samedi 1 avril 2017

Projet Pauline M.G. – micros série 1

El nutriero encontró, agonizando en una de sus trampas, a un conejo blanco que llevaba un reloj de bolsillo.
Dans un de ses pièges, le braconnier trouva un lapin blanc qui portait une montre à gousset.

*

Cuando le preguntan qué es la libertad, el solo puede recordar el rugido de la Harley entre sus piernas y la presión del viento en las palmas de las manos.
Quand on lui demanda ce qu'était la liberté, ne lui revint en mémoire que le rugissement de la Harley entre ses jambes et la pression du vent dans sur la paume de ses mains. 

*

Pido un inocente té con limón. El limón no era inocente y cuando lo agarro me escupe en los ojos. Lo ahogué en el té. No hubo testigos.
Je commande un innocent thé avec une rondelle de citron. Sauf que le citron n'est pas innocent et quand je l'attrape, il me crache dans les yeux. Je l'ai noyé dans le thé. Il n'y a pas eu de témoins.

*

Tu traición es antigramatical: cuando mas te creía sujeto, te volviste predicado. Desde entonces no he podido comprender de qué estás hablando.
Ta trahison est anti-grammaticale : plus je te croyais sujet, plus tu devenais prédicat. Depuis, je ne comprends pas de quoi tu parles.

*

Cuando llueve no sé si los pájaros cantan o lloran, o piden auxilio, o se van a bañar. Pero si se que siempre reverencian el agua.
 Quand il pleut, je ne sais pas si les oiseaux chantent ou pleurent, ou demandent de l'aide, ou vont se baigner. Je sais en revanche qu'à chaque fois, ils célèbrent l'eau.

*

Se durmió a pesar del terror, esta vez una maquinaria inmensa trituró al dinosaurio. Al despertar las torres ya no estaban mas…
Il s'endormit malgré la terreur. Cette fois, une machinerie immense tritura le dinosaure. À son réveil, les tours avaient disparu...

*

Sancho no se recibió de escudero pero sabe mucho de psiquiatría.
Si Sancho ne décrocha pas son diplôme d'écuyer, il en connaît en revanche un rayon sur la psychiatrie.

*

¡Despertate que ya viene! Dijo Raquel, y Sergio, hombre al fin, preguntó: ¿quién viene a esta hora?
Réveille-toi ! Quelqu'un vient, annonça Raquel, et se comportant enfin en homme, Sergio demanda : qui donc vient à cette heure-ci ?

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

49 commentaires:

Pauline MG a dit…

Le braconnier trouva, dans un de ses pièges, un lapin blanc qui portait une montre à gousset.

*

Quand on lui demanda ce qu'était la liberté, il pu seulement se remémorer le rugissement de la Harley entre ses jambes et la pression du vent dans la paume de ses mains.

*

Je commande un innocent thé avec du citron. Mais le citron n'est pas innocent et quand je l'attrape, il me crache dans les yeux. Je l'ai noyé dans le thé. Il n'y eut pas de témoins.

*

Ta trahison est anti-grammaticale : quand je te croyais sujet, tu est devenu prédicat. Je n'ai alors pas pu comprendre de quoi tu parlais.

*

Quand il pleut je ne sais pas si les oiseaux chantent ou pleurent, ou demandent de l'aide, ou vont se baigner. Mais je sais qu'à chaque fois ils honorent l'eau.

*

Il s'est endormi malgré la terreux, cette fois une machinerie immense tritura le dinosaure. En réveillant les tours déjà ils n'étaient plus...

*

Sancho ne réussi pas comme écuyer mais sait beaucoup de la psychiatrie.

*

Réveille-toi, quelqu'un arrive déjà ! Dit Raquel. Et Sergio, un homme en somme, demanda : qui vient à cette heure ?

Tradabordo a dit…

N'en mettez que deux à la fois et systématiquement avec l'espagnol.

