lundi 15 mai 2017

Projet Basta ! Hélène / Guillaume – texte 1

La pesadilla

ÁNGELA MARÍA RUÍZ GAONA

Las imágenes eran perros que me ladraban feroces. Los gruñidos se asemejaban a aquellas palabras que alguna vez escuché: ¡Bruta! ¡No sirve para nada! Fueron marcas que hoy, después de tantos años, se traducen en puñales oníricos, voces violentas que golpean los días. No creerlas ha sido el reto, no hacerlas mías. No ingresarlas al terreno propio. A pesar del olvido, hago memoria... Creo pesadillas. La violencia de la palabra y sus heridas, que no sangran pero que inevitablemente duelen todavía.

Traduction temporaire :

ÁNGELA MARÍA RUÍZ GAONA

Le cauchemar

Les images étaient des chiens qui m'aboyaient férocement dessus. Leurs grognements ressemblaient à ces mots que j'avais entendus un jour : Grosse brute ! Elle ne sert à rien ! Ces marques se traduisent, aujourd'hui, après tant d'années, par des poignards oniriques, des voix violentes qui accablent mes journées. Ne pas y croire a été un défi, ne pas les faire miennes.

26 commentaires:

Patxi a dit…

La pesadilla

Las imágenes eran perros que me ladraban feroces.

Le cauchemar

Les images étaient des chiens féroces qui m'aboyaient dessus.

Tradabordo a dit…

Le volume des microrécits à la traduction desquels vous avez participé est en ligne. Demandez le lien à Hélène.

***

Nom de l'auteure ?

Le cauchemar

Les images étaient des chiens féroces qui m'aboyaient dessus.

Hélène a dit…

ÁNGELA MARÍA RUÍZ GAONA

Le cauchemar

Les images étaient des chiens féroces qui m'aboyaient dessus. Leurs grognements ressemblaient à ces mots que j'avais déjà entendus : Grosse brute ! Elle ne sert à rien !

Tradabordo a dit…

ÁNGELA MARÍA RUÍZ GAONA

Le cauchemar

Les images étaient des chiens féroces qui m'aboyaient dessus [pas exactement ce que dit le texte]. Leurs grognements ressemblaient à ces mots que j'avais déjà entendus [ou : « un jour » ?] : Grosse brute ! Elle ne sert à rien !

Hélène a dit…

ÁNGELA MARÍA RUÍZ GAONA

Le cauchemar

Les images étaient des chiens qui m'aboyaient férocement dessus. Leurs grognements ressemblaient à ces mots que j'avais entendus un jour : Grosse brute ! Elle ne sert à rien !

Tradabordo a dit…

ÁNGELA MARÍA RUÍZ GAONA

Le cauchemar

Les images étaient des chiens qui m'aboyaient férocement dessus. Leurs grognements ressemblaient à ces mots que j'avais entendus un jour : Grosse brute ! Elle ne sert à rien !

OK.

Guillaume ?

Patxi a dit…

ÁNGELA MARÍA RUÍZ GAONA

Le cauchemar

Les images étaient des chiens qui m'aboyaient férocement dessus. Leurs grognements ressemblaient à ces mots que j'avais entendus un jour : Grosse brute ! Elle ne sert à rien !

Ok pour moi !

Patxi a dit…

ÁNGELA MARÍA RUÍZ GAONA

Le cauchemar

Les images étaient des chiens qui m'aboyaient férocement dessus. Leurs grognements ressemblaient à ces mots que j'avais entendus un jour : Grosse brute ! Elle ne sert à rien !
Ce sont des marques qui, aujourd'hui, après tant d'années, se traduisent par des poignards oniriques, des voix violentes qui rythment mes journées.

Tradabordo a dit…

J'ai enregistré. Plus besoin de remettre le début. En revanche, laissez l'espagnol du fragment à commenter – ce sera plus simple si nous l'avons sous les yeux :

Fueron marcas que hoy, después de tantos años, se traducen en puñales oníricos, voces violentas que golpean los días.

Ce sont [nécessaire ? Je vous laisse juger] des marques qui, aujourd'hui, après tant [ou : « toutes ces » ?] d'années, se traduisent par [« avec » ? J'hésite…] des poignards oniriques, des voix violentes qui rythment [pas ce que dit la V.O. / attention à la réécriture « pour faire joli »] mes journées.

