc j’envoie; ensuite je pense, édite et… renvoie !

Tradabordo a dit…

El andante caballero bajó tan rápido de su caballo, que… ni siquiera se percató que pisó a su fiel Sancho...
¡quien también dormía en la cucheta de abajo!!!


L’errant chevalier [dans l'autre sens] descendit si vite de son cheval… qu’il ne s’aperçut même pas qu’il marcha sur [trop fort « piétina » ? Comme tu veux] son fidèle Sancho…
qui dormait aussi sur la couchette du bas !!! [pour cette phrase, je pense qu'il lui manque une virgule… mais en fonction de là où tu la placeras, cela changera le sens… alors je te laisse faire]

*

FILOSOFIA 3G: Primero escribo, luego envío, después pienso, edito y ¡reenvío!


PHILOSOPHIE 3G : d’abord, j’écris [virgule] donc j’envoie[espace]; ensuite je pense, édite et… renvoie !

elsa fernandez a dit…

El andante caballero bajó tan rápido de su caballo, que… ni siquiera se percató que pisó a su fiel Sancho...
¡quien también dormía en la cucheta de abajo!!!


L’errant chevalier [dans l'autre sens // je voulais reproduire le ton ironique de l’inversion en l’espagnol] descendit si vite de son cheval… qu’il ne s’aperçut même pas qu’il marcha sur son fidèle Sancho… qui dormait, aussi sur la couchette du bas !!!

*

FILOSOFIA 3G: Primero escribo, luego envío, después pienso, edito y ¡reenvío!


PHILOSOPHIE 3G : d’abord, j’écris, donc j’envoie ; ensuite je pense, édite et… renvoie !

Tradabordo a dit…

El andante caballero bajó tan rápido de su caballo, que… ni siquiera se percató que pisó a su fiel Sancho...
¡quien también dormía en la cucheta de abajo!!!


L’errant chevalier [dans l'autre sens // je voulais reproduire le ton ironique de l’inversion en l’espagnol………… Là, j'ai surtout l'impression que c'est incorrect ; j'hésite vraiment… L'impression sur le lecteur ?] descendit si vite de son cheval… qu’il ne s’aperçut même pas qu’il marcha sur son fidèle Sancho… qui dormait, aussi sur la couchette du bas !!!

*

FILOSOFIA 3G: Primero escribo, luego envío, después pienso, edito y ¡reenvío!


PHILOSOPHIE 3G : d’abord, j’écris, donc j’envoie ; ensuite je pense, édite et… renvoie !
OK.

elsa fernandez a dit…

El andante caballero bajó tan rápido de su caballo, que… ni siquiera se percató que pisó a su fiel Sancho...
¡quien también dormía en la cucheta de abajo!!!


L’errant chevalier [dans l'autre sens // je voulais reproduire le ton ironique de l’inversion en l’espagnol………… Là, j'ai surtout l'impression que c'est incorrect ; j'hésite vraiment… L'impression sur le lecteur ? // oui... c'est à dire que je pense que "andante caballero" est incorrect aussi en espagnol et du coup ça fait un effet ironique de "caballero andante", mais je ne sais pas du coup si "errant chevalier" reproduit bien cette idée...] descendit si vite de son cheval… qu’il ne s’aperçut même pas qu’il marcha sur son fidèle Sancho… qui dormait, aussi sur la couchette du bas !!!

*

FILOSOFIA 3G: Primero escribo, luego envío, después pienso, edito y ¡reenvío!


PHILOSOPHIE 3G : d’abord, j’écris, donc j’envoie ; ensuite je pense, édite et… renvoie !
OK.

Tradabordo a dit…

El andante caballero bajó tan rápido de su caballo, que… ni siquiera se percató que pisó a su fiel Sancho...
¡quien también dormía en la cucheta de abajo!!!

L’errant chevalier descendit si vite de son cheval… qu’il ne s’aperçut même pas qu’il marcha sur son fidèle Sancho… qui dormait, aussi sur la couchette du bas !!!

OK.