Pauline MG a dit…

El nutriero encontró, agonizando en una de sus trampas, a un conejo blanco que llevaba un reloj de bolsillo.
*
Cuando le preguntan qué es la libertad, el solo puede recordar el rugido de la Harley entre sus piernas y la presión del viento en las palmas de las manos.


Le braconnier trouva, dans un de ses pièges, un lapin blanc qui portait une montre à gousset.

*

Quand on lui demanda ce qu'était la liberté, il pu seulement se remémorer le rugissement de la Harley entre ses jambes et la pression du vent dans la paume de ses mains.

Pauline MG a dit…

Je sais que vous êtes occupée en ce moment, mais je vous renvoie ce post juste au cas où.

El nutriero encontró, agonizando en una de sus trampas, a un conejo blanco que llevaba un reloj de bolsillo.
*
Cuando le preguntan qué es la libertad, el solo puede recordar el rugido de la Harley entre sus piernas y la presión del viento en las palmas de las manos.


Le braconnier trouva, dans un de ses pièges, un lapin blanc qui portait une montre à gousset.

*

Quand on lui demanda ce qu'était la liberté, il pu seulement se remémorer le rugissement de la Harley entre ses jambes et la pression du vent dans la paume de ses mains.

Tradabordo a dit…

En effet, vos commentaires étaient perdus dans le flot. Vous avez eu raison de reposter.

El nutriero encontró, agonizando en una de sus trampas, a un conejo blanco que llevaba un reloj de bolsillo.


Le braconnier trouva, dans un de ses pièges [ou placé au début ? Essayez et voyez ce qui est mieux], un lapin blanc qui portait une montre à gousset.

Cuando le preguntan qué es la libertad, el solo puede recordar el rugido de la Harley entre sus piernas y la presión del viento en las palmas de las manos.

Quand on lui demanda ce qu'était la liberté, il pu [GRAMMAIRE !!!!!! Du coup, vous relirez le reste] seulement se remémorer le rugissement de la Harley entre ses jambes et la pression du vent dans la paume de ses mains.

Pauline MG a dit…

El nutriero encontró, agonizando en una de sus trampas, a un conejo blanco que llevaba un reloj de bolsillo.

Dans un de ses pièges, le braconnier trouva un lapin blanc qui portait une montre à gousset.

Cuando le preguntan qué es la libertad, el solo puede recordar el rugido de la Harley entre sus piernas y la presión del viento en las palmas de las manos.

Quand on lui demanda ce qu'était la liberté, il put seulement se remémorer le rugissement de la Harley entre ses jambes et la pression du vent dans la paume de ses mains.

Tradabordo a dit…

El nutriero encontró, agonizando en una de sus trampas, a un conejo blanco que llevaba un reloj de bolsillo.
Dans un de ses pièges, le braconnier trouva un lapin blanc qui portait une montre à gousset.
OK.

Cuando le preguntan qué es la libertad, el solo puede recordar el rugido de la Harley entre sus piernas y la presión del viento en las palmas de las manos.
Quand on lui demanda ce qu'était la liberté, il put seulement [fluide ? Naturel ?] se remémorer le rugissement de la Harley entre ses jambes et la pression du vent dans [« sur » ?] la paume de ses mains.

Pauline MG a dit…

El nutriero encontró, agonizando en una de sus trampas, a un conejo blanco que llevaba un reloj de bolsillo.
Dans un de ses pièges, le braconnier trouva un lapin blanc qui portait une montre à gousset.
OK.

Cuando le preguntan qué es la libertad, el solo puede recordar el rugido de la Harley entre sus piernas y la presión del viento en las palmas de las manos.
Quand on lui demanda ce qu'était la liberté, il se remémora simplement le rugissement de la Harley entre ses jambes et la pression du vent dans sur la paume de ses mains.

