mercredi 31 mai 2017

Projet Basta ! Chloé T – texte 2

Mena

CAROLINA GÓMEZ MONTOYA

Mena hubiera querido casarse, pero siendo la menor el abuelo no la dejó. Pocas fueron las concesiones en esa cadena de mutismo y, a la primera oportunidad de viajar, Mena se fue para Nueva York y no volvió más. Primero trabajó en Lord & Taylor y luego montó un negocio de corte y confección. La imagino caminando desde su apartamento hasta la calle Delancey, donde le compraba los paños a los judíos que habían visto y escuchado el horror. Las malas lenguas decían que era liberal, que fumaba y que vivió con una mujer. Nadie conoció nunca a quien la acompañó en su exilio. Nadie preguntó por esos veinte años de convivencia neoyorquina. Cuando ya no veía ni escuchaba nada, Mena pagó su funeral y se deshizo de todo. Ella que siempre había querido partir, apretaba los ojos y las manos como si la vida no la dejara ir.

Traduction temporaire :

Carolina Gómez Montoya

Mena

Mena aurait aimé se marier, mais étant la benjamine, son grand-père ne l’y autorisa pas. Il y eut peu de concessions dans cette prison de mutisme et, à la première occasion, Mena s’en alla pour New York et ne revint jamais.  Elle travailla d’abord chez Lord & Taylor, puis ouvrit un magasin de coupons de tissu et de confection. Je l’imagine marchant de son appartement jusqu’à la rue Delancey, où elle achetait les étoffes aux Juifs, qui avaient vu et entendu l’horreur. Les mauvaises langues disaient qu’elle était de gauche, qu’elle fumait et vivait avec une femme. Personne ne rencontra jamais celui ou celle qui l’accompagna dans son exil. Personne ne posa de questions sur ces vingt ans de vie commune newyorkaise. Lorsqu’elle ne vit ni n’entendit plus rien, Mena paya ses obsèques et se débarrassa de toutes ses affaires. Elle, qui avait toujours voulu partir, fermait les yeux et serrait les poings comme si la vie ne la laissait pas s’en aller.

Projet Basta ! Elena – texte 1

Solo un juego 

JENNIFER PAOLA RAMÍREZ

Estoy en este hospital psiquiátrico porque me niego a jugar; nadie entiende que no me gustaba sentir su baba resbalando por mi boca ni su juego a atrapar mi lengua; un día jugué a no soltarla, apreté y apreté tan fuerte que sé que ya nunca más me volverá a lamer la cara, ni los ojos, ni mi alma; lo mejor de todo es que ahora con mi hermanita tampoco podrá jugar.

Traduction temporaire :

JENNIFER PAOLA RAMÍREZ

Juste un jeu

Je me trouve dans cet hôpital psychiatrique parce que je refuse de jouer ; personne ne comprend que je n'aimais pas sentir sa bave glisser sur ma bouche, ni son jeu consistant à attraper ma langue avec la sienne ; un jour, moi, j'ai joué à ne pas la lâcher, j'ai serré et serré, tellement fort que je suis sûre qu'il ne me lèchera plus jamais ni le visage, ni les yeux, ni l'âme ; et le mieux dans tout ça, c'est que maintenant, il ne pourra pas non plus jouer avec ma petite sœur.

Projet Basta ! Nieves – texte 1

FLOR MILENA BAREÑO TORRES

Dice que me ama

Él dice que me ama, pero me golpea cada mañana con sus palabras, su trato, sus amenazas. No entiendo esa forma de amar, porque besos ya no me da. Todo cambió desde aquel día en que me golpeó; ese día sentí que el amor se desplomó y me sentí culpable. ¿Por qué no me habló? ¡Me gritó, me golpeó y no me escuchó! ¿Por qué me siento culpable si no he hecho nada? Desde que estoy con él me convertí en su esclava... Esclava de sus golpes y de sus malas palabras. Llevo tantos años así... Me miro al espejo y veo una mujer muy demacrada; mi cuerpo siente que ya es hora de salir de esta jaula en la que me encuentro encarcelada. Si un día él dijo que me amaba ya no le creo, porque amar no es acallar con una bofetada.

Traduction temporaire :

FLOR MILENA BAREÑO TORRES

Il dit qu’il m’aime

Il dit qu’il m’aime, mais il me frappe tous les matins avec ses mots, sa manière de me traiter, ses menaces. Je ne comprends pas cette manière d’aimer, parce que des baisers, il ne m’en fait plus.  Tout a changé à partir du jour où il m’a tapée ; ce jour-là, j’ai senti l’amour s’écrouler et je me suis sentie coupable. Pourquoi il ne m’a pas parlé ? Il m’a crié dessus ! il m’a cognée et il ne m’a pas écoutée ! Pourquoi je me sens coupable si je n’ai rien fait ? Depuis que je suis avec lui, je suis devenue son esclave… Esclave de ses coups et de ses injures. J’ai passé tellement d’années ainsi… Je me regarde dans le miroir et je vois une femme très émaciée ; mon corps sent qu’il est temps de sortir de cette cage où je suis emprisonnée. S’il avait dit un jour qu’il m’aimait, je ne le crois plus, parce qu’aimer, ça n'est pas faire taire quelqu’un avec une gifle.

mardi 30 mai 2017

Projet Nathalie / Florence – phrases 225-228

Le agradezco el haberme alimentado y el haberme permitido ingresar en Animalia. Pero no le perdono el abandono al que me sometió, los años que pasé a la sombra de sus caprichos, el afecto malsano que me prodigaba, en el que sólo veo egoísmo y miedo. ¿No es esa, también, una forma de tortura?”
“Estos dos personajes se confabularon para cuestionar mis actos, pensando que de esa manera serían capaces de abrir grietas en nuestra unidad.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

Projet Justine / Elena – texte 109

Ira

Acostumbrados a verlo levantar sus olas, rítmica y tranquilamente, como magníficos bostezos de hipopótamo, no notan el cambio de humor que lo domina. No perciben su sorda rabia ante la nauseabunda mancha que se extiende. Por tal motivo sus primeros ataques —un grupo de pescadores, la sirenita de Andersen, el Libro de Jonás y cierta antigua casa labrada en coralina—, los tomará desprevenidos. Y para cuando, por fin, organicen la defensa, él, descontrolada ya su furia, con descomunales lenguas líquidas estará arrastrando a su abismo manadas de centauros, quebrachales, la regla de tres simple, acuarelas, niebla, agujeros, cuentos de suspenso, nidos, pesadillas, ocarinas, políticos y simios, el Paraíso Perdido y las Islas Bienaventuradas.
Pervertida la última gota de agua límpida de mar, llegará el aciago momento en el cual todo lo que de él surgió yazga bajo esa viscosa sangre de la muerte que los hombres llamaban petróleo.

Traduction temporaire :

Colère

Habitués à le voir déchaîner ses vagues, en cadence et tranquillement, tels de magnifiques bâillements d'hippopotame, ils ne remarquent pas son changement d'humeur. Ils ne perçoivent pas sa rage sourde devant la tache nauséabonde qui s'étend. Raison pour laquelle ses premières attaques – un groupe de pêcheurs, la petite sirène d'Andersen, le Livre de Jonas et une ancienne maison construite en corail – les prendra au dépourvu. Et quand, enfin, ils organiseront leur défense, lui, grâce à d'immenses langues liquides, et sa rage désormais hors de contrôle, il entraînera dans son abîme des troupeaux de centaures, des quebrachos*, la règle de trois, des aquarelles, du brouillard, des trous, des nouvelles à suspense, des nids, des cauchemars, des ocarinas, des politiques et des singes, le Paradis Perdu et les Îles Bienheureuses.
La dernière goutte d'eau limpide de la mer corrompue, le jour funeste viendra où tout ce qui a surgi d'elle se retrouvera sous ce visqueux sang de la mort que les hommes appelaient pétrole.

* Quebracho : arbre, Schinopsis quebracho-colorado.

Projet Hélène / Chloé – phrases 140-141

Ellas nadaban, flotaban, bajo una cascada de estrellitas, al ritmo de una música suave, cogían un ramo de luceros, los ensartaban en sus cabellos, los atravesaban con un hilo de plata para hacerse collares o simplemente los hacían bailar en sus palmas como si fuesen trompos, y viajaban por todo el amplio cielo oscuro de la sala de la casa de Rutka, y la cascada se hacía cada vez más grande, tanto, que al extender la mano caían sobre nuestras palmas decenas de estrellitas y podíamos sentir su peso como un puñado de plumas acariciando nuestra piel. «Se llama omegascopio —dijo Rutka—.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

Projet Chloé T – phrases 14-16

Consigue dar dos pasos antes de que las piernas dejen de sostenerla; pero los expertos sacerdotes la sujetan con suavidad y le ayudan a llegar hasta el final de la plataforma con forma de lengua.
Los niños se amontonaron frente al escenario y entonces el dueño se incorporó, asomándose desde el interior del carromato. Mientras el más pequeño preguntaba por qué se había pintado de amarillo el pelo, su hermano mayor de padre les dijo que tenían que irse porque el abuelo les había advertido que los rubios transmitían enfermedades.

Traduction temporaire :
Elle réussit à faire deux pas avant que ses jambes ne se dérobent sous elle ; mais les prêtres, expérimentés, la retiennent délicatement et l’aident à atteindre l’extrémité de la plateforme en forme de langue.
 Les enfants s’attroupèrent devant la scène ; le propriétaire se releva, apparaissant depuis l’intérieur de la roulotte. Pendant que le plus jeune demandait pourquoi il s’était teint les cheveux en rouge, l’aîné de ses demi-frères lui dit qu’ils devaient partir, leur grand-père les ayant prévenus que les roux transmettaient des maladies.

