mardi 6 juin 2017

Projet Chloé 12 – phrases 161-166

«Ya, vayan parados nomás», nos ordeno el cabo. «Pariona, tú anda en la caseta», le dijo a un soldado mudo. Nos sujetamos de los fierros del techo. El camión retrocedió y reanudó la marcha, siguió de largo por Junín. Desde la carpa, la calle se veía como la salida de una cueva. Miré los postes de alumbrado, las tiendas cerradas de La Breña, alejándose de nosotros, como en una película.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

2 commentaires:

Chloé Gauthier a dit…

« Bon, vous n'avez qu'à rester debouts », ordonna le caporal. « Pariona, toi, monte dans la cabine », dit-il à un soldat silencieux. Nous nous accrochâmes aux barreaux du toit. Le camion recula et se remit en marche, continua sans s'arrêter vers Junín. Depuis la semi-remorque bâchée, on voyait la rue comme la sortie d'une grotte. Je regardai les poteaux électriques, les boutiques fermées de La Breña, qui s'éloignaient de nous, comme dans un film.


Tradabordo a dit…

« Bon, vous n'avez qu'à rester debouts [grammaire] [je ne me souviens pas de ce qui précède, mais tu es sûre que ça s'enchaîne / sens ?] », ordonna le caporal. « Pariona, toi, monte dans la cabine », dit-il à un soldat silencieux [littéral ?]. Nous nous accrochâmes [on était bien au passé simple ? Vérifie, quand même] aux barreaux du toit. Le camion recula et se remit en marche, continua sans s'arrêter vers [texte] Junín. Depuis la semi-remorque bâchée, on voyait la rue [mal dit] comme la sortie [avec « ouverture » / « bouche » ?] d'une grotte. Je regardai les poteaux électriques [FS ?], les boutiques fermées de La Breña, qui s'éloignaient [« s'éloignant » ? Vois ce qui est mieux] de nous, comme dans un film.