Pauline MG a dit…

Bonjour
Un petit mot au cas où mon dernier commentaire soit passé à la trappe...!
Bonne journée à vous

Tradabordo a dit…

Cuando le preguntan qué es la libertad, el solo puede recordar el rugido de la Harley entre sus piernas y la presión del viento en las palmas de las manos.
Quand on lui demanda ce qu'était la liberté, il se remémora simplement [avec cet adverbe, ça introduit presque un CS] le rugissement de la Harley entre ses jambes et la pression du vent dans sur la paume de ses mains.

Pauline MG a dit…

Cuando le preguntan qué es la libertad, el solo puede recordar el rugido de la Harley entre sus piernas y la presión del viento en las palmas de las manos.

Quand on lui demanda ce qu'était la liberté, ne lui revint en mémoire que le rugissement de la Harley entre ses jambes et la pression du vent dans sur la paume de ses mains.

Tradabordo a dit…

Cuando le preguntan qué es la libertad, el solo puede recordar el rugido de la Harley entre sus piernas y la presión del viento en las palmas de las manos.

Quand on lui demanda ce qu'était la liberté, ne lui revint en mémoire que le rugissement de la Harley entre ses jambes et la pression du vent dans sur la paume de ses mains.

OK.

Pauline MG a dit…

Pido un inocente té con limón. El limón no era inocente y cuando lo agarro me escupe en los ojos. Lo ahogué en el té. No hubo testigos.
Je commande un innocent thé avec du citron. Mais le citron n'est pas innocent et quand je l'attrape, il me crache dans les yeux. Je l'ai noyé dans le thé. Il n'y eut pas de témoins.

*

Tu traición es antigramatical: cuando mas te creía sujeto, te volviste predicado. Desde entonces no he podido comprender de qué estás hablando.
Ta trahison est anti-grammaticale : quand je te croyais sujet, tu est devenu prédicat. Je n'ai alors pas pu comprendre de quoi tu parlais.

Tradabordo a dit…

Pido un inocente té con limón. El limón no era inocente y cuando lo agarro me escupe en los ojos. Lo ahogué en el té. No hubo testigos.
Je commande un innocent thé avec du [« au » ? ou même juste thé citron ? Vérifiez comment on dit] citron. Mais [ou « sauf que » ? Comme vous voulez] le citron n'est pas innocent et quand je l'attrape, il me crache dans les yeux. Je l'ai noyé dans le thé. Il n'y eut [vous ne pouvez pas mélanger passé composé et passé simple / harmonisez] pas de témoins.

*

Tu traición es antigramatical: cuando mas te creía sujeto, te volviste predicado. Desde entonces no he podido comprender de qué estás hablando.
Ta trahison est anti-grammaticale : quand je te croyais sujet [et le « más »], tu est [grammaire ! Relisez-vous] devenu prédicat. Je n'ai alors pas pu comprendre de quoi tu parlais [pas du tout ce que dit la V.O. / vous travaillez trop vite].

Tradabordo a dit…

Je suis en train de faire la liste des participants pour le projet Uruguay 2 et je me rends compte que j'ai oublié votre nom de famille ;-) C'était quoi ?????

Pauline MG a dit…

Aaaaah, c'est Pauline MARQUES GENEZ !

Pauline MG a dit…

Pido un inocente té con limón. El limón no era inocente y cuando lo agarro me escupe en los ojos. Lo ahogué en el té. No hubo testigos.
Je commande un innocent thé avec une rondelle de citron. Sauf que le citron n'est pas innocent et quand je l'attrape, il me crache dans les yeux. Je l'ai noyé dans le thé. Il n'y a pas eu de témoins.

*

Tu traición es antigramatical: cuando mas te creía sujeto, te volviste predicado. Desde entonces no he podido comprender de qué estás hablando.
Ta trahison est anti-grammaticale : quand je te croyais vraiment sujet, tu es devenu prédicat. Depuis, je ne comprends pas de quoi tu parles.

Tradabordo a dit…

Merci pour le nom ! :-)

Pido un inocente té con limón. El limón no era inocente y cuando lo agarro me escupe en los ojos. Lo ahogué en el té. No hubo testigos.
Je commande un innocent thé avec une rondelle de citron. Sauf que le citron n'est pas innocent et quand je l'attrape, il me crache dans les yeux. Je l'ai noyé dans le thé. Il n'y a pas eu de témoins.