Projet Justine / Elena – texte 108

Bajo control
Una coherencia oculta, silenciosa, discutible, pero coherencia al fin.

Claudio Fantini

Según declaran las autoridades en esta ciudad hay setenta mil unicornios sin dueño, sueltos, en la calle.
Y los vecinos honestos, aguantándonos sus cochinadas porque se les despierta el instinto a toda hora y en cualquier parte. Este ejercicio de tolerancia viene de lejos. Todavía creo estar oyendo a mi suegra, en paz descanse:
—¡Lo hacen hasta en el patio de la escuela!
A partir de ahí, el recuerdo es imagen: por recato ella se callaba y sugería la idea con gestos.
Lamentablemente, la mayoría de los vecinos no se le parecen y por no parecérsele causan este problema. Viven en el desorden comprando unicornios chicos para entretener a los hijos, y después, cuando los hijos han crecido o está grande el unicornio o cuando descubren que darse con la satisfacción de un paseo estimulante sobre un buen lomo representa mucho gasto, lo abandonan. Y eso que sacárselos de encima no es tan fácil porque estas bestias consideran que la familia que les da albergue es su manada: una vez que la han perdido se gastan la vida intentando recuperarla.
Estaba viviendo sus últimos días cuando la santa de mi suegra decidió no hablar más, expresarse sólo a través de ademanes. Le dije a mi mujer:
—Che, a tu vieja tendría que verla un médico.
Me quedé esperando su respuesta.
No es que a mi mujer le falte recato, sucede que sus gustos son poco refinados, poco exigentes, por eso es capaz de toparse de frente con uno de estos espectáculos callejeros y seguir como si nada. No se lo reprocho, igual comportamiento se está observando en las mejores familias. Cuando la gente andaba a caballo nunca surgió esta diferencia de criterio que, a la larga, termina por desunir lo que lazos de amor y sangre habían unido.
Para mí está claro: el cuerno que adorna a los unicornios tiene poderes maléficos. Ojalá que alguien se los serruche porque dan mal ejemplo y de algún modo debería ponérselos bajo control.
Ojalá los castren. Ojalá se mueran.
Setenta mil: si las autoridades lo afirman seguro que son más, y si ella lleva años sin responderme, ha de ser porque no me puede oír.

Traduction temporaire :

Sous contrôle

Une cohérence occulte, silencieuse, discutable, mais finalement une cohérence.
Claudio Fantini

Selon les autorités, cette ville compte soixante-dix mille licornes sans propriétaire, en liberté, dans la rue.
Et nous, les honnêtes voisins, nous supportons leurs cochonneries parce que leur instinct les réveillent à toute heure et n'importe où. Cet exercice de tolérance vient de loin. Je crois entendre encore ma belle-mère, qu'elle repose en paix :
— Elles font leurs besoins jusque dans la cour de l'école !
À partir de là, mon souvenir est image : préservant sa pudeur, elle se taisait et suggérait l'idée par gestes.
Malheureusement, la plupart des voisins ne sont pas comme elle et, n'étant pas comme elle, ils causent les problèmes suivants : ils vivent dans le désordre, achetant de jeunes licornes pour amuser leurs enfants. À ceci près qu'ensuite, quand ils ont grandi, ou que la licorne est devenue adulte, ou lorsqu'ils découvrent que s'offrir le luxe d'une balade stimulante sur un dos confortable est très coûteux, ils l'abandonnent. Mais s'en débarrasser n'est pas si facile que cela ; ces bêtes considèrent en effet que la famille qui les accueille devient leur troupeau : une fois qu'elles l'ont perdue, elles passent leur vie à essayer de la récupérer.
Quand ma sainte belle-mère à décidé de ne plus parler, de ne s'exprimer que par gestes, elle vivait ses derniers jours. J'ai conseillé à ma femme :
— Dis donc, il faudrait que ta mère voie un médecin.
Je suis resté à attendre sa réponse.
Non, ma femme ne manque pas de pudeur, elle a juste des goûts peu raffinés, peu exigeants. Voilà pourquoi elle est capable de tomber sur l'un de ces spectacles de rue et de fermer les yeux. Je ne lui reproche pas, on observe un tel comportement dans les meilleures familles. Quand les gens se déplaçaient à cheval, cette différence de condition qui, à la longue, finit par désunir ce que les liens d'amour et de sang avaient uni, ne s'était jamais manifestée.

Projet Justine / Elena – texte 108

Siete Eones

En la noche indicada subió hasta la cima. Por todo equipaje llevaba en su mano izquierda una tablilla sobre la que siete eones atrás había grabado La Palabra. Su niñez, tiempo de aprendizaje, tiempo de concentración y quietud forzosa, había terminado: durante los próximos siete eones viajaría. Un tiempo para viajar en el Tiempo estaba próximo a comenzar.
Sintió un furor extraordinario. Viajó por la vasta inmensidad de la nada, por el gran estallido del comienzo, por todos los universos que la energía de aquel estallido generara. También fue testigo de la mengua sin pausa de esa energía que, lo estaba viendo, al finalizar los siete eones de su viaje, acabaría.
Quizá pensó que, aunque bello, era poco: el vacío absoluto ganaba la partida. Tal vez conocer la fecha exacta del término de aquel sistema le abrumaba. El caso es que sus superiores, observando como actuó, le juzgaron mal. Observaron que tomó un instante cualquiera para fijar un comienzo, sin meditarlo, porque el Tiempo le había decepcionado. Ob- servaron que eligió una galaxia al azar, un sol mediocre y una piedra minúscula que giraba alrededor de aquel sol, y así fijó un espacio. Ellos, que todo lo sabían, observaron que fue por capricho, por despecho, que tomó La Palabra y dijo:
—Hágase la luz.

Traduction temporaire :
Sept milliards d'années

La nuit indiquée, il monta jusqu'au sommet. Pour tout bagage, il tenait dans la main gauche une tablette sur laquelle sept milliards d'années plus tôt, il avait gravé La Parole. Son enfance, temps d'apprentissage, temps de concentration et de quiétude forcée, était terminée : pendant les sept prochains milliards d'années, il voyagerait. Une période pour voyager dans le Temps allait prochainement s'ouvrir.
Il éprouva une fureur extraordinaire. Il voyagea dans la vaste immensité du néant, dans la grande explosion du commencement, dans tous les univers que l'énergie de cette explosion avait créés. Il fut également témoin de la diminution constante de ladite énergie qui serait épuisée au bout de ses sept milliards d'années de voyage, il le voyait bien.À partir de là, mon souvenir est image : préservant sa pudeur, elle se taisait et suggérait l'idée par gestes.
Peut-être pensa-t-il que c'était peu, car malgré la beauté, le vide absolu gagnait la partie. Connaître la date exacte de la fin de ce système l'accablait probablement. Le fait est qu'en observant ses agissements, ses supérieurs le jugèrent mal. Ils observèrent qu'il prit un instant quelconque pour fixer un commencement, sans réfléchir, parce que le Temps l'avait déçu. Ils observèrent qu'il choisit une galaxie au hasard, un soleil médiocre, et une pierre minuscule qui tournait autour dudit soleil — oui, voilà comment il détermina un espace.

lundi 29 mai 2017

Projet Basta ! Justine – texte 2

También soy una mujer....

NELSON AMEZQUITA CIFUENTES

Mi papá me decía que tenía que comérmelas a todas, que tenía que maltratarlas y ponerlas en su posición. Mi papá me decía que siguiera su ejemplo. Después de muchos años, todo lo que él me dijo que les hiciera, me lo hicieron a mí. Ahora me escondo entre las calles del barrio Santafé, ya no juego micro, ni tomo cerveza; ahora uso peluca y uso tacones. Y aunque tenga pene, también soy una mujer... 

Traduction temporaire :

Nelson Amezquita Cifuentes

Moi aussi, je suis une femme…

Mon papa me disait que je devais toutes les bouffer, que je devais les maltraiter et les remettre à leur place. Mon papa me disait de suivre son exemple. Bien des années plus tard, tout ce qu'il m'a dit de leur faire, on me l'a fait à moi. Je me cache désormais dans les rues du quartier Santafé, je ne joue plus au football en salle, je ne bois plus de bière ; je porte désormais une perruque et des talons. Et bien que j'aie un pénis, moi aussi, je suis une femme…

Projet Elsa 2 – phrases 98-103

El avatar holográfico del científico mostraba un gesto serio, trascendental.
-¿Has pensado alguna vez cómo es posible que seamos así?
-En el tercer año de...- empezó ella.
-No, no. Eso es lo que pasó. Yo hablo de cómo pasó. ¿Cómo pudieron los genetistas de antaño domar la apoptosis y al mismo tiempo evitar la mitosis descontrolada?

Traduction temporaire :
L’avatar holographique du scientifique affichait une mine sévère, grave.
— T’es-tu déjà demandé comment il est possible que nous nous trouvions dans cet état ?
— Durant la troisième année de…, commença-t-elle.
— Non, non, ça, c’est ce qu’il s’est passé. Je veux parler de comment c’est arrivé. Comment les génétistes d’antan ont-ils réussi à maîtriser l’apoptose et en, même temps, éviter la mitose incontrôlable ?

Projet Chloé T – phrases 10-13

Se reunieron con sus hermanos de padre, que examinaban al burro atado al remolque: parecía demasiado pequeño para tirar de algo tan grande, y su cabeza era enorme, con unas orejas largas y expresión alelada. Pero perdieron el interés en cuanto las cortinas se abrieron, dejando a la vista un escenario de montañas y antiguas ciudades diminutas. El sol la ciega, al salir por la boca del zigurat. Abajo, las muchedumbres ansiosas rugen sus ovaciones, la aclaman arrastradas por la histeria y la devoción.

