vendredi 7 juillet 2017

Projet Basta ! Danny – texte 1

Fruto de mi vientre

HEIDY ARAQUE

Es el corazón el que más duele, a pesar de que el golpe fue en otro sitio. Su fuerza fue impactante. Es difícil hablar con otros sobre lo que hizo Ernesto, mi niño querido. No estoy segura si, al volver, me mirará a los ojos; ni si yo lo haré. Prefiero que nadie más se entere. Los que saben, reaccionan reprochando que le haya pegado a su madre. Cuando los oigo, sé que sus palabras también están cargadas de molestia contra mí. ¿Cómo actuar cuando regrese? ¿Pretenderá que nada ha ocurrido? 

Traduction temporaire :

Fruit de mon ventre

HEIDY ARAQUE

C’est mon cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. À mon retour, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai, moi. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent lui reprochent d’avoir frappé sa mère. Quand je les écoute, je sais que leurs paroles sont également chargées de colère envers moi. Comment m’y prendre quand je rentrerai ? Prétendra-t-il qu’il ne s’est rien passé ?

32 commentaires:

Danny Moro a dit…

Fruit de mon ventre

HEIDY ARAQUE

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force est devenue impressionnante. Il est difficile de parler avec d’autres sur ce qu’a fait Ernesto, mon petit chéri.

Tradabordo a dit…

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force est devenue impressionnante [CS]. Il est difficile de parler avec d’autres sur [sur ?] ce qu’a fait Ernesto, mon petit chéri [pas assez précis par rapport à la V.O.].

Danny Moro a dit…

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force est devenue déconcertante. Il est difficile de parler avec d’autres à propos de ce qu’a fait Ernesto, mon cher enfant.

Tradabordo a dit…

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force est devenue déconcertante [pas ce que dit la V.O.]. Il est difficile de parler avec d’autres à propos de ce qu’a fait Ernesto, mon cher enfant [« petit »].

Danny Moro a dit…

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force est devenue choquante. Il est difficile de parler avec d’autres à propos de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit.

Tradabordo a dit…

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force est devenue choquante [regardez dans le dico unilingue]. Il est difficile de parler avec d’autres à propos de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit.

Danny Moro a dit…

Eh bien là je ne vois pas...
''que impacta'', ''chocar'', ''impresionar, desconcertar'' et enfin ''hacer impacto'' je sèche un peu, j'ai l'impression de vous avoir tout proposé...

Tradabordo a dit…

« a été brutale ».

Danny Moro a dit…

Fruto de mi vientre

HEIDY ARAQUE

Es el corazón el que más duele, a pesar de que el golpe fue en otro sitio. Su fuerza fue impactante. Es difícil hablar con otros sobre lo que hizo Ernesto, mi niño querido. No estoy segura si, al volver, me mirará a los ojos; ni si yo lo haré. Prefiero que nadie más se entere. Los que saben, reaccionan reprochando que le haya pegado a su madre.

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres à propos de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. En rentrant, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai moi-même. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent, réagissent en lui reprochant d’avoir frappé sa mère.

Tradabordo a dit…

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale.

Es difícil hablar con otros sobre lo que hizo Ernesto, mi niño querido. No estoy segura si, al volver, me mirará a los ojos; ni si yo lo haré. Prefiero que nadie más se entere. Los que saben, reaccionan reprochando que le haya pegado a su madre.


Il est difficile de parler avec d’autres à propos [nécessaire ?] de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. En rentrant, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai moi-même [« ferai, moi » ?]. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent, réagissent en lui reprochant d’avoir frappé sa mère.

Danny Moro a dit…

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. En rentrant, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai moi-même. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent, réagissent en lui reprochant d’avoir frappé sa mère.

[si cela est possible, je préfère ‘’moi-même’’ que ‘’, moi’’, je ne trouve pas cela naturel. Si c'est ok pour vous, je vous donne la suite :) ]

Tradabordo a dit…

Le début n'a pas été terminé.

Danny Moro a dit…

Où ça ? J'ai pourtant revu vos commentaires et je ne vois pas de blanc.

Tradabordo a dit…

Moi, voilà ce sur quoi je me suis arrêtée :

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale.