OK.

*

Tu traición es antigramatical: cuando mas te creía sujeto, te volviste predicado. Desde entonces no he podido comprender de qué estás hablando.
Ta trahison est anti-grammaticale : quand je te croyais vraiment sujet [je demande l'aide d'Elena – un mini doute], tu es devenu prédicat. Depuis, je ne comprends pas de quoi tu parles.

Elena a dit…

Bonjour,
Il s'agit de la grammaire traditionnelle : sujet et prédicat s'opposent, le sujet étant "ce dont il s'agit"

Pauline MG a dit…

D'accord j'attends !

Tradabordo a dit…

Merci, Elena.

Pauline MG a dit…

Merci Elena !
Alors dois-je apporter une correction ?

Tradabordo a dit…

Mon pb porte sur le « cuando mas ».

Pauline MG a dit…

Est-ce qu'Elena réfléchi pour nous à ce "cuando mas" ?
Bon week-end à vous

Elena a dit…

Je traduirais par : "plus je te croyais sujet, plus..."

Pauline MG a dit…

Merci Elena !

Tu traición es antigramatical: cuando mas te creía sujeto, te volviste predicado. Desde entonces no he podido comprender de qué estás hablando.
Ta trahison est anti-grammaticale : plus je te croyais sujet plus tu es devenais prédicat. Depuis, je ne comprends pas de quoi tu parles.

Tradabordo a dit…

Tu traición es antigramatical: cuando mas te creía sujeto, te volviste predicado. Desde entonces no he podido comprender de qué estás hablando.
Ta trahison est anti-grammaticale : plus je te croyais sujet, plus tu es devenais prédicat. Depuis, je ne comprends pas de quoi tu parles.

J'ai ajouté une virgule et OK.

Tradabordo a dit…

Pauline, vous pouvez continuer.

Justine a dit…

Bonjour Pauline,

Étant donné que j'ai un peu de temps et que ce projet est sur le point d'être terminé, je viens à la demande de Madame Lepage pour vous aider à finir au plus vite ;-)

Je me permets de corriger une coquille dans celui-ci : « plus tu devenais » au lieu de « plus tu es devenais »

Tu traición es antigramatical: cuando mas te creía sujeto, te volviste predicado. Desde entonces no he podido comprender de qué estás hablando.
Ta trahison est anti-grammaticale : plus je te croyais sujet, plus tu devenais prédicat. Depuis, je ne comprends pas de quoi tu parles.

Je fais les deux derniers :

Sancho no se recibió de escudero pero sabe mucho de psiquiatría.
Sancho n'a pas eu son diplôme d'écuyer, en revanche, il en connaît un rayon en psychiatrie.

¡Despertate que ya viene! Dijo Raquel, y Sergio, hombre al fin, preguntó: ¿quién viene a esta hora?
Réveille-toi ! Quelqu'un vient, prévint Rachel, et Serge, en bon homme qu'il est, demanda : qui donc vient à cette heure ?


Tradabordo a dit…

Oui, nous sommes sur le point d'en finir et Justine fait la voiture balai.
D'abord, merci pour la coquille ; je corrige. Je commente après.

Tradabordo a dit…

Justine :

Sancho no se recibió de escudero pero sabe mucho de psiquiatría.
Sancho n'a pas eu [passé simple ? + « décrocher » ?] son diplôme d'écuyer, en revanche, il en connaît un rayon en psychiatrie. [en commençant la phrase par « si » ? Essaie et vois ce que ça donne]

¡Despertate que ya viene! Dijo Raquel, y Sergio, hombre al fin, preguntó: ¿quién viene a esta hora?
Réveille-toi ! Quelqu'un vient, prévint [bof] Rachel, et Serge [on ne traduit pas les prénoms !], en bon homme qu'il est [interprétation ? Demande à Elena], demanda : qui donc vient à cette heure ?