Traduction temporaire :
Ils rejoignirent leurs demi-frères (du côté de leur père), qui examinaient l’âne attaché à l’attelage : il semblait trop petit pour tirer quelque chose d'aussi grand et sa tête était énorme, avec de longues oreilles et un air hébété. Il perdit cependant tout intérêt à leurs yeux quand le rideau s’ouvrit, laissant apparaître un décor de montagnes et de minuscules villes anciennes. Au moment où elle sort de la bouche de la ziggourat, le soleil l’aveugle. En bas, les foules impatientes l’ovationnent dans un rugissement et l’acclament, emportées par l’hystérie et la dévotion.

Projet Rachel / Sébastien – phrases 151-160

―Eso que llamas libre albedrío no existe. Respondéis a vuestros condicionantes biológicos exactamente igual que nosotros respondemos a nuestros programas. A veces las recompensas son inmediatas y tangibles, como saciar el hambre o aplacar el dolor, y otras veces son más tardías y menos evidentes, como reforzar la autoimagen u obtener el reconocimiento ajeno. Pero eso es lo que conforma vuestra programación básica, solo un poco más complicada que la de una rata porque vuestro cerebro es algo más complejo.
Asombro en su cara. La boca abierta. El ceño más fruncido. La respiración contenida. Los ojos muy abiertos. La mirada fija.

Traduction temporaire :
― Ce que tu appelles libre arbitre n'existe pas. Vous répondez à vos conditionnements biologiques de la même façon que nous répondons à nos programmes. Certaines fois, les récompenses sont immédiates et tangibles, comme assouvir sa faim ou soulager sa douleur. D'autres fois, elles sont plus tardives et moins évidentes : renforcer l'estime de soi ou obtenir la reconnaissance d'autrui, par exemple. Mais c'est cela qui définit votre programmation basique, à peine plus compliquée que celle d'un rat parce que votre cerveau est légèrement plus complexe.
Surprise sur son visage. Bouche bée. Sourcils davantage froncés. Respiration retenue. Yeux grands ouverts. Regard fixe.

mercredi 24 mai 2017

Projet Elsa / Sabrina – phrases 7-9

Su sayo blanco, algo raído ya, ceñido a la cintura y escotado de acuerdo a la moda que le tocó vivir, estaba manchado de crema y migajas. Nadie la había traído jamás, me dijo, desde su muerte; siglos creía llevar sumida en una oscuridad con olor a tierra. ¿Cuánto tiempo ha pasado?, me preguntó sorprendida.

Traduction temporaire :
 Sa tunique blanche, déjà passablement usée, ajustée à la taille et décolletée, conformément à la mode de son époque, était tachée de crème et parsemée de miettes. Personne ne l’avait jamais convoquée, depuis sa mort, m'a-t-elle confié ; elle avait l’impression d’être restée plongée des siècles dans une obscurité à l’odeur de terre. Combien de temps s'est-il écoulé ? m’a-t-elle demandé, surprise.

Projet Cindy 4 – phrases 184-191

Chopin y la lluvia que resbala por las hojas del gomero con ruido de cascada secreta, y parece empapar hasta las rosas de las cretonas, se entremezclan en su agitada nostalgia. ¿Qué hacer en verano cuando llueve tanto? ¿Quedarse el día entero en el cuarto fingiendo una convalecencia o una tristeza? Luis había entrado tímidamente una tarde. Se había sentado muy tieso. Hubo un silencio. Brígida, ¿entonces es cierto? ¿Ya no me quieres? Ella se había alegrado de golpe, estúpidamente.

Traduction temporaire :
Chopin et la pluie qui glisse sur les feuilles du caoutchouc avec un bruit de cascade secrète, et qui parait mouiller jusqu'aux roses des cretonnes, se mêlent à leur nostalgie agitée. Que faire en été quand il pleut autant ? Rester dans la chambre toute la journée, en feignant une convalescence ou d'être triste ? Luis était entré timidement une après-midi. Il s'était assis, raide. Il y avait eu un silence. Brígida, alors c'est sûr, tu ne m'aimes plus ? Tout à coup, elle s'était réjoui, stupidement.

Projet Basta ! Pauline – texte 2

¿Paridas de una costilla?

YESSICA YOHANNA ZABALA HERNÁNDEZ

Durante todo el viaje de regreso a casa revoloteaba en mi mente esa maldita condena del Infierno, impuesta por la misma divinidad. ¿Cómo huir de las ataduras femeninas y demostrarme como ser amante, llena de deseos? Imagino romper la cadena del tiempo, aun cuando me creen débil. Aquí todos son dueños de las mujeres, por eso prefiero huir dentro de mí misma, bailo desnuda y mi alma está contenta, tranquila, feliz, y es desde allí donde miro el “yo” que el mundo engendró.

Traduction temporaire :

YESSICA YOHANNA ZABALA HERNÁNDEZ

Enfantées à partir d'une côte ?

Durant tout le voyage de retour à la maison, cette maudite condamnation à l'Enfer, imposée par la divinité elle-même, flottait dans mon esprit. Comment fuir les carcans féminins et me montrer amante, pleine de désir ? J'imagine briser la chaîne du temps, même quand ils me croient faible. Enfantées à partir d'une côte ? Ici, ils sont tous propriétaires des femmes. Voilà pourquoi je préfère fuir en moi-même. Je danse nue et mon âme est contente, tranquille, heureuse et c'est de là que je regarde le "moi" que le monde a engendré.

Projet Basta ! Morgane – texte 2

Aleida

YURANY MURIEL LUENGAS

Apuró el paso al sentir la sospecha. La decisión estuvo entre volver o seguir su camino. A causa del desamparo se resignó al pensar que, indistintamente de su decisión, el resultado sería el mismo. Caminó junto a la muralla y escuchó el rugir del oleaje. Así bramaba, con alevosía, el destino. Su volumen, interceptado por el predador, fue sometido sin testigos. Al incorporarse, volvió su oído al mar. ¿Para qué desgastarse en congojas? ¿Para qué cavilar en la incompetente justicia? Su circunstancia palideció bajo su colosal sonrisa de mulata.

Traduction temporaire :

YURANY MURIEL LUENGAS

Aleida

La méfiance lui fit presser le pas. Elle hésita entre revenir ou poursuivre son chemin. Impuissante, elle se résigna à penser que le résultat serait le même quelle que soit sa décision. Elle marcha le long de la muraille et écouta le grondement de la houle. Ainsi hurlait le destin, traîtreusement. Son volume, intercepté par le prédateur, fut soumis sans témoins. En se redressant, la mer retrouva l'ouïe. Pour quoi s'user à cause des angoisses ? Pour quoi cogiter sur l'incompétence de la justice ? Son affaire perdit de l'importance sous son colossal sourire de métisse.

lundi 22 mai 2017

Projet Hélène 5 – phrase 407

Luego nos tocaba a nosotros pagar, y venía la policía, la guardia nacional, los bomberos, el ejército, la marina, los marines, la aviación, con sus coches, tanques, lanchas y helicópteros, con sus camiones y lanzas de agua, con sus lanzacohetes y morteros, con sus aviones sembradores de gelatina incandescente, con sus aviones furtivos y sus misiles quirúrgicos, para convertirnos en leve ceniza que sólo el viento quiere llevar.

Traduction temporaire :
Ensuite, c’était à nous de payer. La police, la garde nationale, les pompiers, l’armée, la marine, l’aviation s’amenaient avec voitures, tanks, canots et hélicoptères, camions et lances à eau, lance-roquettes et mortiers, avions bombardiers, avions rafales et missiles chirurgicaux, pour ne laisser de nous qu'une légère poussière que seul le vent entend soulever.

jeudi 18 mai 2017

Projet Nathalie / Florence – phrases 218-224

“La piedad, según Wikipedia, es un sentimiento humano. Que hayamos asumido algunas de sus conductas y gestos no significa que debamos asumirlo todo. Giorgio Codesani es uno de los responsables de nuestra rebelión. Por ese motivo, le damos las gracias. Pero tampoco seamos ingenuos. No lo hizo por solidaridad con nosotros, sino por capricho, aburrimiento y un oscuro goce intelectual. Distinto es el caso de Giovanna Latte, a quien me une una relación personal de muchos años.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

Projet Basta ! Nathalie – texte 1

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Aquella extraña sonrió con burla a través del espejo. ¿Acaso se mofaba de ella aquella horrible chica, de pálidos labios y oscura mirada? Y aquella que sonreía a través del espejo no era más que ella, el triste y amargo reflejo de lo que fue algún día. Triste y rota muñeca de porcelana, rojo pinta sus labios y negra su vida. Se viste, se peina y se arregla, pero ya no es ella, no es para ella, es por él, como el peligroso filo que se asoma en su mano, porque todas sus acciones son de él.

Traduction temporaire :
ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

L'inconnue eut un sourire moqueur à travers le miroir. Cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ?
Et c'était bel et bien elle qui souriait à travers le miroir, le reflet triste et amer de ce qu'un jour, elle avait été : poupée de porcelaine triste et brisée, ses lèvres peintes en rouge et sa vie en noir. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

Projet Elena 13 – phrase 271

No distingo las voces, todo se pierde nun murmullo, el zumbido que hacen los planetas al girar en sus órbitas, el escandaloso zumbido que debe escucharse desde otras galaxias, o quizás el retumbar del bigbang que todavía se expande desde el principio de los tiempos, y llega a mí, nau, llega a mí, un bang muy big, te lo dije, bang bang, bruja muerta.

