vendredi 5 mai 2017

Projet Hélène / Audrey – phrases 137-139

Era la segunda vez que mi amiga mencionaba a su tía; antes nunca se había referido a ella y yo, por creerla huérfana o adoptada, tampoco la interrogué jamás por sus familiares. Su revelación me abrió el camino para indagar sobre su familia. Me contó que su tía era su único pariente; habló de ella como la mujer más hermosa (es igual a ella, dijo, mostrándome una imagen que representaba a Helena de Troya) e inteligente del planeta, y para probarlo sacó de debajo de la mesa un cubo de metal, del cual extrajo una especie de lamparita abierta en el centro.

Traduction temporaire :
C'était la seconde fois que mon amie mentionnait sa tante ; elle n'y avait fait allusion à aucun moment auparavant. La croyant orpheline ou adoptée, je ne l'avais jamais interrogée non plus sur ses proches. Ses révélations m'ouvrirent la voie pour mener mon enquête sur sa famille. Elle me raconta que sa tante était son seul et unique parent ; elle en parla comme de la femme la plus belle (autant qu'elle, me dit-elle, en me montrant une représentation d'Hélène de Troie) et la plus intelligente du monde. Pour le prouver, elle tira de sous la table un cube en métal, d'où elle sortit une espèce de petite lampe ouverte au centre.

20 commentaires:

Audrey Louyer a dit…

C'était la deuxième fois que mon amie mentionnait sa tante ; jamais auparavant elle n'y avait fait référence et moi, la croyant orpheline ou adoptée, je ne l'avais jamais interrogée non plus sur ses proches. Sa révélation m'ouvrit la voie pour mener l'enquête sur sa famille. Elle me raconta que sa tante était son seul parent ; elle en parla comme de la femme la plus belle (comme elle, me dit-elle, en me montrant une image qui représentait Hélène de Troie) et la plus intelligente du monde. Et pour le prouver, elle tira de dessous la table un cube en métal, dont elle sortit une espèce de petite lampe ouverte en son centre.

Tradabordo a dit…

C'était la deuxième [« deuxième » ?] fois que mon amie mentionnait sa tante ; jamais auparavant elle n'y avait fait référence [syntaxe ? Est-ce la meilleure solution ?] et [point à la place] moi [ce ne serait peut-être plus nécessaire ?], la croyant orpheline ou adoptée, je ne l'avais jamais interrogée non plus sur ses proches. Sa révélation [ou au pluriel ?] m'ouvrit la voie pour mener l'[ou possessif ? J'hésite]enquête sur sa famille.

Faisons déjà cela.

Elle me raconta que sa tante était son seul parent ; elle en parla comme de la femme la plus belle (comme elle, me dit-elle, en me montrant une image qui représentait Hélène de Troie) et la plus intelligente du monde. Et pour le prouver, elle tira de dessous la table un cube en métal, dont elle sortit une espèce de petite lampe ouverte en son centre.

Audrey Louyer a dit…

C'était la deuxième [je croyais que la "seconde" n'impliquait pas de troisième] fois que mon amie mentionnait sa tante ; jamais auparavant elle n'y avait fait allusion [le mot que je cherchais, la nuit porte conseil]. La croyant orpheline ou adoptée, je ne l'avais jamais interrogée non plus sur ses proches. Ses révélations m'ouvrirent la voie pour mener mon enquête sur sa famille.

Hélène a dit…

C'était la deuxième [je croyais que la "seconde" n'impliquait pas de troisième ; en l'occurrence, au moment où ces mots sont prononcés, il n'y a eu que deux mentions faites à la tante : ok pour "seconde"] fois que mon amie mentionnait sa tante ; elle n'y avait fait allusion à aucun moment auparavant [pour éviter une répétition de "jamais"]. La croyant orpheline ou adoptée, jamais je ne l'avais interrogée non plus sur ses proches. Ses révélations m'ouvrirent la voie pour mener mon enquête sur sa famille.