Tu peux enchainer.

elsa fernandez a dit…

La princesa neurótica le preguntaba a cada rato al espejo cuál era la más bonita. Este se hartó y le dijo: tu abuela.

La princesse névrosée demandait sans cesse à son miroir qui était la plus belle. Il s’en lassa et lui dit : ta grand-mère.


*

Ella ha esperado a un joven en la esquina de siempre. Se ha pintado los labios y se ha vuelto anciana. El no la reconocerá. Es un anciano esperando a una joven.


Elle a attendu un jeune homme à l’angle de la rue de toujours. Elle s’est maquillé les lèvres ; elle est devenue vieille. Il ne la reconnaîtra pas. C’est un vieil homme qui attend une jeune femme.

Tradabordo a dit…

La princesa neurótica le preguntaba a cada rato al espejo cuál era la más bonita. Este se hartó y le dijo: tu abuela.

La princesse névrosée demandait sans cesse à son miroir qui était la plus belle. Il s’en lassa [« se »] et lui dit [« répondit » ?] : ta grand-mère.

*

Ella ha esperado a un joven en la esquina de siempre. Se ha pintado los labios y se ha vuelto anciana. El no la reconocerá. Es un anciano esperando a una joven.

Elle a attendu un jeune homme à l’angle de la rue de toujours. Elle s’est maquillé [sûre qu'on peut le dire comme ça……… juste pour les lèvres ?] les lèvres ; [cheville : « ainsi, » ?] elle est devenue vieille [« elle s'est vieillie » ?]. Il ne la reconnaîtra pas. C’est un vieil homme qui attend une jeune femme.

elsa fernandez a dit…

La princesa neurótica le preguntaba a cada rato al espejo cuál era la más bonita. Este se hartó y le dijo: tu abuela.

La princesse névrosée demandait sans cesse à son miroir qui était la plus belle. Il se lassa et lui répondit : ta grand-mère.

*

Ella ha esperado a un joven en la esquina de siempre. Se ha pintado los labios y se ha vuelto anciana. El no la reconocerá. Es un anciano esperando a una joven.

Elle a attendu un jeune homme à l’angle de la rue de toujours. Elle s’est maquillé [sûre qu'on peut le dire comme ça……… juste pour les lèvres ? // oui, il y a plein d’occurrences pour cette expression. Sinon : « elle a mis du rouge sur ses lèvres » ? ] les lèvres, puis, elle a vieilli. Il ne la reconnaîtra pas. C’est un vieil homme qui attend une jeune femme. 

Tradabordo a dit…

La princesa neurótica le preguntaba a cada rato al espejo cuál era la más bonita. Este se hartó y le dijo: tu abuela.

La princesse névrosée demandait sans cesse à son miroir qui était la plus belle. Il se lassa et lui répondit : ta grand-mère.

OK.

*

Ella ha esperado a un joven en la esquina de siempre. Se ha pintado los labios y se ha vuelto anciana. El no la reconocerá. Es un anciano esperando a una joven.

Elle a attendu un jeune homme à l’angle de la rue de toujours. Elle s’est maquillé [sûre qu'on peut le dire comme ça……… juste pour les lèvres ? // oui, il y a plein d’occurrences pour cette expression. Sinon : « elle a mis du rouge sur ses lèvres » ? Même si je ne suis pas une experte du maquillage [jejejejejeje], je crois que je préfère] les lèvres, puis, elle a vieilli [ambigu]. Il ne la reconnaîtra pas. C’est un vieil homme qui attend une jeune femme.

elsa fernandez a dit…

La princesa neurótica le preguntaba a cada rato al espejo cuál era la más bonita. Este se hartó y le dijo: tu abuela.

La princesse névrosée demandait sans cesse à son miroir qui était la plus belle. Il se lassa et lui répondit : ta grand-mère.

OK.

*

Ella ha esperado a un joven en la esquina de siempre. Se ha pintado los labios y se ha vuelto anciana. El no la reconocerá. Es un anciano esperando a una joven.