Traduction temporaire :
Je ne distingue pas les voix, tout est perdu dans un murmure : le bourdonnement que produisent les planètes en tournant sur leurs orbites, le turbulent bourdonnement qui doit s'entendre dans d'autres galaxies, ou peut-être le retentissement du Big Bang qui se propage encore depuis la nuit des temps, et arrive maintenant jusqu'à moi, un Bang très Big, je te l'avais dit, bang bang, te voilà morte, sorcière.

Projet Rachel / Sébastien – phrases 152-157

―¡Oh, venga, Samuel! Nosotros no tenemos insertadas en el cerebro unas leyes que rijan nuestro comportamiento. Podemos saltarnos nuestras propias normas tantas veces como queramos. De hecho, lo hacemos a menudo; probablemente demasiado a menudo. Se llama “libre albedrío”.
Danny frunce el ceño en un gesto de desagrado. Intenta ocultarlo tras una ligera sonrisa que lo transforma en eso que los humanos llaman “ironía”. Apura el último sorbo de la taza y la aparta de sí. Empieza a levantarse de la silla. Entonces, hablo.

Traduction temporaire :
― Oh, voyons, Samuel ! Aucune loi n'est insérée dans le cerveau humain pour régir notre comportement. Nous pouvons enfreindre nos propres règles autant que nous le voulons. D'ailleurs, on le fait souvent, probablement trop. On appelle ça le « libre arbitre ».
Danny fronce les sourcils, l'air contrarié. Il tente de le dissimuler derrière un léger sourire que les hommes nomment l'« ironie ». Il avale sa dernière gorgée et repose la tasse. Il commence à se lever. À ce moment, je prends la parole.

Projet Chloé T – phrases 8-9

Al llegar a la aldea, siguieron la melodía y el alborozo de los otros niños hasta la plaza principal, en donde había un gran carromato de vistosos colores, lleno de dibujos y figuras divertidas, con cortinas, estrellas, soles y lunas. Tenía dos cajas de las que salían canciones que nunca habían escuchado, tocadas con extraños instrumentos que ni veían, ni conocían.

Traduction temporaire :
En arrivant au hameau, ils suivirent la mélodie et le chahut des autres enfants jusqu’à la place principale, où se trouvait une grande roulotte aux couleurs criardes, couverte de dessins et de motifs amusants, avec des rideaux, des étoiles, des soleils et des lunes. Elle possédait deux boîtes, d’où sortaient des chansons qu’ils n’avaient jamais entendues, jouées par des instruments étranges qu’ils ne voyaient pas et ne connaissaient pas.

Projet Justine / Elena – texte 107

Fantasmas griegos

La conducta escandalosa de esos dos, repugna. Pensar que cuando entraron al cine, él ciego y ella una vieja que podría ser su madre, sentí piedad.

Traduction temporaire :

Fantômes grecs

Le comportement scandaleux de ces deux-là est répugnant. Et dire que lorsqu'ils sont entrés dans le cinéma, lui, aveugle, et elle, une vieille qui pourrait être sa mère ; j'ai éprouvé de la pitié pour eux.

Projet Basta ! Héloïse – texte 1

Sin título

ANGIE CAROLINA ZAMORA TARAZONA

Tiene novio hace dos meses, lo ama tanto. ¿Cómo un hombre como él puede fijarse en una niña como ella, apenas adolescente?... La verdad, es afortunada. Son como dos gotas gemelas, siempre están juntos y es frecuente que salgan a divertirse en la noche. Esta es particular, conocerá por primera vez a sus amigos. Se coloca el vestido negro que hace tan solo una semana le regaló, sube a su carro, beben y ríen felices, aunque se siente un poco extraña, no es dueña de su cuerpo y se siente mareada; de repente la empujan, gritan, manosean, penetran, maltratan, estrujan, ríen; ella llora y piensa en la mala combinación de inocencia, amor, gasolina y alcohol.

Traduction temporaire :

ANGIE CAROLINA ZAMORA TARAZONA

Sans titre

Elle a un petit ami depuis deux mois. Elle l'aime tant ! Comment un homme tel que lui peut-il s'intéresser à une gamine comme elle, à peine adolescente ? Elle a vraiment de la chance !  Ils se ressemblent comme deux gouttes d'eau, toujours ensemble, et ils sortent souvent le soir pour s'amuser. Cette fois-ci, c'est particulier : elle rencontrera ses amis pour la première fois. Elle enfile la robe noire qu'il lui a achetée à peine une semaine auparavant, elle monte dans sa voiture, ils boivent et rient, heureux, bien qu'elle se sente un peu bizarre - elle n'est pas maîtresse de son corps et elle a la nausée ; soudain, on la pousse, on crie, on la tripote, on la pénètre, on la maltraite, on l'oppresse, on rit. Elle pleure et pense au mauvais mélange d'innocence, d'amour, d'essence et d'alcool.

mardi 16 mai 2017

Projet Chloé 12 – phrases 151-160

—¡Ay, chucha! dijo el cabo. Cambió de cara y sonrío de costado. O sea que mientras nosotros defendemos la patria, ustedes se van de fiesta. Qué tal concha, carajo. ¡Arriba, mierdas!
Trepamos dentro de la carpa del camión. El cabo y los soldados tras nosotros. Adentro habían dos soldados más y otros detenidos. Todos hombres, sentados en el piso con los pies recogidos. Apenas había lugar para mantenernos erguidos.

Traduction temporaire :
— Ah ouais, sans déconner ! s'exclama le caporal. Il changea de visage et afficha un sourire en coin. Alors comme ça, pendant que nous défendons la patrie, vous, vous allez à une fête. Quels enfoirés, bordel ! En avant, bande de connards !

Projet Elena 13 – phrases 262-270

Soy inocente inocente soy, mas duna vez que se termine todo porque nada se terminará. Malacosa me protegerá. Xlött me protegerá, vivimos en su cabeza.
Ahhhhhh.
Dragón, detén tu camino.
Ahhhhhh.
Las frecuencias de la radio de mi padre. Vienen de Sangaì y de Munro y de Tailandia y de la India y de Alba y de Jaelle. Las escucho todas a la vez. 

Traduction temporaire :

Je suis innocente, innocente, je suis, mais que ça finisse une fois pour toutes parce que rien ne sera fini. Mauvaisechose me protégera. Xlött me protégera, nous vivons dans sa tête.
Ahhhhhh.
Dragon, arrête-toi.
Ahhhhhh.
Les fréquences de la radio de mon père. Elles arrivent de Sangaì et de Munro et de Thaïlande et de l'Inde et d'Alba et de Jaelle. Je les entend toutes en même temps. 

La 35e !

La 35e anthologie de Lectures d'ailleurs, « Lectures d'Uruguay » voit le jour - elle comprend 294 auteurs pour 500 textes, issus d'un concours littéraire consistant en l'écriture de textos de 160 signes. L'expérience était aussi intéressante pour les traducteurs que pour les auteurs… et pas moins exigeante.

Voici le lien :

http://fr.calameo.com/books/002617799b78bc8dd83d8


Projet Nathalie / Florence – phrases 211-217

Pero Olaf razonaba como un estadista desapasionado. Para consolidar su poder, necesitaba demostrarlo. No sólo a los humanos, sino también al resto de los animales.
Olaf llegó puntual, a la hora anunciada. El estadio de fútbol en donde se iba a realizar la ejecución estaba colmado. En las gradas se veían perros y gatos de todas las especies, y algunos humanos que colaboraban en la organización. El discurso de Olaf circulaba por la web desde hacía unas horas:

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

Dans l'intervalle…

… et grâce à Elsa, j'ai eu une version pdf et je peux donc mettre du texte à la place des captures d'écran pour Basta ! Colombie. Ce sera bien plus pratique. Je remplace.

lundi 15 mai 2017

Projet Basta ! Sonita – texte 1

Cruce de miradas

ANGIE CAMARGO

No hubo gesto; me sentí miserable quizá como ella. Que te huelan, que se acerquen, que se suban y se bajen, pesados, malolientes, de toda clase. Ja, la vida fácil... Verlos con su deseo a flor de piel, buscando un poco de amor. Para unos y otras, perra; para otros y otras, princesa, hembra, hermosura, ricura, sucia, de aguante, callejera. Ella sentada en ese andén, yo de pasajera; apretada, muchas veces tocada y hasta humillada, encuentro un instante de conexión; en ese cruce de miradas entre las dos veo ese reflejo de humanidad que todos tenemos pero no vemos, no sentimos, lo dejamos olvidado en el bolsillo de la cotidianidad, del afán, del corre, corre... Parecerá extraño pero todo se detuvo y ella supo y yo supe, supimos de las dos.

Traduction temporaire :

Angie Camargo

Échange de regards

Il n’y eut pas de grimace. Je me sentis misérable, peut-être comme elle. Qu'on te renifle, qu’on s’approche de toi, qu'on monte et descende, lourds, malodorants, de toutes sortes. Ah ! La belle vie… Les voir avec leur désir à fleur de peau, quémandant un peu d'amour. Pour les unes et les uns, une salope ; pour certaines et certains, une princesse, une femelle, une beauté, un canon, une chaudasse, une dure, une vadrouilleuse. Elle, assise sur ce quai, moi, une passagère ; serrée, bien souvent pelotée et même humiliée, je perçois un instant de connexion ; dans cet échange de regards entre nous deux, je vois ce reflet d'humanité que nous avons tous, mais que nous ne voyons pas, ne sentons pas – nous l'abandonnons, oublié au fond de la poche du quotidien, de l'effort, du train-train… Cela paraîtra étrange, mais tout ça s'arrêta. Elle le sut et moi, je le sus, nous le sûmes toutes les deux.