Es difícil hablar con otros sobre lo que hizo Ernesto, mi niño querido. No estoy segura si, al volver, me mirará a los ojos; ni si yo lo haré. Prefiero que nadie más se entere. Los que saben, reaccionan reprochando que le haya pegado a su madre.


Il est difficile de parler avec d’autres à propos [nécessaire ?] de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. En rentrant, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai moi-même [« ferai, moi » ?]. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent, réagissent en lui reprochant d’avoir frappé sa mère.

Danny Moro a dit…

Je vous remets ce que je vous ai proposé, car j'avais bien vu ces commentaires :)

Danny Moro a dit…

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. En rentrant, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai moi-même. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent, réagissent en lui reprochant d’avoir frappé sa mère.


[si cela est possible, je préfère ‘’ferai moi-même’’ que ‘’ferai, moi’’, je ne trouve pas cela naturel.].

Tradabordo a dit…

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. En rentrant, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai moi-même [dans ce cas : « que je le ferai, moi »]. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent, réagissent en lui reprochant d’avoir frappé sa mère.


[si cela est possible, je préfère ‘’ferai moi-même’’ que ‘’ferai, moi’’, je ne trouve pas cela naturel.].

Danny Moro a dit…

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. En rentrant, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai, moi. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent, réagissent en lui reprochant d’avoir frappé sa mère.

Cuando los oigo, sé que sus palabras también están cargadas de molestia contra mí. ¿Cómo actuar cuando regrese? ¿Pretenderá que nada ha ocurrido?

Quand je les écoute, je sais que leurs mots sont aussi remplis de gêne envers moi. Comment procéder quand il reviendra ? Prétendra-t-il qu’il ne s’est rien passé ?

Tradabordo a dit…

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. En rentrant, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai, moi. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent, réagissent en lui reprochant d’avoir frappé sa mère.

Cuando los oigo, sé que sus palabras también están cargadas de molestia contra mí. ¿Cómo actuar cuando regrese? ¿Pretenderá que nada ha ocurrido?

Quand je les écoute, je sais que leurs mots [« paroles » ?] sont aussi remplis [texte ?] de gêne [FS ?] envers moi. Comment procéder [registre du texte] quand il reviendra [« rentrera » ?] ? Prétendra-t-il qu’il ne s’est rien passé ?

Danny Moro a dit…

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. En rentrant, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai, moi. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent, réagissent en lui reprochant d’avoir frappé sa mère.

Cuando los oigo, sé que sus palabras también están cargadas de molestia contra mí. ¿Cómo actuar cuando regrese? ¿Pretenderá que nada ha ocurrido?

Quand je les écoute, je sais que leurs paroles sont aussi chargées de peine envers moi. Comment m’y prendre quand il reviendra ? [y'a déjà "rentrer" avant, on évite une répétition,non ? Dites-moi sinon je change] Prétendra-t-il qu’il ne s’est rien passé ?

Tradabordo a dit…

HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. En rentrant, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai, moi. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent, réagissent en lui reprochant d’avoir frappé sa mère.

Cuando los oigo, sé que sus palabras también están cargadas de molestia contra mí. ¿Cómo actuar cuando regrese? ¿Pretenderá que nada ha ocurrido?

Quand je les écoute, je sais que leurs paroles sont aussi [mieux vaut « également », sinon, c'est ambigu] chargées de peine [je demande à Elena, mais je crois que ça n'est pas ce que veut dire l'auteur] envers moi. Comment m’y prendre quand il reviendra ? Prétendra-t-il qu’il ne s’est rien passé ?

Danny Moro a dit…

OK, merci d'avance Elena ;)

Elena a dit…

Bonjour !
Je vous donne mon avis et je me permets une suggestion
:
HEIDY ARAQUE

Fruit de mon ventre

C’est le ["mon" ?] cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. En rentrant, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai, moi. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent, réagissent en lui reprochant d’avoir frappé sa mère.

Cuando los oigo, sé que sus palabras también están cargadas de molestia contra mí. ¿Cómo actuar cuando regrese? ¿Pretenderá que nada ha ocurrido?