Unknown a dit…

C'était la deuxième [je croyais que la "seconde" n'impliquait pas de troisième / oui, mais justement, on ne sait pas s'il n'y en aura pas d'autres…] fois que mon amie mentionnait sa tante ; jamais auparavant elle n'y avait fait allusion. La croyant orpheline ou adoptée, je ne l'avais jamais interrogée non plus sur ses proches. Ses révélations m'ouvrirent la voie pour mener mon enquête sur sa famille.

Tradabordo a dit…

Le commentaire est bien de moi.

Hélène a dit…

C'était la seconde fois que mon amie mentionnait sa tante ; elle n'y avait fait allusion à aucun moment auparavant [pour éviter une répétition de "jamais" ?]. La croyant orpheline ou adoptée, je ne l'avais jamais interrogée non plus sur ses proches. Ses révélations m'ouvrirent la voie pour mener mon enquête sur sa famille.

Audrey Louyer a dit…

C'était la seconde fois que mon amie mentionnait sa tante ; elle n'y avait fait allusion à aucun moment auparavant. La croyant orpheline ou adoptée, je ne l'avais jamais interrogée non plus sur ses proches. Ses révélations m'ouvrirent la voie pour mener mon enquête sur sa famille.

Tradabordo a dit…

C'était la seconde fois que mon amie mentionnait sa tante ; elle n'y avait fait allusion à aucun moment auparavant. La croyant orpheline ou adoptée, je ne l'avais jamais interrogée non plus sur ses proches. Ses révélations m'ouvrirent la voie pour mener mon enquête sur sa famille.

OK.

Audrey ?

Audrey Louyer a dit…

C'était la seconde fois que mon amie mentionnait sa tante ; elle n'y avait fait allusion à aucun moment auparavant. La croyant orpheline ou adoptée, je ne l'avais jamais interrogée non plus sur ses proches. Ses révélations m'ouvrirent la voie pour mener mon enquête sur sa famille.

OK

Hélène a dit…

C'était la seconde fois que mon amie mentionnait sa tante ; elle n'y avait fait allusion à aucun moment auparavant. La croyant orpheline ou adoptée, je ne l'avais jamais interrogée non plus sur ses proches. Ses révélations m'ouvrirent la voie pour mener mon enquête sur sa famille. Elle me raconta que sa tante était son seul parent ; elle en parla comme de la femme la plus belle (comme elle ["à son image" pour éviter les répétitions ? Ou registre inadapté ?), me dit-elle, en me montrant une image qui représentait ["une représentation d'" ? Hélène de Troie) et la plus intelligente du monde. Et pour le prouver, elle tira de dessous la table un cube en métal, dont elle sortit une espèce de petite lampe ouverte au centre.

Tradabordo a dit…

J'ai collé jusqu'à « sa famille ».

Pour la suite :

Me contó que su tía era su único pariente; habló de ella como la mujer más hermosa (es igual a ella, dijo, mostrándome una imagen que representaba a Helena de Troya) e inteligente del planeta, y para probarlo sacó de debajo de la mesa un cubo de metal, del cual extrajo una especie de lamparita abierta en el centro.

Elle me raconta que sa tante était son seul [cheville : « et unique » ou inutile ? Comme vous voulez] parent ; elle en parla comme de la femme la plus belle (comme elle ["à son image" pour éviter les répétitions ? Ou registre inadapté ? / surtout, pas très clair, à mon avis… Une autre soluss ?), me dit-elle, en me montrant une image qui représentait ["une représentation d'" ? Hélène de Troie / OK) et la plus intelligente du monde. Et [nécessaire ? Tu en as un juste avant] pour le prouver, elle tira de des[nécessaire ?]sous la table un cube en métal, dont elle sortit une espèce de petite [syntaxe ?] lampe ouverte au centre.

Hélène a dit…

Me contó que su tía era su único pariente; habló de ella como la mujer más hermosa (es igual a ella, dijo, mostrándome una imagen que representaba a Helena de Troya) e inteligente del planeta, y para probarlo sacó de debajo de la mesa un cubo de metal, del cual extrajo una especie de lamparita abierta en el centro.