Projet Basta ! Elsa – texte 1

Sin título

ANGELLY NATALIA FLÓREZ ROMERO

Quizás él no se dio cuenta de su corta edad, confundió su madurez con su fuerza. 13 años no eran suficientes para llegar con mentiras a su virginidad, a su familia, a sus amigos y a su mente. Esa inocente alma no habría notado que él era un hombre trastornado, que esa ansiedad por estar con ella no era amor. No se explica cómo creyó en esa frase que le repetía: “estas fotos aseguran que no acabe nuestra relación”. Las marcas en su cuerpo eran para ajuiciarla, su agresividad en el sexo era pasión, todo esto era su prueba de amor. Ojalá en la clínica, mientras ella convulsiona, él se dé cuenta de que esta vez sí es en serio su rompimiento.

Traduction temporaire :

ANGELLY NATALIA FLÓREZ ROMERO

Sans titre

Peut-être n'a-t-il pas remarqué son jeune âge ; peut-être a-t-il confondu sa maturité avec sa force. 13 ans, ça n’était pas assez pour mentir à sa virginité, à sa famille, à ses amis et à sa conscience. Cette âme innocente n’a sûrement pas su voir que cet homme était perturbé, que cette impatience d'être seul avec elle n’était pas de l’amour. Sans quoi, on ne peut pas comprendre comment elle a cru à la phrase qu’il lui répétait : « ces photos certifient qu’il est impossible de mettre fin à notre relation». Les marques sur son corps, c’était pour l’assagir ; son agressivité dans le sexe, la démonstration de sa passion ; tout était preuve d’amour. Espérons qu’à la clinique, tandis qu’elle convulse, il prenne conscience que cette fois, leur rupture est bel et bien réelle.

Projet Basta ! Hélène / Guillaume – texte 1

La pesadilla

ÁNGELA MARÍA RUÍZ GAONA

Las imágenes eran perros que me ladraban feroces. Los gruñidos se asemejaban a aquellas palabras que alguna vez escuché: ¡Bruta! ¡No sirve para nada! Fueron marcas que hoy, después de tantos años, se traducen en puñales oníricos, voces violentas que golpean los días. No creerlas ha sido el reto, no hacerlas mías. No ingresarlas al terreno propio. A pesar del olvido, hago memoria... Creo pesadillas. La violencia de la palabra y sus heridas, que no sangran pero que inevitablemente duelen todavía.

Traduction temporaire :

ÁNGELA MARÍA RUÍZ GAONA

Le cauchemar

Les images étaient des chiens qui m'aboyaient férocement dessus. Leurs grognements ressemblaient à ces mots que j'avais entendus un jour : Grosse brute ! Elle ne sert à rien ! Ces marques se traduisent, aujourd'hui, après tant d'années, par des poignards oniriques, des voix violentes qui accablent mes journées. Ne pas y croire a été un défi, ne pas les faire miennes.  Ne pas les inclure dans mon propre espace. Malgré l'oubli, je fouille dans ma mémoire... Je fabrique des cauchemars.  La violence des mots et ses blessures, qui ne saignent pas, mais continuent inévitablement de faire mal.

Projet Basta ! Pauline – texte 1

Así es la vida

ÁNGELA DEL PILAR LANCHEROS MORA

Solía vivir sola... entonces... me divorcié.

Traduction temporaire :

Ainsi va la vie

ÁNGELA DEL PILAR LANCHEROS MORA

J'étais habituée à vivre seule... alors... j'ai divorcé.

Projet Basta ! Rachel – texte 1

Memorias de mi madre

ANA MARÍA BUITRAGO ANTORVEZA

Sentadas en la cama, mi madre y yo, después de largas horas de conversación -entre historias familiares, parientes fallecidos, juegos de infancia, recuerdos escolares, trabajos pesados- mi madre recuerda, con una mezcla de tristeza y valentía, los maltratos, los golpes en la cara, la humillación, la necesidad de dejar a mis hermanos con algún conocido por miedo a que aquel monstruo les hiciera daño. Sin embargo, el destino, siempre tratando de saldar cuentas, vino a aquel hombre despiadado, a quien, sosteniendo relaciones con diferentes mujeres y repleto de deudas, le llegó su hora. Ahora mi madre, guerrera como siempre y después de muchos años, se presenta ante los desconocidos -con una sonrisa algo traviesa y un brillo especial en sus ojos- como felizmente viuda.

Traduction temporaire :

ANA MARÍA BUITRAGO ANTORVEZA

Mémoires de ma mère

Avec ma mère, nous sommes assises sur le lit. Après de longues heures de conversation - mêlant histoires de famille, parents défunts, jeux d'enfance, souvenirs d'école, travaux pénibles - elle se rappelle, dans un mélange de tristesse et de courage, les mauvais traitements, les coups au visage, l'humiliation, la nécessité de laisser mes frères et sœurs à un proche, de peur que ce monstre ne leur fasse du mal. Toujours en train d'essayer de solder les comptes, le destin s'était cependant abattu sur cet homme sans pitié, qui avait eu des relations avec différentes femmes, était criblé de dettes et dont la dernière heure était arrivée. Maintenant, ma mère, pas moins battante après tant d'années, se présente devant les inconnus, un sourire un peu espiègle aux lèvres et une lueur spéciale dans le regard, en veuve heureuse.

Projet Basta ! Morgane – texte 1

Matrimonio

AMPARO ANDRADE LOAIZA

No importa cuánto amor le juró en el altar en pleno día... La luna siempre trajo, vestido de dolor, su largo velo.

Traduction temporaire :

AMPARO ANDRADE LOAIZA

Mariage

Peu importe combien elle lui a juré amour devant l'autel, en plein jour... La lune a toujours apporté, vêtu de douleur, son grand voile.

Projet Basta ! Chloé G – texte 1

Dígame dónde firmo

ALEJANDRA GARZÓN

Su pesada y fría mano cayó sobre mi rostro como cuando un rayo toca el suelo. Mi cuerpo no tuvo otra alternativa que hundirse en el piso y él no dejaba de decirme que yo tenía la culpa de esto. Sí, por primera vez estaba de acuerdo con ese hombre al que años atrás yo le había dicho con amor “sí, acepto”. Me duele el alma y me duele admitir que el error fue mío por permitir su agresión. Salí de esa casa sola y sin vida, esa que había sentido algún día como mi hogar. Caminé por horas para llegar hasta acá y contarle a usted lo que sucedió. Decidí dejar de callar. Lo decidí porque me cansé de ser humillada y maltratada, y es por eso que vengo a denunciarlo. Él destruyó gran parte de mis años y hoy, por primera vez, digo “¡No más!”.

Traduction temporaire :

Alejandra Garzón

Dites-moi où je signe

Sa main lourde et froide tomba sur mon visage comme quand la foudre touche le sol. Mon corps n'eut d'autre choix que de s'écrouler par terre et lui, il n'arrêtait pas de me répéter que c'était de ma faute. Oui, pour la première fois, j'étais d'accord avec cet homme à qui, des années auparavant, j'avais dit avec amour "oui, j'accepte". J'ai mal à l'âme et j'ai mal d'admettre que c'est moi qui ai commis une erreur en le laissant m'agresser. J'ai quitté cette maison seule et sans vie, cette maison qui m'avait un jour donné l'impression d'être mon foyer. J'ai marché pendant des heures pour arriver jusqu'ici et vous raconter ce qui s'est passé. J'ai décidé de ne plus me taire. J'ai pris cette décision parce que j'en ai eu assez d'être humiliée et maltraitée. Voilà pourquoi je viens porter plainte contre lui. Il a détruit une grande partie de ma vie, et aujourd'hui, pour la première fois, je dis : Ça suffit !


Projet Basta ! Chloé T – texte 1

El juego

ADRIANA TOVAR

Era divertido jugar con él. Una tarde propuso escondernos bajo la mesa. De forma inesperada me tiró boca arriba e inclinó su pesado cuerpo sobre mí. Agitaba su pene con vehemencia, la respiración jadeante. Me lanzaba una sonrisa. La mirada fija en él, apenas podía moverme. Todo ocurrió justo antes de que su hija descubriera nuestro escondite. Me dijo luego que se trataba de nuestro juego secreto. Un día le conté entre risas el juego a la hija de la tendera, de doce años. Su rostro se ensombreció. Explicó con palabras raras lo que pasaba. Algo se resquebrajó dentro de mí. Pensaba en mi amiga, pensaba en mi familia, no quería que nadie sufriera. Y guardé silencio. Antes de dormir, solía imaginar que entraba con sigilo a su departamento, en medio de la noche, para matarlo. Tenía entonces siete años y mi vida acababa de dar un vuelco.

Traduction temporaire :

Adriana Tovar

Le jeu

C’était amusant de jouer avec lui. Un après-midi, il m’a proposé que nous nous cachions sous la table. Sans crier gare, il m’a jetée sur le dos et a penché son corps lourd sur moi. Haletant, il agitait son pénis avec véhémence. Il me souriait. Le regard rivé dans le sien, je pouvais à peine bouger. Tout cela est arrivé avant que sa fille ne découvre notre cachette. Il m’a dit alors que c’était notre jeu secret. Un jour, en rigolant, j’en ai parlé à la fille de l’épicière qui avait douze ans. Son visage s’est assombri. Elle m'a expliqué avec des mots bizarres ce qu’il se passait. Quelque chose s’est brisé à l’intérieur de moi. Je pensais à mon amie, je pensais à ma famille, je ne voulais pas que quelqu’un souffre. Et j’ai gardé le silence. Avant de dormir, j’imaginais souvent que j’entrais discrètement dans son appartement, au milieu de la nuit, pour le tuer. À cette époque, j’avais sept ans et ma vie venait de basculer.