Elle a attendu un jeune homme à l’angle de la rue de toujours. Elle a mis du rouge sur ses lèvres, puis, elle a vieilli [ambigu // pour moi "ainsi, elle s'est vieillie" n'exprime pas vraiment le passage du temps - de jeune à vieille- que je comprends qu'il y a dans la VO]. Il ne la reconnaîtra pas. C’est un vieil homme qui attend une jeune femme.

Tradabordo a dit…

Ella ha esperado a un joven en la esquina de siempre. Se ha pintado los labios y se ha vuelto anciana. El no la reconocerá. Es un anciano esperando a una joven.

Elle a attendu un jeune homme à l’angle de la rue de toujours. Elle a mis du rouge sur ses lèvres, puis, elle a vieilli. Il ne la reconnaîtra pas. C’est un vieil homme qui attend une jeune femme.

OK.

Tradabordo a dit…

Tu peux continuer.

elsa fernandez a dit…

Miró al otro rincón y lo que vio no le gustó. Le habló al oído que estaba a su lado. Bajó del ring y se fue sin ni siquiera sacarse los guantes.


Il regarda à l’autre bout et ce qu’il vit ne lui plut pas. Il chuchota quelque chose à l’oreille qu’il avait près de lui. Il descendit du ring et s’en alla, sans même enlever ses gants.


De haber sospechado antes sus intenciones, nadie hubiese dejado un arma a mano. Hoy él seguiría entre nosotros, haciéndonos reír como siempre.


Si on avait soupçonné ses intentions plus tôt, personne n’aurait laissé une arme à sa portée. Aujourd’hui, il serait encore parmi nous, nous faisant rire comme toujours.

Tradabordo a dit…

Miró al otro rincón y lo que vio no le gustó. Le habló al oído que estaba a su lado. Bajó del ring y se fue sin ni siquiera sacarse los guantes.

Il regarda à l’autre bout [« vers l'autre coin » ?] et ce qu’il vit ne lui plut pas. Il chuchota quelque chose à l’oreille qu’il avait près de lui. Il descendit du ring et s’en alla, sans même enlever ses gants.


De haber sospechado antes sus intenciones, nadie hubiese dejado un arma a mano. Hoy él seguiría entre nosotros, haciéndonos reír como siempre.

Si on avait soupçonné ses intentions plus tôt [j'hésite ; le lis, relis et ne trouve pas cela super naturel…], personne n’aurait laissé une arme à sa portée. Aujourd’hui, il serait encore parmi nous, nous faisant rire [« à nous faire rire »] [virgule] comme toujours.

elsa fernandez a dit…

Miró al otro rincón y lo que vio no le gustó. Le habló al oído que estaba a su lado. Bajó del ring y se fue sin ni siquiera sacarse los guantes.

Il regarda vers l'autre coin et ce qu’il vit ne lui plut pas. Il chuchota quelque chose à l’oreille qu’il avait près de lui. Il descendit du ring et s’en alla, sans même enlever ses gants.


De haber sospechado antes sus intenciones, nadie hubiese dejado un arma a mano. Hoy él seguiría entre nosotros, haciéndonos reír como siempre.

Si on avait pressenti plus tôt ses intentions, personne n’aurait laissé une arme à sa portée. Aujourd’hui, il serait encore parmi nous, à nous faire rire, comme toujours.

Tradabordo a dit…

Miró al otro rincón y lo que vio no le gustó. Le habló al oído que estaba a su lado. Bajó del ring y se fue sin ni siquiera sacarse los guantes.

Il regarda vers l'autre coin et ce qu’il vit ne lui plut pas. Il chuchota quelque chose à l’oreille qu’il avait près de lui. Il descendit du ring et s’en alla, sans même enlever ses gants.

OK.

Tradabordo a dit…

De haber sospechado antes sus intenciones, nadie hubiese dejado un arma a mano. Hoy él seguiría entre nosotros, haciéndonos reír como siempre.

Si on avait pressenti plus tôt ses intentions, personne n’aurait laissé une arme à sa portée. Aujourd’hui, il serait encore parmi nous, à nous faire rire, comme toujours.