Elle me raconta que sa tante était son seul et unique parent ; elle en parla comme de la femme la plus belle (comme elle, me dit-elle, en me montrant une représentation d'Hélène de Troie) et la plus intelligente du monde. Pour le prouver, elle tira dessous la table un cube en métal, d'où elle sortit une espèce de petite lampe ouverte au centre.

Tradabordo a dit…

Me contó que su tía era su único pariente; habló de ella como la mujer más hermosa (es igual a ella, dijo, mostrándome una imagen que representaba a Helena de Troya) e inteligente del planeta, y para probarlo sacó de debajo de la mesa un cubo de metal, del cual extrajo una especie de lamparita abierta en el centro.

Elle me raconta que sa tante était son seul et unique parent ; elle en parla comme de la femme la plus belle (comme elle [pas génial, les deux « comme » / pas sur le plan plan, en plus], me dit-elle, en me montrant une représentation d'Hélène de Troie) et la plus intelligente du monde. Pour le prouver, elle tira dessous [mal dit] la table un cube en métal, d'où elle sortit une espèce de petite lampe ouverte au centre.

Hélène a dit…

Me contó que su tía era su único pariente; habló de ella como la mujer más hermosa (es igual a ella, dijo, mostrándome una imagen que representaba a Helena de Troya) e inteligente del planeta, y para probarlo sacó de debajo de la mesa un cubo de metal, del cual extrajo una especie de lamparita abierta en el centro.

Elle me raconta que sa tante était son seul et unique parent ; elle en parla comme de la femme la plus belle (autant qu'elle, me dit-elle, en me montrant une représentation d'Hélène de Troie) et la plus intelligente du monde. Pour le prouver, elle tira d'en dessous de la table un cube en métal, d'où elle sortit une espèce de petite lampe ouverte au centre.

Tradabordo a dit…

Me contó que su tía era su único pariente; habló de ella como la mujer más hermosa (es igual a ella, dijo, mostrándome una imagen que representaba a Helena de Troya) e inteligente del planeta, y para probarlo sacó de debajo de la mesa un cubo de metal, del cual extrajo una especie de lamparita abierta en el centro.

Elle me raconta que sa tante était son seul et unique parent ; elle en parla comme de la femme la plus belle (autant qu'elle, me dit-elle, en me montrant une représentation d'Hélène de Troie) et la plus intelligente du monde. Pour le prouver, elle tira d'en dessous [« de sous »] de la table un cube en métal, d'où elle sortit une espèce de petite lampe ouverte au centre.

Audrey Louyer a dit…

Elle me raconta que sa tante était son seul et unique parent ; elle en parla comme de la femme la plus belle (autant qu'elle, me dit-elle, en me montrant une représentation d'Hélène de Troie) et la plus intelligente du monde. Pour le prouver, elle tira de sous la table un cube en métal, d'où elle sortit une espèce de petite lampe ouverte au centre.

Tradabordo a dit…

Elle me raconta que sa tante était son seul et unique parent ; elle en parla comme de la femme la plus belle (autant qu'elle, me dit-elle, en me montrant une représentation d'Hélène de Troie) et la plus intelligente du monde. Pour le prouver, elle tira de sous la table un cube en métal, d'où elle sortit une espèce de petite lampe ouverte au centre.

OK.

Hélène ?

Hélène a dit…

C'était la seconde fois que mon amie mentionnait sa tante ; elle n'y avait fait allusion à aucun moment auparavant. La croyant orpheline ou adoptée, je ne l'avais jamais interrogée non plus sur ses proches. Ses révélations m'ouvrirent la voie pour mener mon enquête sur sa famille. Elle me raconta que sa tante était son seul et unique parent ; elle en parla comme de la femme la plus belle (autant qu'elle, me dit-elle, en me montrant une représentation d'Hélène de Troie) et la plus intelligente du monde. Pour le prouver, elle tira de sous la table un cube en métal, d'où elle sortit une espèce de petite lampe ouverte au centre.

OK. Du coup, j'ai remis l'intégralité de l'extrait, histoire de ne rien oublier au passage.

Tradabordo a dit…

Je colle.