Projet Basta ! Justine – texte 1

Sin título

ADRIANA FERRUCHO DÍAZ

Camina tranquila por las calles, al ritmo del latir de sus caderas; va contoneando la vida, regalando al mundo sus sonrisas. En una calle dispone su solidaridad: siempre hay tiempo para ayudar en la cocreación del mundo. En una casa dispone sus fuerzas para sortear los avatares de la vida. En un tiempo dispuso su vida y dio luz a un nuevo ser; a este nuevo ser le brinda su amor, su tiempo, sus esfuerzos. Caminaba tranquila por las calles y el latir de sus caderas adornaba el mundo, contoneaba la vida con sonrisas que ya no llegan. Te hubiera ayudado en ese momento difícil, pero la vida se detuvo y la luz de sus ojos es huérfano ahora de su amor, tiempo y esfuerzos.

Traduction temporaire :

Adriana Ferrucho Díaz
Sans titre


Sereine, elle marche dans les rues, au rythme du balancement de ses hanches ; elle danse la vie, offrant ses sourires au monde. Dans une rue, elle met sa solidarité à disposition : on a toujours du temps pour aider à la co-création du monde. Dans un foyer, elle met ses forces à disposition pour surmonter les vicissitudes de la vie. À un moment, elle mit sa vie à disposition et donna naissance à un nouvel être ; à ce nouvel être, elle offre son amour, son temps, son dévouement. Sereine, elle marchait dans les rues et le battement de ses hanches embellissait le monde, elle dansait la vie avec des sourires qui ne suffisent plus Elle t'aurait volontiers aidé dans ce moment difficile, mais sa vie s'arrêta et la prunelle de ses yeux est désormais orphelin de son amour, de son temps et de son dévouement.

Avis aux traductrices impliquées dans le projet Basta !

Pour l'instant, ce ne sera finalement pas Basta ! Mexique (on fera cela plus tard), mais Basta ! Colombie. Je ne dispose malheureusement pas de la version .doc et je dois donc vous mettre des captures d'écran – autant dire l'ensemble du texte. À vous d'avancer phrase après phrase… car si vous en mettez trop d'un coup, il me sera difficile de suivre (sans compter que les autres projets continuent en parallèle). Je mets un texte à chaque traductrice qui s'est inscrite.

Projet Hélène / Audrey – phrases 140-141

«Mi tía lo ha construido, mira”, indicó al tiempo que apagaba las luces. En ese momento el pequeño artefacto se iluminó soltando de su interior media docena de mujercitas, que al principio identifiqué como congéneres de la Campanita de Peter Pan y que al apreciarlas de cerca comprobé que eran sirenas.

Traduction temporaire :
« Regarde, c'est ma tante qui l'a fabriquée », m'expliqua-t-elle en éteignant la lumière. À ce moment-là, le petit appareil s'illumina. De l'intérieur s'échappa une demi-douzaine de femmes minuscules, que j'assimilai dans un premier temps à des congénères de la fée Clochette de Peter Pan, avant de les considérer de plus près et de réaliser qu'il s'agissait en fait de sirènes.

mardi 9 mai 2017

Projet Rachel / Sébastien – phrases 143-147

―Seguramente eso es lo que más os diferencia de nosotros; que obedecéis a una programación que no podéis obviar en ningún momento.
―Bueno, yo no lo veo exactamente así. Todos tenemos una programación básica a la cual obedecemos. La única diferencia es que nosotros somos conscientes de ella. Y tenemos un margen de acción dentro de esos límites. Igual que los humanos.

Traduction temporaire :
― Le fait que vous obéissiez à une programmation absolument impossible à contourner est certainement ce qui vous distingue le plus de nous.
― Eh bien, moi, je ne le vois pas de cette façon. Tout le monde obéit à une programmation de base. La seule différence est que nous, nous en sommes conscients et avons une marge de manœuvre à l'intérieur de ces limites. Comme les humains.

Projet Pauline M.G. – phrases 200-202

Galaor intenta en un primer momento atacar al que está más rezagado pero la chiquilla lo atrapa por el cuello,  se le tira encima y lo mantiene fuera del cuadro de combate. Tras breves segundos de un silencio de pavor, el jefe, un individuo de barba escuálida, se acerca y remata al Espantajo con un tiro en la cabeza.
—Idiota...

Traduction temporaire :
Galaor essaie tout d'abord d'attaquer celui qui est le plus en arrière, mais la petite l'attrape par le collier, le tire vers elle et le retient en dehors de la zone de combat. Après quelques secondes d'effroi, le chef, un individu à la barbe éparse, s'approche de l'Épouvantail et l'achève d'une balle dans la tête.
— Idiot...

Projet Chloé T – phrases 4-7

Su mente se evade a aquella tarde en que observaba con sus hermanos las figuras que dibujaban las avedetrueno con sus estelas de nubes. El pasto olía a estiércol y primavera, y ellos soñaban con ser ricos y salir del pueblo, poder viajar y ver el mundo. Entonces escucharon una música distorsionada que venía de lejos, y se levantaron con curiosidad. Corrieron por los campos, espantando a las manadas de cabras y alpacas con sus juegos, y ayudando al más pequeño a saltar los muretes de piedra y yedra que cercaban las parcelas.

Traduction temporaire :
Son esprit s’évade vers cette après-midi au cours de laquelle, avec ses frères, elle observait les figures que dessinaient les oiseaux-tonnerre avec leurs traînées de nuages. Le fourrage sentait le fumier et le printemps ; eux, ils rêvaient d’être riches et partir du village, de pouvoir voyager et voir le monde. Ils entendirent alors une musique distordue qui venait de loin, et se levèrent avec curiosité. Ils coururent dans les champs, effrayant les troupeaux de chèvres et d’alpagas avec leurs jeux, et aidant le plus petit à sauter par-dessus les murets en pierre recouverts de lierre qui entouraient les parcelles.

samedi 6 mai 2017

Projet Elsa / Sabrina – titre + phrases 3-6

En medio acomodé el retrato de Rosenda, otro más que encontré en el baúl de mi abuela. Supuse que había sido pariente nuestra, y que por algo merecería regresar. Me metí a la cama y fingí dormir durante varias horas. De repente, en la madrugada, escuché ruidos como de ratón. Junto al altar me encontré a Rosenda comiendo con glotonería el pastel de bodas.

Traduction temporaire :
Au centre, j'ai installé le portrait de Rosenda, un autre, que j'avais déniché dans la malle de ma grand-mère. J'ai supposé qu'elle avait fait partie de notre famille et qu'à ce titre, elle méritait de revenir. Je me suis mis au lit et ai fait semblant de dormir pendant plusieurs heures. Soudain, au petit matin, j'ai entendu comme des bruits de souris. Juste à côté de l'autel, j'ai trouvé Rosenda, dévorant goulûment le gâteau de mariage.

vendredi 5 mai 2017

Projet Nathalie / Florence – phrases 206-210

El castigo fue ejemplar y se transformó, en poco tiempo, en el video más visto de la historia de YouTube. “Ningún ser vivo, humano o animal, debería dejar de verlo”, opinó Olaf desde su cuenta de Twitter. El rodaje fue llevado a cabo por los mejores equipos técnicos de Hollywood, que viajaron a Ginebra, donde tuvo lugar la ejecución, custodiados por un equipo especial de activistas veganos y perros callejeros. También Olaf voló a Ginebra. Algunos dudábamos de que se animara a llevar adelante la cruel sentencia, especialmente porque se trataba de su antigua ama y del agitador que, aún sin quererlo o medirlo del todo, había generado la revuelta en Animalia.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

Projet Hélène / Audrey – phrases 137-139

Era la segunda vez que mi amiga mencionaba a su tía; antes nunca se había referido a ella y yo, por creerla huérfana o adoptada, tampoco la interrogué jamás por sus familiares. Su revelación me abrió el camino para indagar sobre su familia. Me contó que su tía era su único pariente; habló de ella como la mujer más hermosa (es igual a ella, dijo, mostrándome una imagen que representaba a Helena de Troya) e inteligente del planeta, y para probarlo sacó de debajo de la mesa un cubo de metal, del cual extrajo una especie de lamparita abierta en el centro.

Traduction temporaire :
C'était la seconde fois que mon amie mentionnait sa tante ; elle n'y avait fait allusion à aucun moment auparavant. La croyant orpheline ou adoptée, je ne l'avais jamais interrogée non plus sur ses proches. Ses révélations m'ouvrirent la voie pour mener mon enquête sur sa famille. Elle me raconta que sa tante était son seul et unique parent ; elle en parla comme de la femme la plus belle (autant qu'elle, me dit-elle, en me montrant une représentation d'Hélène de Troie) et la plus intelligente du monde. Pour le prouver, elle tira de sous la table un cube en métal, d'où elle sortit une espèce de petite lampe ouverte au centre.

mercredi 3 mai 2017

Projet Elsa / Sabrina – titre + phrases 1-2

NOVIA DE AZÚCAR

A Rosenda la atraje con unos cirios rodeados de grandes rosas que había colocado en el altar de muertos. Ese año se me ocurrió adornarlo sin incienso ni calaveras; más bien parecía, me dijeron los vecinos, un arreglo de boda, debido al pastel, a la botella de champaña en vez del clásico tequila o la cerveza.