Justine a dit…

Sancho no se recibió de escudero pero sabe mucho de psiquiatría.
Si Sancho ne décrocha pas son diplôme d'écuyer, en revanche, il en connaît un rayon sur la psychiatrie.

J'attends l'avis d'Elena pour l'interprétation sur le deuxième.

Tradabordo a dit…

Sancho no se recibió de escudero pero sabe mucho de psiquiatría.
Si Sancho ne décrocha pas son diplôme d'écuyer, en revanche [place-le après], il en connaît un rayon sur la psychiatrie.

Pauline MG a dit…

Bonjour Justine

Sancho no se recibió de escudero pero sabe mucho de psiquiatría.
Si Sancho ne décrocha pas son diplôme d'écuyer, il en connaît en revanche un rayon sur la psychiatrie.

Justine a dit…

Sancho no se recibió de escudero pero sabe mucho de psiquiatría.
Si Sancho ne décrocha pas son diplôme d'écuyer, il en connaît en revanche un rayon sur la psychiatrie.

Pauline MG a dit…

Il manque la traduction de 2 phrases, que voici :

Cuando llueve no sé si los pájaros cantan o lloran, o piden auxilio, o se van a bañar. Pero si se que siempre reverencian el agua.
*
Se durmió a pesar del terror, esta vez una maquinaria inmensa trituró al dinosaurio. Al despertar las torres ya no estaban mas…

Quand il pleut je ne sais pas si les oiseaux chantent ou pleurent, ou demandent de l'aide, ou vont se baigner. Mais je sais qu'à chaque fois ils honorent l'eau.
*
Il s'est endormi malgré la terreur, cette fois une machinerie immense tritura le dinosaure. Au réveil, les tours déjà n'étaient plus...

Tradabordo a dit…

Sancho no se recibió de escudero pero sabe mucho de psiquiatría.
Si Sancho ne décrocha pas son diplôme d'écuyer, il en connaît en revanche un rayon sur la psychiatrie.

OK.

Tradabordo a dit…

Cuando llueve no sé si los pájaros cantan o lloran, o piden auxilio, o se van a bañar. Pero si se que siempre reverencian el agua.

Quand il pleut [pas le sujet, donc virgule !] je ne sais pas si les oiseaux chantent ou pleurent, ou demandent de l'aide, ou vont se baigner. Mais je sais [« Je sais en revanche »] qu'à chaque fois [virgule] ils honorent [texte] l'eau.


Se durmió a pesar del terror, esta vez una maquinaria inmensa trituró al dinosaurio. Al despertar las torres ya no estaban mas…

Il s'est endormi [ou passé simple ?] malgré la terreur, [point ?] cette fois [virgule] une machinerie immense tritura le dinosaure. Au [possessif] réveil, les tours déjà n'étaient plus [manque de naturel pour la fin]...

Justine a dit…

Cuando llueve no sé si los pájaros cantan o lloran, o piden auxilio, o se van a bañar. Pero si se que siempre reverencian el agua.

Quand il pleut, je ne sais pas si les oiseaux chantent ou pleurent, ou demandent de l'aide, ou vont se baigner. Je sais en revanche qu'ils vénèrent toujours l'eau.


Se durmió a pesar del terror, esta vez una maquinaria inmensa trituró al dinosaurio. Al despertar las torres ya no estaban mas…

Il s'endormit malgré la terreur. Cette fois, une machinerie immense tritura le dinosaure. À son réveil, les tours n'existaient plus...

Justine a dit…

Selon Elena, « hombre, al fin, » signifie qu'il a une réaction propre à un homme, je tente donc :
¡Despertate que ya viene! Dijo Raquel, y Sergio, hombre al fin, preguntó: ¿quién viene a esta hora?
Réveille-toi ! Quelqu'un vient, annonce Raquel, et se comportant en homme, Sergio demanda : qui donc vient à cette heure ?