OK.

Tradabordo a dit…

Tu peux boucler.

elsa fernandez a dit…

Cerró el viejo álbum de fotos de su abuelo, lo miró pensativo y le preguntó: ¿en qué año la gente empezó a ver en colores?


Il referma le vieil album de photos de son grand-père, le regarda d’un air pensif et lui demanda : en quelle année les gens ont-ils commencé à voir en couleur ?


El miraba, ella admiraba. El asentía, ella sentía. El admiró, ella miró. El sintió, ella asintió. Les tomó una sonrisa, un beso; les tomó un momento definir la palabra amor.



Il regardait, elle admirait. Il consentait, elle ressentait. Il admira, elle regarda. Il ressentit, elle consentit. Ils prirent le temps d’un sourire, d’un baiser ; ils prirent le temps d’un instant pour définir le mot amour.

...ya no estábamos, no sentíamos, no éramos, ya no.

… nous n’étions plus là, ne sentions plus, n’existions plus, jamais plus.


Tradabordo a dit…

Cerró el viejo álbum de fotos de su abuelo, lo miró pensativo y le preguntó: ¿en qué año la gente empezó a ver en colores?

Il referma le vieil album de photos de son grand-père, le regarda d’un air pensif et lui demanda : en quelle année les gens ont-ils commencé à voir en couleur ?
OK.

Tradabordo a dit…

El miraba, ella admiraba. El asentía, ella sentía. El admiró, ella miró. El sintió, ella asintió. Les tomó una sonrisa, un beso; les tomó un momento definir la palabra amor.


Il regardait, elle admirait. Il consentait, elle ressentait. Il admira, elle regarda. Il ressentit, elle consentit. Ils prirent le temps [j'hésite sur l'interprétation / « il leur fallu » – le cas échéant, demande son avis à Elena… Un avis de plus ne fera pas de mal] d’un sourire, d’un baiser ; ils prirent le temps d’un instant pour définir le mot amour.

Tradabordo a dit…


...ya no estábamos, no sentíamos, no éramos, ya no.

… nous n’étions plus là, ne sentions plus, n’existions plus, jamais [texte] plus.

elsa fernandez a dit…

...ya no estábamos, no sentíamos, no éramos, ya no.

… nous n’étions plus là, ne sentions plus, n’existions plus, déjà plus.

elsa fernandez a dit…

Il regardait, elle admirait. Il consentait, elle ressentait. Il admira, elle regarda. Il ressentit, elle consentit. Il leur fallu un sourire, un baiser; il leur fallu un instant pour définir le mot amour.

Tradabordo a dit…

Il regardait, elle admirait. Il consentait, elle ressentait. Il admira, elle regarda. Il ressentit, elle consentit. Il leur fallu [grammaire / c'est de ma faute ;-)] un sourire, un baiser[espace]; il leur fallu [idem] un instant pour définir le mot amour.

Tradabordo a dit…

...ya no estábamos, no sentíamos, no éramos, ya no.

… nous n’étions plus là, ne sentions plus, n’existions plus, déjà plus [je supprimerais le « plus »].

elsa fernandez a dit…

...ya no estábamos, no sentíamos, no éramos, ya no.

… nous n’étions plus là, ne sentions plus, n’existions plus, déjà.

elsa fernandez a dit…

Il regardait, elle admirait. Il consentait, elle ressentait. Il admira, elle regarda. Il ressentit, elle consentit. Il leur fallut un sourire, un baiser ; il leur fallut un instant pour définir le mot amour.

Tradabordo a dit…

...ya no estábamos, no sentíamos, no éramos, ya no.

… nous n’étions plus là, ne sentions plus, n’existions plus, déjà.

OK.

Tradabordo a dit…

Il regardait, elle admirait. Il consentait, elle ressentait. Il admira, elle regarda. Il ressentit, elle consentit. Il leur fallut un sourire, un baiser ; il leur fallut un instant pour définir le mot amour.

OK.

Je te mets une autre série.