Hélène a dit…

Fueron marcas que hoy, después de tantos años, se traducen en puñales oníricos, voces violentas que golpean los días.

Aujourd'hui, après tant d'années, ces marques se traduisent par [« avec » ? J'hésite… Je pencherais plutôt pour la préposition "par"] des poignards oniriques, des voix violentes qui accablent mes journées.

Tradabordo a dit…

Fueron marcas que hoy, después de tantos años, se traducen en puñales oníricos, voces violentas que golpean los días.

Aujourd'hui, après tant d'années, ces marques se traduisent par des poignards oniriques, des voix violentes qui accablent mes journées.

C'est fluide, mais je me demande s'il ne faut pas garder la syntaxe d'origine…

Hélène a dit…

Fueron marcas que hoy, después de tantos años, se traducen en puñales oníricos, voces violentas que golpean los días.

Ces marques se traduisent, aujourd'hui, après tant d'années, par des poignards oniriques, des voix violentes qui accablent mes journées.

Tradabordo a dit…

Ces marques se traduisent, aujourd'hui, après tant d'années, par des poignards oniriques, des voix violentes qui accablent mes journées.

OK.

Guillaume ?

Guillaume a dit…

Fueron marcas que hoy, después de tantos años, se traducen en puñales oníricos, voces violentas que golpean los días.

Ces marques se traduisent, aujourd'hui, après tant d'années, par des poignards oniriques, des voix violentes qui accablent mes journées.

Ok !

Guillaume a dit…

No creerlas ha sido el reto, no hacerlas mías.

Ne pas y croire a été un défi. Ne pas me les approprier.

Tradabordo a dit…

No creerlas ha sido el reto, no hacerlas mías.

Ne pas y croire a été [passé composé ? J'hésite / revoyez le texte depuis le début… qui parle + le ton et tranchez] un défi. [pourquoi ne pas laisser la virgule ?] Ne pas me les approprier [littéral / plus fort et surtout moins ambigu].

Hélène a dit…

No creerlas ha sido el reto, no hacerlas mías.

Ne pas y croire a été [passé composé ? J'hésite / revoyez le texte depuis le début… qui parle + le ton et tranchez // Je suis d'accord avec le passé composé : il y a une rupture entre les événements narrés précédemment à l'imparfait et les conséquences encore présentes des insultes] un défi, ne pas les assimiler.

Patxi a dit…

No creerlas ha sido el reto, no hacerlas mías.

Ne pas y croire est un défi, ne pas les faire miens. [Je ne saisis pas vraiment la syntaxe de cette portion du texte. Je serais tenté d'étoffer...]

Tradabordo a dit…

Demandez de l'aide à Elena.

Hélène a dit…

Voici la réponse d'Elena : "no hacerlas mías", je comprends : "ne pas me les approprier". Ne pas les intégrer à mon domaine.

Je reprends :

No creerlas ha sido el reto, no hacerlas mías.

Ne pas y croire est un défi, ne pas les faire miennes [cette structure pourrait fonctionner, à condition de bien l'accorder].

Tradabordo a dit…

No creerlas ha sido el reto, no hacerlas mías.

Ne pas y croire est [temps] un défi, ne pas les faire miennes.

Guillaume a dit…

No creerlas ha sido el reto, no hacerlas mías.

Ne pas y croire a été un défi, ne pas les faire miennes.

Je suis désolé, ces derniers temps je n'ai pas internet très souvent, mais je l'aurai dans une quinzaine de jours normalement.

Tradabordo a dit…

No creerlas ha sido el reto, no hacerlas mías.

Ne pas y croire a été un défi, ne pas les faire miennes.

OK.

Hélène ?

Hélène a dit…

No creerlas ha sido el reto, no hacerlas mías.

Ne pas y croire a été un défi, ne pas les faire miennes.

OK.

Hélène a dit…

No ingresarlas al terreno propio. A pesar del olvido, hago memoria... Creo pesadillas.

Ne pas les inclure dans mon propre espace. Malgré l'oubli, je me souviens... Je fabrique des cauchemars.

Tradabordo a dit…

No ingresarlas al terreno propio. A pesar del olvido, hago memoria... Creo pesadillas.

Ne pas les inclure dans mon propre espace. Malgré l'oubli, je me souviens [pas dans le sens de « fouiller dans sa mémoire » ? Vérifie]... Je fabrique des cauchemars.