Quand je les écoute, je sais que leurs paroles sont également chargées de colère envers moi. Comment m’y prendre quand il reviendra [CS = je rentrerai ] ? Prétendra-t-il qu’il ne s’est rien passé ?

Danny Moro a dit…

Fruto de mi vientre

HEIDY ARAQUE

Es el corazón el que más duele, a pesar de que el golpe fue en otro sitio. Su fuerza fue impactante. Es difícil hablar con otros sobre lo que hizo Ernesto, mi niño querido. No estoy segura si, al volver, me mirará a los ojos; ni si yo lo haré. Prefiero que nadie más se entere. Los que saben, reaccionan reprochando que le haya pegado a su madre.

Fruit de mon ventre

HEIDY ARAQUE

C’est mon cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. En rentrant, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai, moi. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent, réagissent en lui reprochant d’avoir frappé sa mère.

Cuando los oigo, sé que sus palabras también están cargadas de molestia contra mí. ¿Cómo actuar cuando regrese? ¿Pretenderá que nada ha ocurrido?

Quand je les écoute, je sais que leurs paroles sont également chargées de colère envers moi. Comment m’y prendre quand je rentrerai ? Prétendra-t-il qu’il ne s’est rien passé ?


[On avait validé la 1ère partie, mais je suis d’accord avec Elena pour le possessif «mon cœur » au tout début, qu’en pensez-vous ?]

Tradabordo a dit…

Merci, Elena. Comme moi, je suis sur je ne sais pas combien de textes en même temps et que je n'ai pas le temps de regarder à la loupe la V.O. en regard, on va faire comme avec Justine… Je te demande de valider à la fin. OK ?

Elena a dit…

D'accord ! 🙂

Tradabordo a dit…

Es el corazón el que más duele, a pesar de que el golpe fue en otro sitio. Su fuerza fue impactante. Es difícil hablar con otros sobre lo que hizo Ernesto, mi niño querido. No estoy segura si, al volver, me mirará a los ojos; ni si yo lo haré. Prefiero que nadie más se entere. Los que saben, reaccionan reprochando que le haya pegado a su madre.

Fruit de mon ventre

HEIDY ARAQUE

C’est mon cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. En rentrant, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai, moi. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent lui reprochent d’avoir frappé sa mère. Quand je les écoute, je sais que leurs paroles sont également chargées de colère envers moi. Comment m’y prendre quand je rentrerai ? Prétendra-t-il qu’il ne s’est rien passé ?

OK.

Elena ?

Elena a dit…

Fruit de mon ventre

HEIDY ARAQUE

C’est mon cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. En rentrant ["À mon retour" ? Il y a "rentrerai", plus loin.], je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai, moi. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent lui reprochent d’avoir frappé sa mère. Quand je les écoute, je sais que leurs paroles sont également chargées de colère envers moi. Comment m’y prendre quand je rentrerai ? Prétendra-t-il qu’il ne s’est rien passé ?

Tradabordo a dit…

OK pour ce que tu proposes. Danny, remettez tout ça en état et je finaliserai.

Danny Moro a dit…

Fruit de mon ventre

HEIDY ARAQUE

C’est mon cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. À mon retour, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai, moi. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent lui reprochent d’avoir frappé sa mère. Quand je les écoute, je sais que leurs paroles sont également chargées de colère envers moi. Comment m’y prendre quand je rentrerai ? Prétendra-t-il qu’il ne s’est rien passé ?

Tradabordo a dit…

Fruit de mon ventre

HEIDY ARAQUE

C’est mon cœur qui souffre le plus, même si le coup a été porté ailleurs. Sa force a été brutale. Il est difficile de parler avec d’autres de ce qu’a fait Ernesto, mon cher petit. À mon retour, je ne suis pas sûre qu’il me regardera dans les yeux ; ni que je le ferai, moi. Je préfère que personne d’autre ne l’apprenne. Ceux qui savent lui reprochent d’avoir frappé sa mère. Quand je les écoute, je sais que leurs paroles sont également chargées de colère envers moi. Comment m’y prendre quand je rentrerai ? Prétendra-t-il qu’il ne s’est rien passé ?

OK.

Tradabordo a dit…

Je vous ai mis un 2e texte.