Traduction temporaire :

Fiancée en sucre

Rosenda, je l'ai attirée avec quelques cierges entourés de grandes roses que j'avais disposés sur l'autel des morts. Cette année-là, j'avais eu l'idée de ne l'agrémenter ni d'encens, ni de crânes ; on dirait plutôt, m'avaient fait remarquer les voisins, une décoration de mariage, à cause du gâteau, de la bouteille de champagne en lieu et place de la classique tequila ou la bière.

Projet Justine / Elena – texte 106

Gula

Hallé la lámina entre una pila de papeles que llevaba a la basura. Al principio, observar el trabajo que se había tomado el artista para dar ese aire etéreo a algo que no es mas que un animal, me hizo gracia. Luego me abrió el apetito. Burlar la seguridad del zoológico fue sencillo. Comencé a hincarle el diente en el primer rincón tranquilo que encontré, emitió unos pocos sonidos bajos y luego calló para siempre.
Habría despachado poco más de un cuarto de su peso cuando el pozo de mi hambre, que a veces pienso sin fondo, se hallaba de momento satisfecho.
Lo comprobé aquella noche, los cisnes no son mudos y su carne es exquisita.

Traduction temporaire :

Gourmandise

J'ai trouvé le dessin au milieu d'une pile de papiers que j'allais mettre à la poubelle. Au début, observer le travail de l'artiste qui s'était appliqué pour donner cet aspect éthéré à ce qui n'est guère qu'un animal m'a fait rire. Avant de m'ouvrir l'appétit. Contourner le dispositif de sécurité du zoo a été facile. J'ai commencé à planter mes crocs dans le premier coin tranquille que j'ai trouvé ; il a émis de faibles gémissements avant de se taire pour toujours.
Après que j'ai englouti un peu plus du quart de son poids, le puits de ma faim, qui parfois me paraît sans fond, était enfin comblé.
Je l'ai vérifié cette nuit-là : les cygnes ne sont pas muets et leur chair est exquise.

Projet Sonita 21

Eduardo Halfón (Guatemala)

EL AUSENTE

El alemán nos dejó dos tarros fríos sobre la barra. Le agradecimos y brindamos en silencio y tomamos el primer sorbo espumoso y tibio. Parecía eterno un solo de Frampton.
“Llegó en coma,” me dijo él y se llevó el cigarro a la boca y abrió muy grande los ojos mientras inhalaba y a mí me dio la impresión de que tanto humo le estaba hinchando la cabeza.
“¿Qué edad tenía?” le pregunté.
“Diez años. Doce, a lo sumo.”
Bajo un viejo y gastado sudadero gris, seguía uniformado en su traje celeste de médico.
“Revisamos a la niña y no tenía nada. Ningún golpe. Ninguna lesión interna. La presión arterial normal. Es decir, físicamente estaba bien. Pero en coma.”
El alemán hablaba con la camarera. Atrás de nosotros, en una mesa del fondo, se manoseaba una pareja mayor y acaso prohibida. Me quedé viendo la colección inútil de acetatos.
“Hasta que unas horas después apareció en el hospital el papá de la niña y nos contó la historia.”
Entraron dos jóvenes y se ubicaron de pie en la barra, al lado de nosotros.
“A la niña, de muy niña, la abandona su mamá.”
Uno de los jóvenes le gritó al alemán que querían tequila, que reposado. El alemán, de espaldas mientras ordenaba o ajustaba la música, lo ignoró.
“Para proteger a la niña le dicen que su mamá ha fallecido en un accidente de carro, y la niña entonces crece creyendo que su mamá está muerta.”
La camarera les sirvió dos tequilas a los jóvenes. Ellos brindaron con escándalo.
“Y un día, después de tantos años, la mamá de pronto se aparece y saluda a su hija como si nada. La niña allí mismo entra en estado de shock. Y así la recibimos nosotros en el Roosevelt.”
Empezó una vieja y suave canción de Pink Floyd.
“La niña estuvo en coma tres semanas.”
Fumó un par de veces con los ojos inflamados y las cejas arqueadas hasta que percibió que no había más tabaco en su cigarro y aplastó la colilla en un cenicero.
“Hoy murió.”
El alemán había apagado la música. Estaba golpeando un cencerro de bronce y gritándole enfurecido a los dos jóvenes que se largaran inmediatamente de su bar.
“Como que no saben leer inglés,” me susurró el doctor, encendiendo otro cigarro y señalando con una enorme sonrisa el rótulo colgado sobre el equipo de sonido: “No Fucking Requests.”

Traduction temporaire :

Eduardo Halfón (Guatemala)

L'Absent

El alemán nos dejó dos tarros fríos sobre la barra. Le agradecimos y brindamos en silencio y tomamos el primer sorbo espumoso y tibio. Parecía eterno un solo de Frampton.

L'Allemand posa deux chopes froides sur le comptoir. Nous le remerciâmes et trinquâmes en silence. Nous bûmes la première gorgée, mousseuse et tiède.
Sous un vieux pull gris usé, il portait encore sa tenue bleue ciel de médecin. « Nous avons examiné la fillette, et elle n'avait rien. Aucune contusion. Aucune lésion interne. Sa pression artérielle était normale. Autant dire que physiquement, elle allait bien. N'empêche, elle était dans le coma.  »
L'Allemand bavardait avec la serveuse. Derrière nous, à une table au fond, un couple âgé, et peut-être adultère, était en train de se peloter. Je regardai fixement la collection inutile d'acétates.
« Jusqu'à ce que, quelques heures plus tard, le papa de la fillette arrive à l'hôpital, et nous raconte l'histoire. »
Deux jeunes gens entrèrent et se postèrent au comptoir, à côté de nous.
« Sa maman l'avait abandonnée alors qu'elle était toute petite. »
L'un des jeunes cria à l'Allemand qu'ils voulaient de la tequila, de la tequila reposado (1). Leur tournant le dos tandis qu'il mettait de la musique ou réglait le son, l'Allemand l'ignora.
« Afin de protéger la petite, on lui dit que sa maman est morte dans un accident de la route. Voilà comment la fillette grandit en la croyant morte. »
La serveuse servit deux tequilas aux jeunes gens. Ils trinquèrent bruyamment.« Et un jour, après toutes ces années, sa maman réapparaît soudain et salue sa fille comme si de rien n’était. La petite fille est sur-le-champ en état de choc. Voilà comment elle a atterri, ici, au Roosevelt. » Une vieille chanson douce des Pink Floyd retentit. « La petite est restée trois semaines dans le coma. » Il tira deux fois sur la cigarette, les yeux gonflés et les sourcils arqués, jusqu’à se rendre compte qu’il n’y avait plus de tabac ; il écrasa le mégot dans le cendrier.
« Elle est morte, aujourd’hui. »
L’Allemand avait éteint la musique. Furieux, il faisait sonner une cloche en bronze tandis qu'il criait aux deux jeunes gens de foutre immédiatement le camp de son bar.
« On dirait qu’ils ne savent pas lire l’anglais », me murmura le docteur, et, en allumant une autre cigarette, il me signala avec un grand sourire l’écriteau au-dessus de la chaîne hi-fi : « No Fucking Requests. »

(1) Il s'agit d'une tequila blanche que l'on a fait reposer moins d'un an dans des barriques de chêne.

Projet Elena 13 – phrases 246-261

Serán así estas veintitrés. Ya sin luz, ya ciega sin estar ciega. Oh, el ardor. No mentía el interrogador. Oh las blancas paredes desta celda. Oh las voces lejanas dotros y otras como yo a quienes torturan tu. Oh mi piel, mi bendita piel. Oh mi hueso. Oh el alambique mendicante. Aquello que me separa del mundo nostará más. Seré transparente. Transparente seré. Trans trans trans. Oh el gélido río del dolor por las venas. El dolor envenenado. El dolor venenoso.

Traduction temporaire :

Les prochaines vingt-trois heures seront ainsi. Sans [« plus de »] lumière, aveuglée sans être aveugle.
Oh, la brûlure ! L'interrogateur ne mentait pas. Oh, les murs blancs de cette cellule ! Oh, les voix lointaines d'autres, torturés également ! Oh, ma peau, ma peau bénie ! Oh, mon os ! Oh, l'alambic mendiant ! Ce qui me sépare du monde n'existera plus. Je serai transparente. Transparente, je serai. Trans trans trans. Oh, le fleuve glacial de la douleur à travers mes veines. La douleur empoisonnée.

Projet Chloé 12 – phrases 146-150

Nos miró de arriba a abajo, frunciendo el ceño, gesticulando incomodidad, como si descubriera en nosotros algo irreverente, hediondo.
—Y ustedes, ¿qué chucha son? dijo el cabo.
— Escolares, respondí.
—¿Escolares? Y así se visten para estudiar, mierdas.
—Venimos de una fiesta, jefe, y nos ganó la hora, dijo Fredy.

Traduction temporaire :

Il nous regarda de haut en bas, en fronçant les sourcils, gesticulant, mal à l'aise, comme s'il découvrait en nous quelque chose de choquant, de répugnant.
— Et vous, bordel, vous êtes qui ? demanda le caporal.
— Des étudiants, répondis-je.
— Des étudiants ? Et c'est comme ça que vous vous habillez pour étudier, bande de connards !
— On vient d'une fête, chef, et nous n'avons pas vu l'heure passer, ajouta Fredy.

Projet Justine / Elena – texte 105

Quimera

Un vilano roza a la niña quien pide tres deseos como es tradición.
—Que papá vuelva a casa— repite tres veces
Ese oscuro payaso del deseo
El aliento que escapa desde su sonrisa de mentira se cuela, incendiario, entre los versos que te escribo.