Pauline MG a dit…

Cuando llueve no sé si los pájaros cantan o lloran, o piden auxilio, o se van a bañar. Pero si se que siempre reverencian el agua.

Quand il pleut, je ne sais pas si les oiseaux chantent ou pleurent, ou demandent de l'aide, ou vont se baigner. Mais je sais en revanche qu'à chaque fois, ils célèbrent l'eau.


Se durmió a pesar del terror, esta vez una maquinaria inmensa trituró al dinosaurio. Al despertar las torres ya no estaban mas…

Il s'endormit malgré la terreur. Cette fois, une machinerie immense tritura le dinosaure. A son réveil, les tours avaient déjà disparu...

Tradabordo a dit…

Cuando llueve no sé si los pájaros cantan o lloran, o piden auxilio, o se van a bañar. Pero si se que siempre reverencian el agua.

Quand il pleut, je ne sais pas si les oiseaux chantent ou pleurent, ou demandent de l'aide, ou vont se baigner. Mais [il faut supprimer / je le fais et j'enregistre] je sais en revanche qu'à chaque fois, ils célèbrent l'eau.

Tradabordo a dit…

¡Despertate que ya viene! Dijo Raquel, y Sergio, hombre al fin, preguntó: ¿quién viene a esta hora?
Réveille-toi ! Quelqu'un vient, annonce [temps] Raquel, et se comportant [« enfin » ?] en homme, Sergio demanda : qui donc vient à cette heure [cheville : « -ci » ?] ?

Tradabordo a dit…

Se durmió a pesar del terror, esta vez una maquinaria inmensa trituró al dinosaurio. Al despertar las torres ya no estaban mas…

Il s'endormit malgré la terreur. Cette fois, une machinerie immense tritura le dinosaure. A son réveil, les tours avaient déjà [je ne pense pas que ce soit nécessaire] disparu...

Justine a dit…

Se durmió a pesar del terror, esta vez una maquinaria inmensa trituró al dinosaurio. Al despertar las torres ya no estaban mas…
Il s'endormit malgré la terreur. Cette fois, une machinerie immense tritura le dinosaure. À son réveil, les tours avaient disparu...

¡Despertate que ya viene! Dijo Raquel, y Sergio, hombre al fin, preguntó: ¿quién viene a esta hora?
Réveille-toi ! Quelqu'un vient, annonça Raquel, et se comportant enfin en homme, Sergio demanda : qui donc vient à cette heure-ci?

Tradabordo a dit…

Se durmió a pesar del terror, esta vez una maquinaria inmensa trituró al dinosaurio. Al despertar las torres ya no estaban mas…
Il s'endormit malgré la terreur. Cette fois, une machinerie immense tritura le dinosaure. À son réveil, les tours avaient disparu...

OK.

¡Despertate que ya viene! Dijo Raquel, y Sergio, hombre al fin, preguntó: ¿quién viene a esta hora?
Réveille-toi ! Quelqu'un vient, annonça Raquel, et se comportant enfin en homme, Sergio demanda : qui donc vient à cette heure-ci ?

OK.

Pauline MG a dit…

Si je ne me trompe pas, nous avons terminé la traduction de ces mini-récits ?

Tradabordo a dit…

Oui, c'est bon ; vous pouvez retourner à votre texte et reprendre une activité normale ;-)
Au fait, vous suivez toujours des études à Nanterre – non que ça change quoi que ce soit à votre participation à Tradabordo (qui n'a pas de rapport) ; juste pour savoir où vous en êtes.

Pauline MG a dit…

Très bien je m'y remets.
Oui je suis toujours étudiante Comète, en L2 (LLCE Espagnol).
Comme nous sommes en plein création (nous jouons nos premières dans moins de 15 jours) mes responsables ont refusé de me libérer la semaine de travail à venir pour que je puisse venir passer mes examens du semestre 4.
J'ai donc prévenu Mme Ménard et je viendrai donc tout passer directement en juin, sans deuxième chance...!