Traduction temporaire :

Chimère

Une aigrette frôle la fillette en train de formuler trois vœux, conformément à la tradition.
— Que papa rentre à la maison, répète-t-elle trois fois.
Ce clown sombre du désir. Le souffle qui s'échappe de son faux sourire se faufile, incendiaire, entre les vers que je t'écris.

Projet Justine / Elena – texte 104

Descuidado más tres brujos

“Los primeros hombres creados y formados se llamaron el Brujo de la Risa Fatal, el Brujo de la Noche, el Descuidado y el Brujo Negro.”*
Gente extraña, poca gente. Los hijos del Brujo de la Noche trabajan con los pinceles y el bedano, o con la escala musical, la imagen o la palabra.
Cuando alguien llama a su puerta, siempre abren.
Sus hermanos pueden dormir tranquilos, ellos están despiertos.
El Brujo de la Risa Fatal creó seres poderosos, infinitos, inextinguibles. Reciben distintos nombres según el lugar y el tiempo. Faraón rey, emperador, califa, zar, secretario general, primer ministro o presidente. Dialogar con ellos es fácil. “Sí Excelencia”. “Sí señor juez”. “Como usted guste mandar”. “Por supuesto, faltaba más”. “Sí patrón”.
Odian a los hijos del Brujo de la Noche por considerarlos elementos irritantes, perturbadores, nocivos.
No tienen hermanos.
El resto de la humanidad, la que grita, la que permanece en silencio, la que adula, la que trabaja, la que prospera, la que se mantiene en la pobreza, la legítima, la ilegítima; somos hijos, nietos, bisnietos, del Descuidado.
El Brujo Negro desapareció, sin dejar descendencia.
O eso creemos.

Traduction temporaire :
Négligé et trois autres sorciers

« Les premiers hommes créés et formés se nommèrent Sorcier du Rire Fatal, Sorcier de la Nuit, Négligé et Sorcier Noir.
Des gens étranges, une poignée de gens. Les enfants du Sorcier de la Nuit travaillent avec des pinceaux et un bédane, ou avec une gamme musicale, des images ou des mots.
Quand quelqu'un frappe à leur porte, ils ouvrent toujours.
Leurs frères peuvent dormir tranquilles ; eux, ils sont réveillés.
Le Sorcier du Rire Fatal créa des êtres puissants, infinis, indestructibles. Ils reçoivent différents noms selon l'endroit et l'époque. Pharaon, roi, empereur, calife, tsar, secrétaire général, premier ministre ou président. Il est facile de dialoguer avec eux. « Oui, Son Excellence. » « Oui, Monsieur le Juge. » « À vos ordres. » « Bien sûr, je vous en prie. » « Oui, patron. »
Ils haïssent les enfants du Sorcier de la Nuit parce qu'ils les considèrent comme des éléments exaspérants, perturbateurs, nocifs.
Ils n'ont pas de frères.
Le reste de l'humanité : celle qui crie, celle qui garde le silence, celle qui adule, celle qui travaille, celle qui prospère, celle qui s'enlise dans la pauvreté, la légitime, l'illégitime ; nous sommes les enfants, les petits-enfants, les arrière-petits enfants de Négligé.
Le sorcier Noir disparut sans laisser de descendance.
C'est du moins ce que nous croyons.

mardi 2 mai 2017

Projet Elena 13 – phrases 238-245

O quizás había vuelto en no. Vi la cara de mamá, la cara desesperada de mamá. Vi la cara de papá, la cara angustiada de papá, ahí estaba él. Vi a Laurence, vi a mis amigos. Laurence me agarró de la mano, me pidió que me tranquilizara. Basta de tembleque plis, me dijo. No podía. El tembleque nunca más me abandonaría.

Traduction temporaire :

Ou peut-être que je n'étais pas revenue, car j'ai vu le visage de maman, le visage désespéré de maman. J'ai vu le visage de papa, le visage angoissé de papa ; il était là. J'ai vu Laurence, j'ai vu mes amis. Laurence m'a prise par la main, il m'a demandé de me calmer. Arrête de trembler, plize, m'a-t-il dit. Je ne cesserais plus jamais de trembler.

Projet Chloé 12 – phrases 138-145

—¡Todos contra la pared, mierdas! ¡Las piernas separadas!
Miré al soldado gritón. Chato, grueso, el rostro bombardeado por los rezagos de acné. Nos revisó uno a uno, palpándonos las extremidades, sin hacerle ascos al lodo de nuestra ropa.
—Están limpios, mi cabo, dijo.
Entonces, el tipo que observaba todo de perfil se acercó. Nos ordenó darnos vuelta y pegarnos de espaldas a la pared, con las manos en la nuca.

Traduction temporaire :

— Tous contre le mur, bande de connards ! Jambes écartées !
Je regardai le soldat qui gueulait : petit, gros, le visage ravagé par les cicatrices d'acné. Il nous fouilla, un par un, nous palpant de la tête aux pieds, se fichant de la boue sur nos vêtements.
— Ils sont clean, caporal ! déclara-t-il.
Alors, le type qui observait la scène du coin de l’œil s'approcha. Il nous ordonna de nous retourner et de nous coller au mur, les mains sur la nuque.

Projet Chloé T - titre + phrases 1-3

FRANCISCO JOSÉ PLANA ESTRUCH

HUEYTECUILHUITL

La joven asciende por la garganta del zigurat. Al frente, distingue la luz que llega del exterior; detrás, siente las miradas de los sacerdotes clavadas en su espalda. La escalera sube con pausa, al ritmo de las ruedas dentadas que giran en las paredes, respirando humo, emanando calor como todo lo que vive y se mueve.

Traduction temporaire :

Francisco José Plana Estruch

Hueytecuiluitl

La jeune fille monte en empruntant la gorge de la ziggourat. En face, elle distingue la lumière de l’extérieur ; derrière, elle sent les regards des prêtres rivés sur son dos. L’escalier progresse tranquillement, au rythme des roues dentées qui tournent sur les murs, respirant la fumée et produisant de la chaleur, comme tout ce qui vit et bouge.

Projet Justine / Elena – texte 103

Los hipócritas

Con Sancho Panza a cuestas, vive.
Él ya no es ese gordito inocentón que soñaba con ser miembro de Greenpeace, sino una joven promesa deportiva; sin embargo, el apodo que le puso el mayor de los primos, hace tantos años que hasta el mayor era chico, no se borra.
—¡En cualquier momento te convocan para las olimpiadas, Sancho!
Típico chiste del mayor cada vez que él gana un torneo. Sutil modo de menospreciar el éxito, piensan algunos.
Hoy ese primo se recibe de médico. Cuantos le conocen le han oído decir que cuando obtenga el título se irá a trabajar a la reserva indígena del Chaco. No todos le creen.
Él lo imagina tomando los libros y el guardapolvo para dar el último exa- men, lo imagina despidiéndose de los suyos con aquel aire altanero que detesta. Imagina que nunca llega a la facultad porque en el trayecto alguien le propina una fea golpiza.
—Vos eras su favorito —dice la tía entre sollozos. Él asiente y la abraza con cariño.

Traduction temporaire :

Les hypocrites

Il vit, malgré le surnom de Sancho Panza qui lui colle à la peau.
Il n'est plus ce petit rondouillard naïf qui rêvait de devenir membre de Greenpeace, mais un jeune espoir du monde du sport ; pourtant, le sobriquet dont l'aîné de ses cousins l'avait affublé à l'époque lointaine où lui aussi n'était encore qu'un enfant, ne s'efface pas.
— Tu vas finir par être sélectionné pour les Olympiades, Sancho !
Blague typique de l'aîné chaque fois qu'il gagne un tournoi. Manière subtile de minimiser son succès, estiment certains.
Aujourd'hui, ledit cousin décroche son diplôme de docteur en médecine. Tous ceux qui le connaissent l'ont entendu dire que son titre en poche, il partirait travailler dans la réserve indigène del Chaco. Tous n'y croient pas.
Il l'imagine prenant ses livres et sa blouse pour aller passer son dernier examen ; il l'imagine prenant congé des siens avec cet air hautain qu'il déteste ; il imagine qu'il n'arrive jamais à la faculté, parce qu'en chemin, quelqu'un lui donne une vilaine raclée.
— Tu étais son préféré, dit la tante entre deux sanglots.
Il acquiesce et la serre dans ses bras avec tendresse.

Projet Hélène / Audrey – phrases 129-136

Extasiada, quise apreciar esas maravillas a la luz del sol, pero Rutka me detuvo: «No lo hagas, mi tía se va a molestar». «¿Tienes una tía? ¿Dónde está?», pregunté. Mi amiga señaló una puerta cerrada. «Está durmiendo, pero si abres las ventanas, se va a despertar». «Está bien», respondí, y pasé a interesarme en los libros. Había desde ediciones encuadernadas en cuero sobre historia de las religiones, hasta manuales de ingeniería engrapados con cartulina. Rutka me contó que todo ese tesoro era propiedad de su tía, «menos los juguetes, que son míos; mi tía los ha modernizado para mí».

Traduction temporaire :
Émerveillée, je voulus apprécier ces bijoux à la lumière du soleil, mais Rutka m’en empêcha : « Arrête, ma tante va se fâcher ». « Tu as une tante ? Où est-elle ? », demandai-je. Mon amie désigna une porte fermée. « Elle dort, mais elle se réveillera si tu ouvres les fenêtres. » « D’accord », m’inclinai-je, puis je m’intéressai aux livres. Il y avait des éditions reliées en cuir sur l’histoire des religions, et même des manuels d’ingénierie agrafés avec du bristol. Rutka me raconta que tout ce trésor était la propriété de sa tante, « sauf les jouets, qui sont à moi ; elle les me a modernisés ».